Quel habitat pour demain ?

Carnet de tendances

Start

L’habitat est en pleine mutation. Il doit devenir plus sobre et plus respectueux de l’environnement afin d’accompagner la transition énergétique et écologique. Un exercice complexe sur lequel se sont penchés deux spécialistes pour décrypter les nouvelles attentes des Français. De cette association, découle un cahier de tendances démontrant comment les modifications de nos modes de vie et de notre environnement influent sur la construction de nos logements, leur organisation, leur fonctionnement.

Le groupe immobilier Cogedim s’est associé avec NellyRodi, agence de conseil en Intelligence Business et Créative, pour décrypter les nouvelles attentes des Français en matière d’habitat. Un cahier de tendances est né, dénommé « VISIONS – L’habitat de demain ». C’est pour anticiper les nouvelles attentes et aspirations dans un contexte marqué par une profonde transformation des usages, que ce travail prospectif a été réalisé. Quelles sont les grandes valeurs « inspirationnelles » à une époque où la maison est devenue le centre de gravité pour beaucoup ? »

Des modes de vie en mutation

Nous vivons plus vieux : Le nombre de personnes âgées, souvent seules, s’accroît. La demande de logements adaptés (petits, accessibles, équipés pour pallier la perte d’autonomie) ou médicalisés, situés en centre-ville, va augmenter, ainsi que l’offre de services à la personne.

Nos familles évoluent : Elles sont moins stables : séparations, recompositions, mobilité accrue, fragilité financière… Elles auront besoin de logements plus petits (familles monoparentales) ou qui puissent s’adapter à des familles plus flexibles (logements modulaires évolutifs). Les pratiques solidaires (familiales ou pas) se généraliseront pour faire face aux difficultés.

Notre environnement économique change : Les conditions économiques deviennent plus contraignantes et moins sûres. Pour s’en affranchir ou y remédier, on s’orientera vers des logements plus petits, moins coûteux à l’usage (autoproduction d’énergie, proximité des transports en commun…), en location (mobilité des familles, difficultés à accéder à la propriété…). L’échange (de biens, de services), le partage et la collaboration se développent. La cohabitation (familiale, colocation) deviendra plus fréquente, le prêt et la location d’équipements aussi.

Nous sommes de plus en plus connectés : Nos bâtiments le seront aussi, et nous communiquerons avec eux pour contrôler et réguler les consommations d’eau et d’énergie. Les logements pourront « réagir » à nos besoins et à nos demandes.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

L’environnement mieux pris en compte

Nos sociétés modifient profondément la planète (changement climatique, raréfaction des matières premières et des énergies fossiles…). En retour, elles doivent à la fois réduire leurs impacts sur l’environnement pour limiter les effets négatifs de ces changements, s’adapter à ce nouvel environnement et évoluer avec lui.

Changer avec le climat : Nos logements contribuent au réchauffement de la planète. En France, ils consomment près de la moitié de l’énergie et émettent plus de 20% des gaz à effet de serre responsables du changement climatique. Pour diminuer leurs émissions de gaz à effet de serre et leur consommation d’énergie, il faut limiter les besoins de chauffage, de climatisation, d’électricité des logements grâce à la pratique d’une architecture bioclimatique, à l’isolation très performante, au recours systématique aux énergies renouvelables, à des constructions autonomes en énergie, à des procédés constructifs innovants, à des équipements sobres et ultra-performants… La rénovation et la construction de nos logements influent donc fortement sur le climat.

Il faut aussi adapter les bâtiments à des conditions météorologiques plus extrêmes avec une augmentation du nombre de jours de fortes chaleurs, mais aussi avec davantage d’inondations, de tempêtes, de fortes précipitations ou de sécheresses (ayant pour conséquences des mouvements de terrain, des phases de gonflement/rétraction des argiles fragilisant les fondations et les réseaux enterrés…).

