Le cru nouveau 2013 des start-ups est arrivé au MIPTV et MIPCube

cannesmip

Pour la troi­sième fois depuis 2011, je par­ti­ci­pais comme inter­ve­nant à la confé­rence MIP­Cube qui fait par­tie du MIPTV à Cannes, des 8 au 11 avril 2013. Le MIPTV est en gros l’équivalent du Fes­ti­val de Cannes pour la télé­vi­sion, et sur­tout, le grand mar­ché des droits audio­vi­suels où télé­films, séries TV, for­mats d’émissions et docu­men­taires sont com­mer­cia­li­sés par leurs pro­duc­teurs et dis­tri­bu­teurs auprès de chaines de télé­vi­sion du monde entier. Le MIP­Cube est une confé­rence thé­ma­tique sur la conver­gence numé­rique orga­ni­sée au sein de ce salon.

Cette année, j’ai assisté à la fois à des ses­sions du MIP­Cube et du MIPTV. Ce compte-rendu sera construit en trois par­ties : une pre­mière sur les star­tups de la télé­vi­sion connec­tée et/ou sociale décou­verte au MIP­Cube, le second sur l’adoption de la 4K par l’industrie audio­vi­suelle et le der­nier sur les conte­nus sous toutes les formes. Je pro­fi­te­rai de ce que le NAB avait lieu la même semaine que le MIPTV pour en inté­grer des bribes de compte-rendus dans la seconde par­tie sur la 4K. Le NAB est l’équivalent amé­ri­cain de l’IBC d’Amsterdam et il couvre les moyens tech­niques allant de la pro­duc­tion à la récep­tion des contenus.

Quelles sont les évolu­tions mar­quantes d’une année sur l’autre dans les pro­jets pré­sen­tés ? En vrac :

– Les appli­ca­tions de social TV qui s’appuient tou­jours sur Face­book et Twitter.

– La mon­tée en puis­sance de l’habillage de la consom­ma­tion de TV en direct via des outils d’ACR (auto­ma­tic content recog­ni­tion, audio et/ou vidéo) pour syn­chro­ni­ser le pre­mier et les seconds écrans.

– La gami­fi­ca­tion de l’expérience uti­li­sa­teur, notam­ment autour du live, et en liai­son avec l’ACR.

– Les outils de reli­néa­ri­sa­tion des conte­nus et de recommandation.

– Les outils d’analytics s’appuyant sur le (bingo words) cloud et du big data, le tout ser­vant à opti­mi­ser les conte­nus ou la monétisation.

– Il y avait aussi le sué­dois Magine que nous allons trai­ter plus loin dans cet article avec son offre inté­grée d’opérateur TV OTT.

Les confé­rences du MIPTV et du MIP­Cube sont presque toutes visibles sur You­Tube.

Les star­tups du MIP­Cube Lab

Les pre­mières star­tups à décou­vrir sont celles du MIP­Cube Lab, la com­pé­ti­tion de star­tups de cette confé­rence. Envi­ron 70 can­di­dats avaient été pré­fil­trés par Anne-Marie Rous­sel (Illu­mi­nate Ven­ture, une fran­çaise ins­tal­lée dans la Sili­con Val­ley) et Marie-Christine Levet (Jaina Capi­tal) qui fai­saient aussi par­tie du jury. En résul­taient dix fina­listes qui eurent droit à cinq minutes de pitches et à cinq minutes de questions/réponses avec le jury dont je fai­sais par­tie. C’est court, mais on se fait mal­gré tout une opi­nion assez rapide des projets.

Fai­saient aussi par­tie du jury Emma Lloyd, de BSkyB. Les débats étaient ani­més par Jesse Dra­per, issue d’une longue lignée d’investisseurs (jusqu’à son arrière grand-père) qui sont à l’origine du capital-risque de la Sili­con Val­ley. C’est sur­tout une entre­pre­neuse et la créa­trice du Val­ley Girl Show, une émis­sion d’interviews d’entrepreneurs du numé­rique assez déca­lée par rap­port à l’habitude.

Il y a avait trois types de can­di­dats : les ser­vices directs aux Inter­nautes (btoc), les ser­vices grand public en marque blanche (btob­toc) et les ser­vices des­ti­nés aux pro­fes­sion­nels des médias (btob).

