Battle of Glyphosate
/

Glyphosate battle: a serious debriefing session is needed

Start
Deux ans de débats, une campagne effrénée des ONG et un vote au bout du suspens : le feuilleton du glyphosate a mis sous le feu des projecteurs des processus de décision complexes et contestés au sein de l’Union européenne, qui promet d’en tirer les leçons.
 
Aes opposants à l’herbicide controversé ont peut-être perdu une bataille, mais au lendemain de la décision de renouveler la licence du glyphosate pour cinq ans, ils ne baissent pas les bras.
Il y a quelques mois, personne ne savait ce qu’était le glyphosate. L’affaire aura révélé une chose : on a remis l’agriculture et l’alimentaire au cœur de nos questions de société« , se console l’eurodéputé socialiste français Eric Andrieu.
 
Martin Pigeon, chercheur et militant pour Corporate Europe Observatory, une ONG qui expose le pouvoir des lobbies, fait partie du collectif qui a lancé « Stop glyphosate », une « Initiative citoyenne européenne » (ICE), pétition officielle qui a rassemblé plus d’un million de signatures.
Il n’y a eu aucune prise en compte des objections des gouvernements mis en minorité, ni du Parlement européen » qui prône une disparition progressive sur cinq ans, déplore Martin Pigeon. Un « déni démocratique » que l’UE pourrait payer, renchérit Eric Andrieu.
 
Neuf pays ont maintenu jusqu’au bout leur opposition, dont la France, principale puissance agricole dans l’UE, mais aussi l’Italie, l’Autriche, le Luxembourg et la Belgique.
 

Changer les règles du jeu

 
La Commission européenne assure avoir tiré une première leçon avec sa proposition, soumise en février, d’introduire « plus de transparence » dans le processus de « comitologie », le cadre législatif dans lequel a évolué le dossier du glyphosate : des décisions prises à huis clos par des comités d’experts représentant les États membres.
Le processus d’homologation scientifique au sein de l’UE a aussi été sévèrement écorné. Dans sa première réaction, la France a réclamé une « réforme du cadre européen d’évaluation des substances chimiques" . " Il faut changer les règles du jeu« , lance l’enrodéputée Michèle Rivasi. Son groupe politique, les Verts, a demandé la mise en place une commission parlementaire spéciale pour améliorer le processus d’évaluation.
 
Le débat est resté dans l’impasse depuis le classement comme cancérogène « probable » du glyphosate par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), un organe de l’OMS, en mai 2015.
L’Efsa, l’Agence européenne de la sécurité alimentaire, avait rendu un avis contraire, ouvrant la porte au renouvellement de l’autorisation de la substance dans l’UE. Le problème, pour les opposants à la substance, c’est que l’Efsa se base notamment sur des études confidentielles, alors que le CIRC ne prend en compte que des études déjà publiées. Des accusations d’influence sur certaines études de l’industrie phytosanitaire et du géant américain Monsanto en particulier ont exacerbé le débat.
 
« Stop Glyphosate » réclame qu’à l’avenir, l’évaluation des pesticides se fasse sur des bases de données publiées et accessibles. Cet Initiative Citoyenne Européenne insiste aussi pour que les études ne soient pas payées par les industriels, mais par l’intermédiaire d’un fonds public. L’UE « doit se donner les moyens » d’assumer la protection de la santé humaine et de l’environnement, selon Martin Pigeon.
 

« Techniques alternatives »

 
Les politiques et les décideurs devraient réfléchir au fait qu’en Europe, nous pouvons fièrement revendiquer les aliments les plus sûrs au monde. Nous devons tous faire plus pour le rappeler aux 500 millions de consommateurs européens, plutôt que de miner la confiance du public« , rétorque Graeme Taylor, porte-parole de l’ECPA, l’association européenne des fabricants de pesticides. Cette association, dont Monsanto est un membre actif, a été au cœur d’une intense campagne de lobbying et de contre-propagande. Derrière cette intense activité, on trouve, selon la journaliste Sarah Sermondadaz, deux sociétés spécialistes de la communication digitale institutionnelle respectivement basées à Bruxelles et à Londres. Or, on découvre aussi que cette communication a récemment gagné le prix de la meilleure campagne d’une association professionnelle pour 2017 aux Europawards. C’était le 22 novembre 2017… soit quelques jours avant le vote européen
 
La Commission européenne a promis de répondre aux demandes de l’ICE et donné rendez-vous le 12 décembre. Elle s’est aussi engagée « à examiner la possibilité de clarifier et optimiser les règles de transparence applicables aux études scientifiques qui sont la base de l’évaluation"
 
Pour Angélique Delahaye, membre du PPE (droite, majoritaire au Parlement européen), le manque d’éléments scientifiques déterminants rendait de toute façon inévitable un vote en faveur de la réautorisation du glyphosate. « On aurait investi cette énergie et cette détermination dans des moyens à mettre en place pour la recherche, pour l’innovation, pour des techniques alternatives, on aurait été beaucoup plus utile à nos concitoyens européens« , tempête-t-elle.
 
 
Sources : AFP, Science et Avenir

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
organic food
Previous article

Le boum du Bio

food and politics
Next article

How food becomes a political issue

Latest articles from Pollutions

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
0 Shares
Share
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print