Mieux employer les matériaux pour économiser les ressources : Les techniques de construction traditionnelles sont gourmandes en matières premières (sable, gravier, bois…), en énergie et en eau. L’urbanisation consomme des surfaces importantes de terres agricoles en privilégiant l’étalement des villes plutôt que leur densification. Faire mieux avec moins, rénover le bâti existant, recycler et remplacer les matériaux qui se raréfient (du sable aux terres rares utilisées dans nos portables, nos ordinateurs et nos équipements connectés) … voilà quelques défis que nous devons commencer à relever pour rendre nos logements plus durables et plus à même de satisfaire nos besoins de demain.

Les nouvelles attentes des français : à quoi aspirent-ils ?

Face aux nouveaux enjeux environnementaux, économiques, identitaires et sanitaires… la société exprime clairement son envie de liberté, sa volonté de s’engager, son désir de sérénité. En quête de sens, de valeurs, de transparence et de bien-être, les français souhaitent un retour au local, à la nature, au collectif, à l’inclusivité dans un environnement serein et sécurisé.

Ils aspirent à un quotidien facilité, connecté et adapté à leur mode de vie, que ce soit dans leur milieu professionnel ou personnel. Les français deviennent également plus exigeants, en recherche d’exclusivité et de créativité dans les expériences qu’on leur propose. Le fruit des réflexions de Cogedim et NellyRodi a donné naissance à quatre grandes approches de lieux de vie, de maisons à vivre.

Tendance #1 – Maison flexible : modularité, partage, digital

Perception de NellyRodi : les français aspirent à plus de modernité, plus de partage, à une maison connectée, certes, mais avec un digital bienveillant…

Immeuble « Air du temps » dans le XIIIe arrondissement de Paris

Ce n’est pas à l’habitant de s’adapter à son logement : c’est au logement de s’adapter à ses habitants ! Besoin d’une chambre d’enfant ? D’un bureau trois jours par semaine ? D’une terrasse le temps d’un dîner ? Agrandir, diviser, aménager… Les espaces doivent être suffisamment modulables, hybrides, pour répondre de façon astucieuse aux demandes exceptionnelles ou aux besoins à long terme.

Les modes de vie des français ont évolué encore plus vite avec la crise sanitaire : le boom du télétravail, le changement des schémas familiaux traditionnels, le besoin d’agilité, mais aussi la modularité des espaces sont des attentes grandissantes des clients.

La flexibilité de l’habitat est au centre des programmes du promoteur, afin de pouvoir proposer à chaque client un appartement qui lui correspond. Des usages que Cogedim anticipait déjà avant le premier confinement en concevant par exemple des « façades à vivre » aménagées soit en bureau, en bibliothèque ou en espace de repos. Par ailleurs, moyennant des travaux simples, les appartements peuvent évoluer tout au long de la vie des occupants. En proposant des typologies intermédiaires, le constructeur soumet aux futurs acquéreurs trois ou quatre plans d’aménagement pour un même espace.

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.

Tendance #2 – Maison vertueuse : éco-conscience, lien social, local

Perception de NellyRodi : les français aspirent à une vie plus éthique ; à développer plus de lien entre les générations, plus de mixité sociale. Ils veulent également privilégier les circuits courts et cherchent à se rapprocher d’une « une vie de village » …

L’exigence : des logements à faible impact environnemental. Une responsabilité qui implique une meilleure gestion des ressources et la mise en place de boucles vertueuses. Réutiliser systématiquement les matériaux, privilégier la pierre, construire bas carbone, favoriser les économies d’énergie, s’approvisionner auprès de labels biosourcés… Les nouveaux réflexes d’aujourd’hui préparent nos lendemains.

En rendant ses résidences plus vertueuses, Cogedim veut placer le bien-être des occupants au centre de ses priorités, dans le respect de l’environnement. Une réflexion forte a été lancée sur le confort d’été, autour des questions suivantes : comment limiter la sensation de chaleur l’été et éviter une trop forte surchauffe du bâti ? En proposant des solutions passives pour améliorer la ventilation naturelle. Cogedim a ainsi défini sept axes de réflexions prioritaires avec, pour chacun d’eux, un certain nombre de solutions envisageables à choisir et à mettre en œuvre en fonction des spécificités de chaque immeuble : conception, bâti – structure, conception intérieure, systèmes techniques, aménagements intérieurs, aménagements extérieurs/quartier, implication de l’usager.

