Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Leçon inaugurale de Benoît Peeters au Collège de France : « Un art neuf »

27 octobre 2022 à 18 h 00 min - 19 h 00 min

Gratuit

Benoît Peeters, écrivain, scénariste, spécialiste de la bande dessinée, sera l’invité du Collège de France le 27 octobre 2022 où il prononcera sa leçon inaugurale « Un art neuf », suivie le 8 novembre de ses premiers cours sur la « Poétique de la bande dessinée ».

Spécialiste d’Hergé, scénariste de bande dessinée, auteur de biographies et d’essais sur Paul Valéry, Sándor Ferenczi, Alain Robbe-Grillet, Rodolphe Töpffer, Nadar, Jirô Taniguchi et Chris Ware, Benoît Peeters est un observateur actif de la bande dessinée depuis plus de quarante ans. Son regard critique est doublé d’un regard de créateur, nourri de ces allers-retours entre la théorie et la pratique.

Une longue complicité avec le dessinateur François Schuiten lui a permis de construire avec lui le cycle des Cités obscures. Quinze albums sont parus à ce jour ; ils ont obtenu de nombreux prix et ont été traduits dans le monde entier.

Passionné par le récit sous toutes ses formes, Benoît Peeters a aussi collaboré avec Aurélia Aurita et Frédéric Boilet, la photographe Marie-Françoise Plissart et le cinéaste Raoul Ruiz.

Le 7 octobre 2020, il a prononcé au Collège de France la conférence Génie de la bande dessinée inaugurant un cycle de trois rencontres entre des auteurs contemporains : Catherine Meurisse, Emmanuel Guibert, Jean-Marc Rochette et des professeurs du Collège de France.

Il est invité pour l’année 2022-2023 sur la chaire annuelle Création artistique (1), qui bénéficie du soutien exceptionnel du Centre national du livre.

Son enseignement portera notamment sur la singularité de la bande dessinée qu’il ne faut pas comprendre comme une forme amoindrie de littérature ou un art graphique diminué, mais plutôt comme une pratique artistique possédant ses propres outils créateurs.

Programme

Un art neuf

« La bande dessinée en l’an 2000 ? Je pense, j’espère, qu’elle aura (enfin !) acquis droit de cité […] qu’elle sera devenue un moyen d’expression à part entière, comme la littérature ou le cinéma. Peut-être – sans doute – aura-t-elle trouvé son Balzac. Un créateur qui, doué à la fois sur le plan graphique et sur le plan littéraire, aura composé une véritable œuvre », déclarait Hergé le 20 janvier 1969. Cet espoir a fait plus que se réaliser.

Pendant des décennies, la bande dessinée n’a pourtant même pas eu de nom, ce qui ne veut pas dire qu’elle était sans existence. On parlait d’histoires en images ou d’illustrés. Elle n’avait pas non plus d’Histoire. Associée à l’enfance et au divertissement, elle était publiée dans des supports éphémères. Rares étaient les auteurs à connaître les honneurs du livre.

La reconnaissance de la bande dessinée a d’abord été le fait de collectionneurs, désireux de retrouver les séries de leur enfance et entretenant le mythe d’un âge d’or : chaque génération voulait célébrer les œuvres avec lesquelles elle avait grandi. Pour faire oublier sa mauvaise réputation, on cherchait à lui trouver de glorieux ancêtres, des grottes de Lascaux à la tapisserie de Bayeux.

Les choses ont changé au cours des dernières décennies avec le développement du roman graphique, la féminisation d’un monde trop longtemps masculin, l’intérêt porté aux planches originales, l’ouverture à la non-fiction… Mais la reconnaissance contemporaine de la bande dessinée comme neuvième art n’est pas dénuée d’ambiguïtés

« Ce sont les possibilités créatives de la bande dessinée qui seront au centre de mon cours. La leçon inaugurale “Un art neuf” tentera de montrer comment et pourquoi le désir de légitimité est apparu dans l’histoire de la bande dessinée. Après tout, ce n’était pas une évidence. On aurait pu penser que la BD resterait avant tout un divertissement et se satisferait de son statut, à la fois modeste et populaire, sans prétendre à l’appellation de neuvième art. Cette chaire est l’occasion de faire découvrir la richesse du domaine à celles et ceux qui l’aiment déjà, mais aussi à celles et ceux qui n’en ont qu’une image un peu vague, liée à leurs souvenirs d’enfance et quelques séries à succès. La bande dessinée mérite d’être considérée comme un médium à part entière. » Benoît Peeters

Cette citation provient de son entretien exclusif La bande dessinée doit trouver place dans l’enseignement, à découvrir sur le site web du Collège de France avec le programme de ses enseignements, ainsi que sa biographie.

Les événements du Collège de France sont gratuits et librement accessibles par tous, sans inscription préalable.

(1) La chaire annuelle Création artistique du Collège de France est consacrée à toutes les formes de création artistique. Elle accueille pendant une année académique, une personnalité illustrant la création artistique contemporaine. L’architecte Christian de Portzamparc, le compositeur Karol Beffa, l’écrivain Alain Mabanckou et le cinéaste Amos Gitaï sont quelques-uns des différents artistes à avoir occupé cette chaire. En 2022-2023, cette chaire est occupée par Benoît Peeters, avec le soutien du Centre national du livre, dans le cadre de La lecture, Grande cause nationale.

Photo d’en-tête : Benoît Peeters ©Collège de France

Détails

Date :
27 octobre 2022
Heure :
18 h 00 min - 19 h 00 min
Prix :
Gratuit
Catégorie d’Évènement:
Étiquettes Évènement :
, , , , ,
Site Web :
https://www.college-de-france.fr/

Organisateur

Collège de FRance

Lieu

Collège de France
11, place Marcelin-Berthelot
Paris, 75005 France
+ Google Map

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email