Com­men­çons donc par les solu­tions btoc qui n’étaient que deux :

* STEVIE (Israël) était le gagnant de cette com­pé­ti­tion. La star­tup pro­pose un site et une appli­ca­tion mobile qui per­met de reli­néa­ri­ser des conte­nus trou­vés sur Inter­net en fonc­tion des recom­man­da­tions de ses amis sur Face­book et Twit­ter. Les navi­ga­teurs web, iOS, Android et Win­dows 8 sont sup­por­tés. Mais cela donne une grosse impres­sion de déjà-vu et rap­pelle notam­ment ce que fait Plizy, la star­tup de Jona­than Benas­saya créée à che­val entre les USA et la France. On peut aussi le pré­sen­ter comme un Flip­board de la vidéo. Les conte­nus pro­po­sés sont évidem­ment dans un pre­mier temps ceux qui sont libre­ment dis­po­nibles sur le web, comme les vidéos de You­Tube, Dai­ly­Mo­tion et leurs équi­va­lents. Résul­tat, les vidéos pro­po­sées relèvent du buzz du moment et la pro­gram­ma­tion doit vite conver­ger vers la même chose dès que l’on a beau­coup d’amis. J’ai testé l’application. L’interface est assez encom­brée et res­semble plus à un écran d’affichage dyna­mique qu’à un envi­ron­ne­ment de TV. Et la pre­mière vidéo qui m’était pro­po­sée était un mon­tage avec Nabila. Cela rap­pelle que les amis que l’on peut avoir dans les réseaux sociaux sont loin de pou­voir recom­man­der des conte­nus tou­jours bien per­ti­nents. Pour les conte­nus pre­mium type VOD, SVOD et TV de rat­tra­page, il fau­dra attendre les accords ad-hoc, pays par pays. Mais cela devrait pou­voir faci­le­ment fonc­tion­ner avec iTunes et sur­tout Netflix.

* VIMIES (France) est une sorte d’Instagram de la vidéo per­met­tant de par­ta­ger des vidéos cap­tées avec son mobile dans les réseaux sociaux à com­men­cer par Face­book. C’est pour l’instant une appli­ca­tion iOS. L’équipe cible curieu­se­ment le « jour­na­lisme citoyen » comme pre­mière appli­ca­tion tout en vou­lant moné­ti­ser cela par la publi­cité. Pas évident d’avoir un bon ciblage publi­ci­taire avec ce genre de conte­nus ! L’équipe est en tout cas en dis­cus­sion avec des opé­ra­teurs télé­coms pour bund­ler son appli­ca­tion avec des abon­ne­ments 4G. Eh oui, tout est bon à prendre pour jus­ti­fier des abon­ne­ments mobiles plus chers ! Le fon­da­teur de la société, Rhai Goburd­hun, a réa­lisé une démons­tra­tion live de son appli­ca­tion pen­dant son pitch. Et ça mar­chait ! L’application est depuis fin mars dans l’AppStore. Ce serait la seule appli­ca­tion vidéo inté­grée avec ses amis dans Facebook.

Pas­sons aux solu­tions grand public en marque blanche qui étaient la domi­nante de cette compétition :

* eTri­bez (Israël) pro­pose une solu­tion de cas­ting pour les émis­sions de diver­tis­se­ment, sur­tout pour la TV réa­lité mais aussi pour les jeux genre « Ques­tions pour un cham­pion ». C’est un ser­vice en ligne – ou en cloud, si vous pré­fé­rez – où les télé­spec­ta­teurs can­di­datent pour par­ti­ci­per à ces émis­sions. Il est déployé en marque blanche. Ils y déposent leur CV et une vidéo. Le sys­tème per­met aux orga­ni­sa­teurs d’émission de trou­ver rapi­de­ment les perles rares qui vont rendre leurs émis­sions ani­mées. Un détec­teur de bêtise pure ? Je ne sais pas trop. L’outil per­met d’engager les can­di­dats dans des jeux pour les dépar­ta­ger, notam­ment des QCM. En gros, c’est du cas­ting gami­fié, avec en tête l’idée de moné­ti­ser le cas­ting en le ren­dant payant avec du micro-paiement. Une solu­tion pas accep­table pour un broad­cas­ter selon Emma Lloyd de BSkyB. Le pro­ces­sus de cas­ting génère du contenu qui peut ensuite être exploité par les pro­duc­tions comme pour consti­tuer des bêti­siers ou des « making of ». Cela semble un peu déli­rant, mais pas tant que cela. Le sys­tème est déjà déployé pour le cas­ting de diverses émis­sions comme X-Factor aux USA ou Big Bro­ther en Fin­lande. Il per­met­trait de divi­ser par deux le coût du cas­ting par rap­port à un trai­te­ment papier à l’ancienne.

