Eating insects

Eat bugs! It's more nutritious than meat... and more environmentally friendly...

Start
Si vous êtes en train de lire cet article alors que vous dégustez votre petit déjeuner ou vous apprêtez à déjeuner, mille pardons. Cela risque de vous couper l’appétit. Et pourtant, selon une étude publiée dans Medical Daily and Nature, il faudra vous y faire car manger des insectes s’avère –de loin- la nourriture la plus nutritive pour l’homme et aussi, vertu précieuse par les temps qui courent, la moins agressive pour l’environnement.
 
Une équipe de recherche de l’université d’Oxford s’est attachée à comparer les apports nutritifs des aliments que nous consommons habituellement (bœuf, volaille, porc…) avec ceux des insectes (criquets, vers à soie, chenilles, etc.)
Deux techniques différentes ont été employées pour les mesures. La première (méthode Ofcom) se concentre sur le niveau d’énergie, de sodium, de gras saturé et de sucre pour leur attribuer une valeur allant de 1 à 100. La seconde (le Nutriment Value Score (NVS), porte sur la teneur en protéines, en niveau de gras, de vitamines et de calcium.
Les résultats sont sans appel. Les insectes  toutes catégories sont aussi, voire plus nutritifs que les viandes que nous avons l’habitude de consommer.  Si dans la méthode Ofcom les niveaux décelés sont sensiblement les mêmes pour les insectes et pour les viandes, en revanche, la méthode NVS fait apparaître une supériorité des criquets et autres bestioles sur notre bonne entrecôte.
 
 
Le problème c’est que déguster des insectes avec autant d’appétit qu’un bon bœuf bourguignon risque de nous demander des efforts culturels assez considérables, voire dans certains cas limites, impossibles. Pourtant les scientifiques en appellent à notre sens civique ou tout au moins  à notre sens écologique. En effet, selon eux, les élevages d’insectes sont, de très loin, moins coûteux et polluants que nos exploitations bovines, porcines ou ovines. Il est vrai que quand on sait que pour obtenir 1 kilo de viande de bœuf, il faut dépenser 15 000 litres d’eau, l’élevage des insectes est plus économique. De plus, il rejette des quantités tellement infimes de gaz à effet de serre que la comparaison avec les émissions produites par les élevages traditionnels n’a plus de sens.
 
 
Alors, les chiffres sont sans appel. Mais de la théorie à la pratique il y a un abîme. On a beau dire comme l’a fait Les Echos que les insectes comestibles sont une filière d’avenir pour la France,  on peut observer avec attention les progrès de certaines startup dans ce domaine comme l’a relevé UP' Magazine, il n’en demeure pas moins que l’auteur de cet article n’est pas encore parvenu à croquer à belles dents une poignée de criquets bien grillés pour son dîner. Et vous ? 
 
 

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
eat fish
Previous article

Eating fish in a way that respects the planet

ground fridge
Next article

Go green: keep your food fresh... underground!

Latest articles in Food Security and Agrostrategies

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
0 Shares
Share
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print