foodwatch unmasks the tricks of certain food brands

Start

Au regard des mouvements d’opinion qui manifestent des inquiétudes quant à la sûreté de l’alimentation, il paraît légitime de s’interroger sur les divers modes de fabrication des aliments que nous consommons. Et face à l’évolution des modes de vie et de consommation et au nombre croissant de nos concitoyens en situation d’insécurité alimentaire, permettre à chacun d’accéder à une alimentation de qualité, saine et équilibrée, constitue un défi ambitieux. 
Est-ce qu’aujourd’hui, l’alimentation – de sa production / prélèvement à sa consommation en passant par les étapes de transformation – peut se traduire par des phénomènes locaux et mondiaux, allant à contre courant de la perspective d’un développement humain soutenable ? Recréer un lien entre l’alimentation et l’être humain devrait être l’enjeu d’un droit à une nourriture pour tous saine et de qualité.

Or, il s’avère, selon l’ONG foodwatch, que l’industrie alimentaire induit les consommateurs en erreur… en toute légalité. foodwatch, cette nouvelle organisation de défense de consommateurs, révèle certaines pratiques discutables de cinq grandes entreprises qui produisent la Marque Repère (E.Leclerc), Maggi (Nestlé), Lustucru (Panzani), Vrai (Triballat Noyal) et Puget (Lesieur).

Quand il passe la porte du supermarché, le consommateur est victime des ruses légales de l’industrie alimentaire. En France, pays de la gastronomie, la volaille est mélangée à de l’eau et des arômes artificiels. La soupe à l’ancienne promet un savoir-faire et des ingrédients de qualité alors que ses additifs feraient la fierté des chimistes. Même le bio ne tient pas toujours ses promesses. Sous l’emballage flatteur, certaines grandes entreprises cachent l’essentiel… en toute légalité.

foodwatch, organisation de défense des consommateurs spécialisée dans les questions d’alimentation, a tenu sa première conférence de presse aujourd’hui à Paris. L’ONG a dénoncé ces pratiques inacceptables.
« Difficile pour les consommateurs d’y échapper, explique Ingrid Kragl, directrice de l’information de foodwatch. Ces ruses de l’industrie alimentaire sont parfaitement légales. Les fabricants en profitent, confortés par des réglementations laxistes et le laisser-faire de la plupart des pouvoirs publics. Là est le véritable scandale. Pour que cela cesse, foodwatch appelle les consommateurs à réagir et à faire pression en signant sa pétition. »

foodwatch révèle les pratiques critiquables, selon elle, de cinq entreprises 

1. E.Leclerc, blanc de dinde Tradilège, Marque Repère. L’emballage mentionne « qualité supérieure » et « 100% filet », ce qui ne signifie pas 100% de viande. En réalité, le produit contient 16% d’eau qui inclut du gélifiant à base d’algue, du colorant et d’autres additifs, soit l’équivalent de presque une tranche sur six. Le fait que les produits de la Marque Repère soient bon marché n’est en rien une excuse.
2. Maggi (Nestlé), soupe bœuf-carottes aux vermicelles, saveur à l’ancienne. Avec cette soupe, Nestlé fait référence aux saveurs d’un plat de la tradition culinaire française. Bien que le visuel sur l’emballage présente un généreux morceau de bœuf, le produit n’en contient pas : on y trouve juste 1,1% de jus de cuisson de bœuf. Cette soupe compte plus de fécule, d’exhausteurs de goût artificiels, de sucre et de sel que de viande. Le « Code de la soupe », une réglementation rédigée par l’industrie elle-même, rend de telles pratiques possibles et ne protège pas les consommateurs de ces comportements abusifs.
3. Lustucru (Panzani), tortellini jambon cru parmesan. Lustucru, appartenant au groupe espagnol Panzani, est l’une des marques de pâtes préférées des Français. Une confiance qui n’est, à nos yeux, pas méritée. Bien que l’emballage mette en avant du jambon cru et du parmesan dans des tortellini « plus généreux », le paquet de pâtes contient en réalité à peine une petite cuillère de parmesan. Il y a 24% de jambon cru ; le reste de la farce n’est que remplissage à base d’ingrédients standards, voire bon marché : eau, flocons de pommes de terre, crème fraîche, semoule de blé dur et poitrine de porc fumée.
4. Vrai (Triballat Noyal), yaourt arôme naturel fruits rouges. Le slogan des produits laitiers biologiques Vrai est : « Le bonheur est dans le Vrai. » Avec son yaourt arôme naturel fruits rouges, Vrai choisit l’ambiguïté en présentant le produit pour ce qu’il n’est pas. Ce laitage ne contient pas de morceaux de fruits mais seulement un arôme à hauteur de 1,1%… et cet arôme n’est même pas bio.
5. Puget (Lesieur), vinaigrette huile d’olive extra, vinaigre balsamique, tomates séchées. Puget est la marque d’huile d’olive préférée des Français. Forte de cette réputation, Puget vend une vinaigrette qui annonce être à base d’huile d’olive extra, vinaigre balsamique et tomates séchées. Mais ces ingrédients a priori de qualité ne constituent qu’un tiers du produit. La vinaigrette Puget est surtout composée d’ingrédients meilleur marché : eau, huile de colza, vinaigre blanc et rouge, purée de tomates. Et à peine 1% de tomates séchées !

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

A propos de foodwatch

foodwatch est une organisation européenne de défense des consommateurs financièrement indépendante des États et qui refuse toute aide ou subvention de l’industrie agroalimentaire. Elle entend représenter les intérêts des consommateurs français et européens, appuyer leurs revendications et attirer l’attention sur les pratiques critiquables de l’industrie.

foodwatch a été créée en 2002 à Berlin par l’ancien directeur de Greenpeace International, Thilo Bode, en réponse à la crise de la vache folle. « foodwatch est le mouvement des consommateurs qui exerce un contre-pouvoir face à l’industrie agroalimentaire et ses puissants lobbyistes », affirme celui-ci.

Aujourd’hui plus de 28 000 membres contribuent à foodwatch par leurs dons (budget annuel d’environ deux millions d’euros). En 2010, foodwatch a ouvert un deuxième bureau à Amsterdam, aux Pays-Bas.
foodwatch France, située à Paris, a officialisé son lancement aujourd’hui. L’organisation compte bien continuer à grandir. Car les réglementations qui régissent notre alimentation ne se décident plus seulement au niveau national, mais bel et bien à Bruxelles.

foodwatch France est déterminée à informer les consommateurs et à susciter le débat. Outre la prévention des pratiques abusives, l’organisation milite pour plus de transparence – un principe fondamental en démocratie – et pour une alimentation sans risque, car ce sont là des questions d’intérêt général.

Pour nous, foodwatch alimente le débat !

Pétition foodwatch : www.foodwatch.fr/leclerc

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Previous article

No to food waste in New York City

Next article

Agriculture, a family affair

Latest articles in Food Security and Agrostrategies

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print