* GRUVI (UK) pro­pose un wid­get vidéo mul­ti­pla­te­forme per­met­tant de dif­fu­ser ses conte­nus par­tout et d’en mesu­rer la dif­fu­sion de manière cen­tra­li­sée. Il sert sur­tout à lan­cer des cam­pagnes de pro­mo­tion de films avec des bandes annonces et les liens avec les ser­vices asso­ciés. La solu­tion a notam­ment été déployée pour la pro­mo­tion de Sky­fall et The Hob­bit. Le player fonc­tionne sur­tout sur Face­book. L’outil est conçu pour être self-service pour les agences de com­mu­ni­ca­tion. Cela veut donc dire que les appli­ca­tions sont des « tem­plates » avec peu de variantes. Le sys­tème est censé faci­li­ter le ciblage et le recru­te­ment de « fans ».

* The Sha­dow Gang (USA) semble de la même veine que le pré­cé­dent, mais plus géné­rique. Il pro­pose sa pla­te­forme multi-écrans « Gala­had » pour créer ses appli­ca­tions. Celles-ci sont basées sur un outil de ges­tion de sto­ry­board reliant dif­fé­rents écrans. Le tout est asso­cié à des outils de mesure et d’analyse du tra­fic et de la conver­sion. Comme la société pro­duit aussi des conte­nus, on dirait qu’il s’agit ici de « ser­vice outillé », et pas d’un véri­table outil de déve­lop­pe­ment com­plet et uni­ver­sel. Il n’y a pas de miracles !

* Gamific.tv (France) pro­pose une pla­te­forme de déve­lop­pe­ment de conte­nus inter­ac­tifs asso­ciés aux conte­nus linéaires de la TV et notam­ment des jeux simples à base de QCM. Le sys­tème s’appuie sur HbbTV pour gérer l’interactivité côté pre­mier écran et affi­cher un code à sai­sir sur son mobile pour la suite des événe­ments, et un envi­ron­ne­ment d’exécution natif côté mobile.

* VIDDIGA (France) pro­pose Screen­Pulse, une solu­tion en cloud d’ACR (auto­ma­tic content recog­ni­tion) audio per­met­tant de faci­li­ter le déve­lop­pe­ment d’applications second écran fonc­tion­nant de manière syn­chrone avec les pro­grammes dif­fu­sés en live. Il y a beau­coup de solu­tions de ce genre sur le mar­ché, comme chez Civo­lu­tion, très uti­lisé en France, et Audible Magic. La dif­fé­ren­tia­tion de Vid­diga ? L’algorithme de recherche serait linéaire. Le temps de recherche serait tou­jours le même quel que soit le nombre de vidéos de réfé­rence. Il me sem­blait avoir entendu la même chose dans d’autres star­tups comme chez Cli­ckOn. La société indique dans son pitch qu’elle réduit par cinq le temps de déve­lop­pe­ment des appli­ca­tions second écran. C’est pro­ba­ble­ment un peu sur­vendu car la com­plexité du déve­lop­pe­ment n’est pas seule­ment liée à l’utilisation des APIs de SDK d’ACR (en clair : « inter­faces de pro­gram­ma­tion des sys­tèmes de recon­nais­sance auto­ma­tique des contenus »).

Et enfin, les solu­tions btob :

* Stream­hub (UK) pro­pose un outil d’analyse temps réel de l’activité dans les réseaux sociaux liée à un pro­gramme TV. Il per­met d’optimiser la per­for­mance du contenu et des publi­ci­tés. L’outil conso­lide tout ce qu’il peut de don­nées sur l’audience : l’activité dans les réseaux sociaux, un grand clas­sique, mais aussi les don­nées de dis­tri­bu­tion quand le contenu est dis­po­nible en ligne. En dif­féré, il récu­père les indi­ca­teurs d’audience TV. L’outil est donc plus géné­rique que les Blu­Fin et autres Mesa­graph qui sont foca­li­sés sur l’analyse des flux sur Twit­ter. Le pro­duit qui a retenu la faveur du jury dans le domaine btob conso­lide ces don­nées dans des tableaux de bord très bien réa­li­sés. A noter que la star­tup a été créée par un japo­nais qui vit à che­val entre Londres et Tokyo.

