dicamba
/

Monsanto's dicamba, the controversial cousin of glyphosate, is licensed in the USA. Europe soon?

Start
Les agriculteurs américains vont pouvoir utiliser le dicamba dans leurs cultures. Ce pesticide, cousin du glyphosate est produit par Monsanto-Bayer. Hautement controversé, il a fait l’objet d’âpres discussions mais finalement, les autorités américaines viennent de renouveler son autorisation. Volatile, il se propage aux champs voisins et ravage tout, ou presque, sur son passage. Vous croyiez connaître le glyphosate ? Il y a mieux : le dicamba !
 
Cet herbicide à large spectre comme le glyphosate existe depuis longtemps. Mais son utilisation s’est intensifiée depuis que Monsanto, la firme américaine récemment rachetée par Bayer, commercialise des semences de soja et de coton génétiquement modifiées pour y résister.
 
À la suite d’un large processus de consultation et alors que la précédente autorisation arrivait à expiration dans quelques jours, l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) a décidé d’autoriser pour deux années supplémentaires l’utilisation de ce produit chimique sur les plantes déjà sorties de terre. À temps pour que les agriculteurs puissent passer leurs commandes de semences et pesticides pour la récolte de l’an prochain. L’utilisation du dicamba sur des semences génétiquement modifiées pour y résister est en effet une aubaine pour certains exploitants au moment où les mauvaises herbes deviennent de plus en plus résistantes à d’autres désherbants.
 

Volatilité

Mais le dicamba, comme son cousin le glyphosate, traîne dans son sillage des polémiques liées à sa dangerosité. Des milliers de plaintes ont été portées depuis 2017 auprès des services de l’Agence américaine de protection de l’environnement. En effet, le dicamba présente, selon les plaignants et des experts agronomes, la particularité d’être très volatile. Ainsi, lors de son épandage sur les jeunes pousses, la substance s’évapore, flotte au gré du vent et détruit les cultures voisines où poussent des semences différentes.
 
Chez Générations Futures, on connaît cet herbicide depuis longtemps « et il est loin d’être anodin « , explique François Veillerette, directeur général de l’ONG. « Il n’a pas les mêmes propriétés que le glyphosate [utilisé dans le Roundup, [NDLR], mais on sait déjà qu’il est toxique pour la reproduction et le développement des mammifères. Il pose aussi des problèmes de contamination de l’eau et de l’air, et il s’attaque à la végétation autour. "
 

Utilisation exponentielle

Il n’en demeure pas moins que déjà 16 millions d’hectares de cultures de semences résistantes au dicamba sont plantés aux Etats-Unis. Monsanto a mis un point d’honneur à démocratiser le recours à son herbicide, à l’heure où le glyphosate apparaît de moins en moins efficace, certaines plantes ayant développé naturellement une résistance au produit. « Le problème, c’est que cette utilisation exponentielle aux États-Unis va conduire aux mêmes conséquences que l’on connaît actuellement avec le glyphosate : la résistance des plantes. Plus on généralise son utilisation, plus en favorise à terme l’émergence de souches résistantes », prévient François Veillerette.
 
Pour éviter le plus possible les contaminations involontaires, l’EPA a durci les conditions d’utilisation du dicamba, interdisant notamment son épandage plus de 45 jours après les semis de soja et 60 jours après les semis de coton.
Le pesticide ne pourra par ailleurs être appliqué que par des personnes certifiées. Et ces dernières devront attendre une heure après le lever du soleil et s’arrêter deux heures avant son coucher pour l’épandre.
 
Bayer s’est félicité du feu vert de l’EPA, qui « permet de continuer à offrir aux agriculteurs un outil dont ils ont fortement besoin pour contrôler les mauvaises herbes », a commenté Ryan Rubischko, responsable du portefeuille de produits lié au dicamba pour le groupe.
Le géant de la pharmacie et de l’agro-chimie mise beaucoup sur ce produit, ses semences résistantes au dicamba ayant déjà été utilisées cet été sur près de la moitié des champs de soja aux Etats-Unis.
 

Possible « contamination » en Europe ?

En Europe, où le débat sur le glyphosate divise plus que jamais, le dicamba se fait bien plus discret. Autorisé depuis 2008, il est utilisé dans 27 pays du Vieux Continent. « Ici, nous n’avons que l’herbicide et pas encore le package dicamba-graine OGM, donc on est à l’abri pour l’instant », explique François Veillerette. Mais, selon lui, il n’est pas impossible qu’une souche résistante ou génétiquement modifiée arrive par mégarde en Europe, d’autant que les États-Unis figurent chaque année dans le trio de tête des plus gros exportateurs de graines oléagineuses.
 
Sources : AFP, France 24
 

Anything to add? Say it as a comment.

 

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
plastics
Previous article

Biotechnology to decompose a sea of wastes

agricullture
Next article

Agricultural capital: building sites for a cultivated city

Latest articles from Pollutions

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
10 Shares
Share10
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print