Dairy cows
/

In Normandy, farmers are rushing towards organic farming.

Start
L’agriculture bio peut-elle permettre aux agriculteurs de sortir de la crise profonde dans laquelle ils sont pour nombre d’entre eux en train de sombrer. C’est la question que nous posions dans UP en faisant état d’une étude démontrant les performances de l’agriculture bio en termes de rendement, de productivité et de sécurité. Aujourd’hui, de nombreux agriculteurs semblent avoir entendu l’appel du bio. Ils se ruent pour se convertir. Mais attention, danger. En effet, une conversion demande de la trésorerie, du temps, une volonté bien ancrée pour changer tout son modèle de production et de pensée, s’inscrire dans des circuits de distribution courts. Le bio ne peut être qu’une bouée de sauvetage. C’est un changement profond que les organismes professionnels et les pouvoirs publics semblent bien en peine à accompagner.
 

READ IN UP' : L’agriculture est-elle en crise alors que le bio pourrait nourrir 9 milliards d’humains en 2050 ?

 
En Normandie, le groupement des agriculteurs biologiques est submergé comme jamais par les appels « paniques » de producteurs conventionnels qui espèrent s’en sortir en se convertissant à l’agriculture bio. « Lors de la dernière crise en 2009 on avait eu une vague de demandes de conversion mais là, c’est une explosion, du jamais vu. On a un appel par jour. Des appels paniques de conventionnels prêt à se lancer, même sans aide », explique Thierry Restout, vice-président de l’association de producteurs Agrobio Basse-Normandie (ABN), interrogé par l’AFP en marge de l’assemblée générale des agriculteurs bio du Calvados, jeudi à Villers-Bocage.
 
Plus de la moitié des appels proviennent de producteurs de lait, précise Guillaume Fernagu, coordinateur d’ABN. « On gère l’urgence. On a du mal à traiter tous les dossiers. Un diagnostic pour une ferme demande trois ou quatre jours. Or, on n’a que 4,5 salariés qui y travaillent », poursuit M. Restout, lui-même producteur de lait.
 
Pour se lancer, il faut un minimum de trésorerie et le virage est plus facile à négocier quand on a déjà une bonne part d’herbe dans l’alimentation des bêtes que lorsqu’on est dans le « tout maïs » acheté à l’extérieur. Et certains conventionnels sont aujourd’hui dans une situation financière trop dégradée pour pouvoir trouver une laiterie avec qui contractualiser avant les deux ans de conversion.
 
Répondre à ces urgences est d’autant plus difficile que le « flou » règne sur les aides, souligne M. Restout. Jeudi la Fédération nationale d’agriculture biologique (FNAB) a dans un communiqué tiré la sonnette d’alarme. « Les aides à la conversion et au maintien en biologique sont gravement menacées » car « le nombre croissant d’agriculteurs qui souhaite y passer a été largement sous-estimé ! », déplore la FNAB. Les enveloppes prévues pour 2015-2020 sont déjà épuisées dans certaines régions, s’alarme la FNAB.
La demande de lait bio en revanche est toujours là, assure ABN. « Pour l’instant on trouve des laiteries mais ce ne sera peut-être pas le cas dans un mois car leur demande est par à-coups », explique M. Fernagu.
Face à l’afflux, « la porte est ouverte » mais les « dossiers sont regardés de très près », a indiqué à l’AFP Christophe Baron, président de Biolait.
 
La collecte de lait de vache biologique a doublé depuis 2009 à 558 millions de litres mais ne représente que 2,26% de la collecte en France, selon l’Agence bio. La France comptait 2.373 exploitations laitières bio fin 2014, soit 65% de plus qu’en 2009.
 

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Organic farming
Previous article

Is agriculture in crisis when organic farming could feed 9 billion people in 2050?

agrotechnopole
Next article

AgroTechnoPôle: Création d'une structure d'innovation inédite pour l'agriculture européenne

Latest articles in Food Security and Agrostrategies

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print