* MJOBS.TV (Tché­quie) est une ver­sion en ligne du MIPTV, à savoir une place de mar­ché de conte­nus vidéos com­mer­cia­li­sée par des pro­duc­teurs et dis­tri­bu­teurs à l’attention des dif­fu­seurs. La recherche des conte­nus peut se faire par ter­ri­toire cou­vert, durée de licence et autres droits de dif­fu­sion. La solu­tion tourne sous .NET et dans le cloud d’Amazon. Le pre­mier client ? La TV tchèque ! Un grand classique…

* VAST MEDIA (Alle­magne) est un site web des­ti­na­tion qui com­pare les cam­pagnes de publi­cité vidéo en ligne. Il se veut être une base de don­nées des meilleures pra­tiques de la social TV. Elle en com­porte 1000 à ce jour. Pro­blème évoqué par le jury : la base est ali­men­tée manuel­le­ment. C’est donc un ser­vice d’études pas très sca­lable car pas assez auto­ma­tisé. Ils auraient déjà TF1 et Canal+ comme clients. Les tarifs de la « pige » sont de 10 à 15K€ par an.

Magine

La star­tup sué­doise Magine était un spon­sor du MIP­Cube. Son co-fondateur Mat­tias Hjelm­stedt inter­ve­nait notam­ment dans une table ronde avec Ofer Wein­traub d’Orca. Dès que l’on croi­sait quelqu’un au MIP­Cube, il deman­dait « tu as vu Magine ? c’est génial ! ».

Magine est une sorte de câblo-opérateur « OTT » (over the top) qui pro­pose une nou­velle expé­rience uti­li­sa­teur de consom­ma­tion de la télé­vi­sion basée sur tablettes, smart­phones et smart TV. L’application Magine est dotée d’une inter­face très élégante pour choi­sir son pro­gramme et le regar­der quand on le sou­haite. Pre­nez le temps de visua­li­ser cette vidéo de démons­tra­tion de 15 minutes pour en faire un tour complet.

Le guide de pro­gramme est en appa­rence clas­sique avec chaines TV et heures de dif­fu­sion. C’est aussi un « Reverse EPG » qui per­met de reve­nir dans le temps, entre 7 et 30 jours selon les chaines. On peut ainsi regar­der une émis­sion aussi bien en direct que dans le passé. On a aussi accès à un « ins­tant replay » d’une émis­sion qui a déjà com­mencé, qui n’est pas sans rap­pe­ler la fonc­tion Salto de France Télé­vi­sion créée par TDF. La navi­ga­tion tac­tile per­met de zoo­mer en avant et en arrière sur le guide de pro­gramme, ce qui faci­lite le pas­sage d’un jour à l’autre mais on dis­pose aussi d’un sélec­teur de data. On peut égaler zoo­mer sur la vidéo pour la mettre en plein écran sur la tablette.

Magine pro­pose deux autres vues du guide de pro­gramme : une vue lis­ting et une vue vignette. La vue vignette per­met de voir ce qui est dif­fusé en direct en cli­quant sur chaque image. Il me semble avoir vu l’équivalent chez iFeelS­mart, avec l’ensemble des vidéos ani­mées simultanément.

Le ser­vice en ligne pro­pose donc un « net­work PVR », pour enre­gis­trer les émis­sions TV en réseau. On n’a pas besoin de pro­gram­mer un enre­gis­tre­ment puisque l’intégralité des conte­nus des chaines dif­fu­sées est enre­gis­trée en per­ma­nence avec un stock de 7 à 30 jours de dif­fu­sion. Pas besoin d’un bou­ton d’enregistrement et d’une inter­face pour accé­der aux pro­grammes enre­gis­trés ! Eva­cués égale­ment les enre­gis­tre­ments qui ne com­mencent pas au début ou se ter­minent avant la fin des pro­grammes. Enfin, en théo­rie. L’interface per­met aussi de faire des recherches de conte­nus par mots clés ou par genre de conte­nus, une fonc­tion­na­lité plu­tôt classique.

