urban farm

From Fork to Fork: New Urban Vegetable Gardens Set Up in Paris

Start
Les potagers urbains Peas&Love, déjà présents à Bruxelles, arrivent à Paris. Le premier site ouvrira au public parisien le 1er mai avec 250 parcelles individuelles sur le toit de l’hôtel Yooma, dans le 15ème arrondissement. Ces potagers suspendus offrent ainsi la possibilité à tous les afficionados de nature ne possédant pas de parcelles de terre, ou le temps d’aller à la campagne récolter leurs produits, de se ressourcer au milieu de fruits et légumes 100 % biologiques. Nous ne sommes plus très loin du concept « de la fourche à la fourchette » …
 
Herbes aromatiques, salades, radis, légumes de toutes variétés, … vont fleurir sur les toits des immeubles parisiens : c’est l’ouverture d’un nouveau potager de 1000 m2 sur le toit en béton de l’hôtel parisien Yooma, situé au milieu des tours de Beaugrenelle, dans le XVe arrondissement.
Peas&Love est la nouvelle génération de fermes urbaines : les fermes potagères, avec pour mission de s’installer sur des espaces urbains non valorisés, comme des toitures urbaines.
Chaque ferme est composée d’un ensemble de parcelles de potagers individuelles louées aux riverains clients -les Urban Farmers-. Grâce à un abonnement annuel, ils ont accès à la récolte de leur parcelle nominative ainsi qu’au partage d’espaces communs et d’expériences via des ateliers et des animations pour se retrouver dans la nature au cœur de la ville. Les parcelles sont entretenues par un Community Farmer, ingénieur agronome de formation, et sont composées de fruits et légumes locaux, de saison, cultivés en mode de production bio. « Moyennant un loyer de 8 euros par semaine pour une parcelle de 3m2, le particulier aura 30 kilos de produits bio de saison par an. Cela représente le tiers de sa consommation annuelle. »
 

Les fermes Peas&Love

La ferme Peas&Love se compose de 250 parcelles de potager individuelles, entretenues par le community farmer référent. Les abonnés riverains ont accès toute l’année à la récolte de produits frais, de saisons, en mode d’agriculture bio, ainsi qu’aux espaces communs et aux expériences via des ateliers et animations pour découvrir le potager et faire partie de la communauté d’amoureux de la nature en ville.
L’accès à la récolte, au cœur une démarche pédagogique autour des produits de saisons, des cycles de la nature, et le lien avec ce que l’on mange, sont des fondamentaux pour Peas&Love. Des ateliers de cuisine sont organisés pour partager les pratiques et apprendre à cuisiner de saison.
Le fondateur, Jean-Patrick Scheepers, explique que « Le concept Peas&Love est né de la rencontre de mes deux passions pour la nature et la cuisine saine. Nous avons à présent démontré la pertinence du modèle économique et nous voyons grand pour Peas&Love avec une prévision de 4000m2 de fermes au premier semestre 2018 répartis entre Bruxelles et Paris, avant de nous étendre dans toute la France et à Berlin pour 2019. »
« Le concept Peas&Love est né de la conviction que de nombreux urbains souhaitent entretenir leur bout de jardin et se connecter à la nature dans leur quotidien. Mais ils n’ont pas forcément le temps, les connaissances ou la place » complète-t-il. « Un pari que nous sommes fiers de porter : un an après le lancement on agrandit la ferme de Bruxelles, et les nouvelles fermes prévues se remplissent rapidement. Les valeurs de l’alimentation positive se développent ».
 
« Nous sommes ravis d’accueillir la ferme Peas&Love qui s’inscrit parfaitement dans la démarche de l’hôtel Yooma » ajoute Pierre Beckerich, propriétaire et concepteur du Yooma « Notre « Urban Lodge » propose des expériences favorisant le vivre ensemble, la création d’un lieu de convergences entre les parisiens et leurs hôtes. Les valeurs du projet Peas&Love s’inscrivent dans notre écosystème d’accueil et d’authenticité ».

How does it work?

Devenir fermier urbain est assez simple et au départ tout se fait en deux coups de clics. Il vous suffit de choisir votre ferme, le nombre de parcelles que vous voulez louer et de remplir vos coordonnées personnelles dans le formulaire.
Vous avez ensuite accès à votre espace privé dans lequel vous retrouvez toutes les informations dont vous avez besoin pour profiter de votre parcelle, comme vos données personnelles et de paiement, votre plan de récolte, les horaires de votre ferme potagère ainsi que toutes les opérations de culture effectuées par le Community Farmer sur votre parcelle de potager qu’il entretient (fonctionnalités prévues à partir du 1er mai 2018). Le Community Farmer vous accompagne tout au long de l’année pour que vous puissiez profiter au maximum de la parcelle de potager qu’il entretient pour vous.
 
Afin de sélectionner votre parcelle de potager, votre Community Farmer vous propose un rendez-vous pendant lequel vous faites sa connaissance, vous prenez note des horaires d’ouverture, des règles que vous partagez dans votre ferme potagère et vous choisissez la parcelle qui vous plait.
Ensuite libre à vous de venir profiter de votre mini potager pendant les heures d’ouverture et récolter vos fruits, légumes, salades, fleurs comestibles et herbes aromatiques.
Si vous en avez envie, vous participez à des ateliers de partage de connaissance, des formations et des conférences.
 
La saison commence le premier mai et se termine le 30 avril. S’il y a de la place, vous pouvez vous inscrire jusqu’au 30 juin, date finale de clôture pour la saison.
Votre abonnement coûte entre 34 et 38 euros par mois suivant la formule retenue et un droit d’entrée de 100 euros par parcelle la première année.

Développement Peas&Love

La première ferme Peas&Love a été inaugurée en 2016 à Bruxelles, 200 parcelles sur le toit du centre commercial Caméléon. En 2018, cette ferme a été agrandie de 60 parcelles. Ce 1er mai deux nouvelles fermes ouvriront : sur le toit de l’hôtel Yooma ainsi qu’à Bruxelles proposant plus de 250 parcelles chacune. Au premier semestre 2018, Peas&Love disposera de 4000 m2 de fermes entre les deux capitales, avant de poursuivre son développement en France (Paris, Lyon, Lille) et en Allemagne (à Berlin) pour 2019.
Loin d’être un phénomène de mode, « Scientifiquement, ce sont des formes d’agriculture vertueuses qui utilisent de façon intensive les ressources naturelles comme l’énergie solaire ou le gaz carbonique pour la réalisation de la photosynthèse des plantes, souligne Marc Dufumier, professeur émérite à AgroParisTech. Un mode de production très intensif en travail et économe en engrais de synthèse ou pesticides lorsqu’il est possible d’y recycler les déchets de cuisine et de pratiquer le désherbage manuel.»
 
Les potagers urbains s’adressent aux riverains, mais sont également pour les acteurs de l’immobilier des facteurs de valorisation du patrimoine. Les collectivités bénéficient de l’attractivité de projets économiquement viables de leur intégration réussie dans la ville avec la création de zones vertes pérennes. Peas&Love a remporté à ce titre le prix d’Or de la démarche collaborative BtoC lors de la nuit de l’économie collaborative et circulaire.
 
Photos : © Peas&Love
 

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Tin can
Previous article

Nanoparticles with negative effects in canned food

food aid
Next article

Better targeting of food aid to vulnerable people

Latest articles in Food Security and Agrostrategies

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print