innovations agricoles

Les voyages d’études forment l’agriculture numérique de demain

Faire émerger des projets et des solutions numériques répondant aux problématiques de la filière agricole et légumière, tel est l’objet du programme européen Rucaps (1), basé sur des échanges de compétences (chercheurs, acteurs du développement économique) et de bonnes pratiques entre régions européennes. Objectif : Favoriser le développement de projets innovants au croisement des filières agricole et numérique.
 
Pilotant le dispositif régional AGRETIC (2), Bretagne Développement Innovation est partie prenante de ce projet européen qui permet aux chercheurs (3) des régions partenaires de se rendre quelques semaines dans les différents territoires. Objectif de cet échange de personnels ? Observer comment s’organise la filière légumière dans les différentes régions, sa chaîne de valeur, ses problématiques et ses enjeux. Et voir aussi comment elle interagit avec la filière numérique.
 
C’est dans ce cadre que deux chercheurs de l’Université polytechnique de Valence (Espagne), Llanos Cuenca et Andres Boza, spécialistes de la modélisation mathématique, de la Supply Chain et des ERP (progiciels de gestion intégrés), accueillis depuis deux semaines en Bretagne par l’agence régionale de développement économique, ont visité le 15 juin dernier la station expérimentale en agriculture biologique Terre d’Essais, à Pleumeur-Gautier dans les Côtes d’Armor.
Les deux chercheurs espagnols y sont venus pour analyser la chaine de valeur de la filière légumière et proposer des outils de modélisation mathématiques permettant de limiter la prise de risque des agriculteurs. De nouveaux projets européens pourront naître de cette première prise de contact.
 
À l’instar de cette visite à Terre d’Essais, c’est tout l’objectif du projet Rucaps : faire se connaître les acteurs européens (universités, centres de recherche, centres techniques, agences de l’innovation, organismes de production agricole, politiques…).
Organisés en réseaux, ces acteurs pourront former demain des consortia, répondre aux futurs appels à projets du programme H2020 (sur la thématique du croisement de filières agricole et numérique) et faire financer leurs projets de recherche.
 
Pour la Bretagne, et au bénéfice de ses entreprises, BDI a identifié un certain nombre de thématiques sur lesquelles les chercheurs pourraient plancher : l’optimisation des flux de données dans l’exploitation, le développement d’outils de détection des maladies, l’amélioration des conditions de travail au champ, la gestion de l’eau… La liste non-exhaustive pourrait s’enrichir au fil des visites et des rencontres avec les autres acteurs européens.
 
Participant également à ces immersions au sein de structures partenaires (Université de Liverpool, Management school de Plymouth, Université Polytechnique Valencia en mars et avril 2017), BDI accueillera à nouveau en Bretagne six chercheurs européens, du 10 au 12 juillet prochain.
Pour cette visite, qui regroupera des chercheurs de la management school de Plymouth et l’université de Polytechnique Valencia, BDI proposera un programme riche pour appréhender, de manière globale, l’organisation de la filière légumière en Bretagne (visite de Vegenov, de l’OBS, du CATE, rencontre avec le Cérafel, visite d’une exploitation agricole, d’une station de conditionnement…).
 
(1) RUCAPS – Risk and Uncertain Conditions for Agriculture Production Systems. Durée du projet : 4 ans (oct. 2016 – oct. 2020) – Pays du projet : France, Italie, Espagne, Pologne, Grande-Bretagne, Chili, Argentine – Type de projet : H2020 Pierre & Marie Curie – RISE (basé sur l’échange de personnel)
(2) AGRETIC est le programme régional de croisement des filières agri-agro et numérique, piloté par BDI en lien avec le pôle de compétitivité Valorial et les Chambres d’agriculture de Bretagne. En 2016, 7 entreprises ont bénéficié d’un accompagnement AGRETIC sous forme d’ingénierie de projets, pour un montant de 3,5 millions d’euros (dont 1,1 million d’euros d’aides régionales).
(3) Chercheurs en management de la gestion des risques, de la chaine de valeur, de l’analyse et de l’interopérabilité de la donnée (data monitoring).
                

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
power
Previous article

Feeding on pleasure

challenge DigitAg
Next article

#DigitAg Challenge : des outils numériques au service des agriculteurs

Latest articles in Food Security and Agrostrategies

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

In order to contribute to the information effort on the current coronavirus crisis, UP' proposes to its readers a free entry to the latest published articles related to this theme.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
0 Shares
Share
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print