Magine per­met aussi de contrô­ler sa TV. Il faut que ce soit une Smart TV Sam­sung ou LG Elec­tro­nics car ce contrôle repose sur une appli­ca­tion native qui s’installe dans ces TV. Au lan­ce­ment de l’application, un QR Code est affi­ché qui per­met l’appariement de la TV avec le mobile. L’utilisateur peut alors contrô­ler sa TV avec son smart­phone, sa tablette et même avec la télé­com­mande de sa TV. Il peut sélec­tion­ner un contenu sur le second écran et le pré­sen­ter sur le premier.

Ce ser­vice est com­mer­cia­lisé avec un abon­ne­ment de 10€ par mois qui couvre une tren­taine de chaines. Il s’agit visi­ble­ment d’un mix de chaines TV gra­tuites et de chaines habi­tuel­le­ment dif­fu­sées dans des bou­quets payants comme Natio­nal Geo­gra­phics et MTV.

Magine reprend en fait des idées déjà vues ailleurs. J’avais notam­ment vu un « reverse EPG » dans le midd­le­ware Snow­flake de NDS en jan­vier 2011 (cf le Rap­port du CES 2011, page 62). Au der­nier CES 2013, Boxee pro­po­sait un net­work PVR dans sa nou­velle box. Pour ce qui est de rece­voir les chaines TV en OTT via le cloud, on peut aussi évoquer le cas du new-yorkais Aereo qui pro­pose des antenne TV dans le cloud. Ses data-centers sont dotés de mil­liers de mini-antennes qui reçoivent les chaines TV pour leurs uti­li­sa­teurs, les conte­nus étant ensuite strea­més vers chaque client. C’est une astuce tech­ni­que­ment lourde per­met­tant d’appliquer la légis­la­tion du « fair use », équi­va­lent amé­ri­cain de notre excep­tion de la copie pri­vée. Ce qui n’empêche pas Aereo d’être sous le coup de plaintes des broad­cas­ters. Pour l’instant, ils s’en sortent en ayant gagné en pre­mière ins­tance et en appel. Grâce à la juris­pru­dence de Cable­vi­sion, un autre ser­vice amé­ri­cain pro­po­sant un net­work PVR lancé en 2006. Atta­qué par les broad­cas­ters, il a aussi gagné en justice.

Le point clé pour le déploie­ment d’un tel ser­vice est l’existence d’une bonne infra­struc­ture télé­coms. Il se trouve que la Suède est un pays idéal car le très haut débit y est très cou­rant avec des connexions com­prises entre 50 et 100 mbits. Cela explique la rapi­dité du temps de réponse et du chan­ge­ment de chaines sur l’application de Magine. A titre de com­pa­rai­son, il me faut attendre plus de 20 secondes avant d’afficher la moindre image de TV sur l’application iPad Canal+ Touch. L’histoire ne dit pas quelle infra­struc­ture réseau et de CDN (content deli­very net­work) Magine a dû mettre en place ou louer pour mettre en œuvre son service.

L’interface est-elle par­faite ? Pas tota­le­ment ! Les fonc­tions sociales ne sont pas appa­rentes. L’application ne pro­pose pas le book­mar­king des pro­grammes que l’on sou­haite regar­der plus tard. Il faut juste se rap­pe­ler de ce que l’on veut voir et faire une recherche ou navi­guer dans le guide de pro­grammes. Et si le pro­gramme que l’on sou­haite regar­der a été dif­fusé il y a plus de 30 jours, et bien, c’est cuit ! Enfin, l’offre ne com­prend rien côté VOD et S-VOD. Per­sonne n’est par­fait dans la TV numérique !

Le prin­cipe du net­work PVR pose une autre ques­tion : est-il com­pa­tible avec les modèles écono­miques des chaines TV qui dépendent de la publi­cité, l’interface per­met­tant de zap­per faci­le­ment la publi­cité. Le modèle semble être celui du ver­se­ment d’une rede­vance aux chaines dif­fu­sées. Mais 10€ par mois est bien faible pour finan­cer les conte­nus. On peut ima­gi­ner que Magine devra faire évoluer son offre avec des packages de chaines TV pre­mium et la fac­ture aug­men­tera en conséquence.