Résidence Les Madriers à Montreuil avec ses jardins communs paysagers. des aménagements « vertueux » et végétalisés qui ont pour but de faire baisser la température des logements.

Tendance #3 : Maison cocon : protection, respect

Perception de NellyRodi : les français sont nombreux à envisager leur maison comme une « bulle », en harmonie avec la nature ; ils recherchent un certain retour aux traditions, un respect de l’existant, de la sérénité, de la confiance et de l’engagement…

10 % de la surface de l’appartement est extérieur. 93 % des appartements construits par Cogedim ont des balcons ou des terrasses.

L’idée d’une maison cocon prend de plus en plus de sens aujourd’hui : notre lieu de vie devient notre refuge, notre abri, l’endroit où se sentir en sécurité. Ce serait une parenthèse dans laquelle rien n’agresse : la maison-cocon idéale peaufine l’harmonie visuelle, la qualité acoustique, la pureté de l’air, le confort ergonomique. Les lignes sont douces, les formes enveloppantes, les couleurs neutres… Des innovations design ou high-tech permettent de combattre toutes les sources de pollution (industrielle, sonore) et de faire naître des lieux parfaitement ressourçant.

Préserver son environnement devient une priorité pour les Français. Cogedim l’entend et le traduit par son approche autour de la transition soignée entre l’extérieur et l’intérieur développée au sein de ses programmes. D’abord au niveau de la porte d’entrée de l’immeuble. Représentative de la résidence, elle se doit d’être identifiable, différenciante ; elle est l’élément qui marque la première transition entre la ville, la rue et le hall de l’immeuble. Ensuite, vient la transition entre le pallier et la porte de l’appartement qui délimite l’espace public de l’espace privé.

La dernière transition est celle entre le séjour et le balcon/la terrasse, entre la pièce à vivre intérieure et la pièce à vivre extérieure… Une réelle transition entre intimité et représentativité…

La qualité du logement Cogedim se traduit aussi par le fait que 100% des biens sont certifiés NF / Habitat, avec une exemplarité sur l’isolation acoustique, le confort thermique et la qualité de ventilation.

Tendance #4 – Maison Inspirante : singularité, exubérance, hub

Perception de NellyRodi : la société française est de plus en plus touchée par des lieux personnalisés qui racontent une histoire, des carrefours de rencontres, de créativité, des surprises, de l’art, de la fantaisie, du décalage…

Résidence Les Madriers à Montreuil – Illustration JEUDI WANG

Les logements ont du caractère : celui de leur propriétaire… Les Français sont de plus en plus exigeants sur le choix de leur logement et la personnalisation de ce dernier.

Utiliser des matériaux innovants et des technologies inédites, customiser et faire du sur-mesure… Cogedim s’appuie sur une équipe de 20 architectes intégrés pour répondre à ce besoin d’hyperpersonnalisation de l’offre. A commencer par la décoration des halls et parties communes de ses résidences pour les rendre uniques, chaleureuses et accueillantes. La personnalisation se fait ensuite dans les nombreux choix de prestations des appartements.

Antoine Delattre, Directeur Régional Consultations de Cogedim Ile-de-France, estime que : « Ce Trend Book est un outil formidable pour renforcer le lien avec nos partenaires locaux : les collectivités et décideurs territoriaux… En mettant en lumière les attentes des futurs habitants, nous, promoteurs, pouvons coconstruire avec les élus de nouveaux projets, s’interroger sur la manière de loger les français demain en ciblant mieux leurs attentes et en se réinventant… Ces interrogations, au cœur des réflexions de Cogedim et NellyRodi depuis de nombreuses années, ont amené naturellement à réaliser ce travail en commun, qui sera source, nous en sommes convaincus, d’idées aidant à penser l’Habitat de demain

Cahier de Tendances « VISIONS – L’Habitat de demain » here et envoyé par voie postale sur demande

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Previous article

Studiolo : Ceci n'est pas une porte

Next article

"Un Cercle immense" : le rêve réalisé d'une cité utopique idéale

Latest articles from URBANISM - ARCHITECTURE - LANDSCAPES

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share7
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print