Wheat field

The big cereal trees are starting to taste organic.

Start
Longtemps parents pauvres du bio, les céréales et fourrages sont en train de combler leur retard : au vu du nombre croissant d’agriculteurs qui se convertissent, la France n’aura bientôt plus besoin d’importer pour satisfaire ses besoins croissants en la matière.
 
Ae secteur des grandes cultures est, avec l’élevage, celui où le plus d’agriculteurs ont décidé de s’engager dans la production biologique en 2015 : 800 fermes ont démarré leur conversion l’an dernier, soit une hausse de 9%, pour une superficie de 60.000 hectares, selon l’Agence bio.
 
La chute des cours mondiaux du blé et du maïs, traditionnellement grands consommateurs de pesticides, a probablement suscité des vocations vers le bio, mieux rémunéré. « L’an passé, nous avions appelé à un nouvel élan : on a été entendu, il y a une grande vague de conversion« , s’est réjouie vendredi devant la presse Carine Maret, directrice de l’Union française d’agriculture biologique (UFAB).
Avec une hausse de 15% de la consommation l’an dernier, « le bio est un marché très dynamique qui motive les producteurs« , a aussi estimé Christophe Lecuyer, président de la commission filières biologiques de Coop de France, la confédération des coopératives.
 
Pourtant, les agriculteurs produisant céréales (blé, maïs, orge) ou protéagineux (pois et féverole utilisés comme fourrage pour nourrir le bétail) ont mis plus longtemps à prendre le virage du bio que leurs collègues produisant fruits et légumes.
L’agriculture biologique représente 5% de la surface agricole utile française (SAU). Mais les surfaces de grandes cultures bio ne comptent que pour 2% du total, alors qu’elles représentent la grande majorité des surfaces en agriculture conventionnelle.
 
Les risques de pertes de rendements liées à l’arrêt de l’utilisation de pesticides et d’engrais sont un frein important pour les céréaliers, soumis à la volatilité des marchés internationaux.
Mais grâce aux nouvelles vocations, la production de céréales et fourrages bio devrait nettement augmenter d’ici trois ans, le temps nécessaire pour convertir une ferme au bio.

Autosuffisance

L’autosuffisance devrait être atteinte en 2016/2017 pour les fourrages destinés aux animaux, en majorité des volailles (poulets de chair et œufs en bio), et en 2018 pour les céréales destinées à l’alimentation humaine (pain bio), selon Coop de France.
Jusqu’ici, la France souffre d’un déficit chronique dans ce domaine, qui l’oblige à importer 20 à 30% de ces denrées de base, alors que l’Hexagone est le 1er exportateur européen de blé conventionnel.
 
L’engouement pour les grandes cultures bio est particulièrement marqué dans le Sud-Ouest, avec plus de 300 nouveaux producteurs en 2015 en Midi-Pyrénées.
Fabien Fouragnan, responsable de la fabrication d’aliments bio pour animaux chez Sud-Ouest Aliment, a vu « la production augmenter de 120% entre 2010 et 2015« . L’entreprise vise une hausse de 35% sur les trois prochaines années et compte même se diversifier dans la production de nourriture pour poissons d’élevage bio.
 
Même si l’avenir s’annonce prometteur, « il faut rester vigilant sur le risque de chute des prix« , si la production venait à dépasser les besoins du marché, met en garde M. Lecuyer, qui prône la mise en place de filières organisées pour répondre aux demandes des consommateurs.
Au sein de la coopérative Axéréal, 1ère coopérative céréalière française, l’agriculteur prend soin d’expliquer à ses collègues que « certaines productions seront mieux valorisées que d’autres"
Il leur conseille par exemple de planter du blé fourrager plutôt que de l’orge, car il est davantage prisé pour les rations des volailles, les principales consommatrices d’alimentation animale bio en France.
Et rappelle que le passage au bio lui a permis d’embaucher une personne supplémentaire sur sa ferme, grâce aux économies réalisées par l’arrêt d’utilisation de pesticides et d’engrais.
 
 

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Fruit crate
Previous article

94 % of French people want to change their way of consuming

endocrine disruptors
Next article

Endocrine disruptors: Brussels makes its copy but causes an outcry

Latest articles in Food Security and Agrostrategies

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print