On aime­rait en tout cas bien dis­po­ser d’une telle inter­face pour les bou­quets de Canal+ et Canal­Sat ou pour ceux qui sont pro­po­sés par les opé­ra­teurs télé­coms IPTV. L’application Canal+ Touch semble bien dépas­sée face à celle de Magine ! Et comme le modèle écono­mique de Canal+ dépend fai­ble­ment de la publi­cité, on ne voit pas ce qui pour­rait concep­tuel­le­ment les empê­cher de pro­po­ser un ser­vice équi­va­lent. Magine pré­fi­gure aussi pro­ba­ble­ment ce qu’Apple pour­rait pro­po­ser s’il lan­çait enfin sa propre Smart TV : une offre entiè­re­ment OTT et multi-écrans avec un télé­vi­seur sans tuner broad­cast. Le tout inté­grant VOD et S-VOD, déjà dis­po­nible dans l’Apple TV avec iTune, Net­flix et consorts. De même, si Google TV inté­grait toutes les fonc­tion­na­li­tés de Magine, cela devien­drait une tue­rie ! Reste à acqué­rir les droits de dif­fu­sion des conte­nus. Et oui ! Ce n’est pas la tech­no­lo­gie qui fait que nos expé­riences télé­vi­suelles sont loin d’être par­faites mais les modèles écono­miques et les posi­tions des dif­fé­rents acteurs de la chaîne de valeur !

Autres star­tups vue au MIPCube

Il n’y avait pas que Magine au MIP­Cube. D’autres star­tups méri­taient le détour :

* Viaccess-Orca (du groupe France Télé­com) pré­sen­tait son outil de créa­tion auto­ma­tique de maga­zine pour second écran à par­tir des conte­nus des pro­grammes. Il récu­père notam­ment les images des conte­nus vidéos et les cita­tions issues des réseaux sociaux. C’est une variante de plus de Flip­board pour la TV. Le prin­cipe peut aussi ser­vir dans l’éducation et les conte­nus cultu­rels pour les­quels les conte­nus en ligne sont plus variés et abon­dants. Cela rap­pelle un peu ce que fait la star­tup fran­çaise Leankr.

* Video­logy / Col­li­der (USA) repré­senté par Anne de Kerck­hove qui dirige les opé­ra­tions en Europe du Sud (c’est l’ancienne direc­trice du MIP­Cube chez Reed Midem). Il s’agit d’une solu­tion de ges­tion de la publi­cité vidéo multi-écrans qui per­met de bien cibler les bonnes audiences avec les bonnes annonces en s’appuyant sur un pro­fi­ling socio­dé­mo­gra­phique et aussi sur les conte­nus dif­fu­sés. Elle mesure ensuite l’efficacité du ciblage. La pla­te­forme tient compte du fait que les uti­li­sa­teurs consomment un contenu sur un écran et le ter­minent sur un autre écran. Je ne sais pas com­ment elle les piste d’un écran à l’autre ! C’est une « big data » com­pany qui exploite beau­coup de don­nées pour assu­rer ce bon ciblage des publi­ci­tés. Elle repose ensuite sur les ser­vices de régies en ligne comme celle du fran­çais Sti­ckyAd­sTV. Dans son inter­ven­tion au MIP­Cube, Anne de Kerck­hove insis­tait sur le besoin d’avoir des for­mats publi­ci­taires plus courts sur seconds écrans et aussi d’y ajou­ter de l’interactivité.

* Lib­cast (France) est une star­tup de six per­sonnes créée en 2006 et située à Bor­deaux. Elle pro­pose une pla­te­forme de dif­fu­sion de vidéo multi-écrans créée en 2011. C’est une sorte d’analogue à l’américain Bright­cove qui dis­pose de sa propre infra­struc­ture et lec­teur vidéo per­son­na­li­sable par les clients. C’est une solu­tion tout en un qui intègre toutes les briques tech­niques logi­cielles : enco­dage, héber­ge­ment, éditeur rich-média, dif­fu­sion multi-écrans, inter­face webTV et blog, moné­ti­sa­tion des conte­nus par du paie­ment ou de la publi­cité, ges­tion de pro­fils uti­li­sa­teurs aussi bien côté contri­bu­teurs que consom­ma­teurs, et outils d’analytics. Les clients de Lib­cast sont dans les médias (comme Equi­dia) ou dans l’enseignement (comme chez HEC) car c’est une belle pla­te­forme pour publier des cours en ligne.

Lire la suite de l’article d’Olivier sur le Blog Opinions Libres 

{jacomment on}

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

distorsiontempsdali2
Article précédent

Le numérique et la distorsion du temps

illettrismenumerique2
Prochain article

Contre l'illettrisme numérique en entreprise

Derniers articles de Archives Repérages