power

Food: towards a new "organic, local and fair trade" label?

Start
Le label bio français « AB » permet aujourd’hui de distinguer les produits issus de l’agriculture biologique mais sans prendre en compte les aspects de commerces équitables et de provenance. Pour répondre à la demande des consommateurs, le Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) recommande de lancer une expérimentation et formule 18 propositions pour améliorer les signes officiels garantissant l’origine géographique et/ou le mode de production d’un produit. Pour une meilleure qualité de l’alimentation, un renforcement de la qualité sanitaire et une meilleure traçabilité des produits, comme le demandent les consommateurs.
 
AB, AOP, Bio, STG, Label Rouge, … Comment s’y retrouver ? Initiés par la France, les cinq signes officiels de qualité et d’origine (SIQO) sont les seuls, parmi les nombreuses mentions figurant sur les étiquettes des produits alimentaires, à être garantis par l’État et reconnus au niveau européen. Les « promesses » qu’ils offrent portent sur l’origine (AOP/AOC, IGP), le respect de l’environnement et du bien-être animal (Bio), une qualité supérieure (Label Rouge) ou encore une recette traditionnelle (STG) ; elles font l’objet de contrôles réguliers.
Au total, la France compte quelque 1 100 produits sous signe de qualité (SIQQ) qui permettent aux agriculteurs de différencier leurs productions et donc de mieux les valoriser, représentant un chiffre d’affaires total de 30 milliards d’euros, soit plus d’un tiers de la valeur de la production agricole, selon le rapport. Parallèlement, ils contribuent à dynamiser les territoires grâce aux patrimoines gastronomiques, paysagers et culturels qu’ils entretiennent. En Europe, début 2018, environ 1 400 produits alimentaires, hors vins et spiritueux, étaient enregistrés en AOP, IGP ou STG par 26 pays de l’UE, 21 % d’entre eux italiens et 18 % français.
 
Pour autant, les SIQO doivent aujourd’hui relever des défis. Dans cet objectif, le CESE formule des préconisations pour améliorer leur connaissance par les consommateurs, renforcer et élargir leurs promesses face aux attentes de la société, ou encore favoriser et soutenir leur développement.
Dans un rapport adopté le mardi 19 juin à l’unanimité, le CESE formule donc 18 propositions pour améliorer les cinq signes officiels garantissant l’origine géographique et/ou les modes de production des produits alimentaires.
 
Le rapport préconise ainsi d’harmoniser tous les cahiers des charges des labels de qualité et de les tirer « vers le haut », pour améliorer leur lisibilité et cohérence. Celui du beurre d’Isigny AOP, qui date de 2017, impose ainsi des contraintes sur les races de vaches laitières, les conditions d’alimentation et d’élevage, quand celui du beurre de Charentes-Poitou AOP, remis à jour en 2016, « ne comporte aucun engagement sur ces aspects pourtant importants », souligne le rapport. Idem pour les huîtres : les cahiers des charges valorisent essentiellement les conditions d’affinage en « « claires » mais ne parlent ni de la provenance, ni de son origine (naturelle, triploïde, diploïde issue d’écloserie).
 
Le label européen du bio, représenté par une feuille verte, resterait présent, mais le label historique français AB serait recentré sur l’agriculture biologique de proximité, tout en prenant en compte des conditions de commercialisation équitables pour les producteurs.
 
Quant au label bio européen, il ne serait pas modifié mais les produits bio non européens devraient répondre à des critères de conformité et non plus à des équivalences entre pays tel que c’est le cas actuellement. En théorie, le logo européen offre les mêmes garanties (absence de pesticide, attention au bien être animal…) que le label AB français. Dans le détail, les viandes et légumes bios venus de pays hors UE peuvent bénéficier d’une équivalence. « La Commission estime alors que les contrôles des pays d’origine suffisent. Ce qui est loin d’être satisfaisant. On a notamment vu que la spiruline (complément alimentaire) bio venue de Chine posait des problèmes sanitaires », pointe le co-rapporteur du CESE, Dominique Marmier.
« Ceci est d’autant plus important que les français consomment 8,7 milliards de produits bio par an, et ne produisent que pour 4 milliards d’euros, il y a donc beaucoup de produits importés », complète-t-il.
 
L’avis du CESE est uniquement consultatif, mais il pourrait être repris par la loi alimentation, examinée en ce moment au Sénat.

 
 

Anything to add? Say it as a comment.

 

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
agrostrategies
Previous article

Is Paris going to become the largest vegetable garden in France?

CAP
Next article

Where is the future Common Agricultural Policy (CAP) heading?

Latest articles in Food Security and Agrostrategies

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
0 Shares
Share
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print