Les Safra’Numériques – Arts numériques et Nouvelles technologies : entrez dans la 4e dimension

arts et cultures
Depuis quatre ans, le festival des Safra’Numériques poursuit son exploration immersive et ludique, des multiples formes de l’art digital : vidéo, animation, performances, sculpture, impression 3D, mapping, robotique, intelligence artificielle, etc. Cette 4e édition se déroulera du 19 au 23 mars au Safran à Amiens, scène conventionnée du quartier nord, qui se transformera pour l’occasion en une ruche des arts technologiques.
 
Si le festival a la réputation d’être à la fois très exigeant sur les artistes invités et en même temps très accessible, avec une belle ouverture sur le quartier Nord où le Safran est implanté, les artistes invités, émergents ou programmés dans le monde entier, se situent à la croisée des disciplines.
Certains viennent des arts vivants (danse, cirque, musique, comédie musicale), d’autres évoluent dans le monde des arts graphiques (BD, photographie, illustration) ou de l’art contemporain. Certains appartiennent au monde de la recherche scientifique ou des makers. Tous ont rejoint l’univers foisonnant des arts numériques et mixent innovation, recherche et créativité. A travers leurs œuvres, ils interrogent les mutations en cours dans notre société ou dans nos espaces plus intimes : l’écologie, le changement climatique, la ville, la surconsommation, le corps, l’image médiatique, la communication mondiale, les perceptions, la pensée ou encore notre rapport à l’obscurité.
 
 
Les Safra’Numériques sont devenus un rendez-vous culturel incontournable de la Région des Hauts-de-France, au sein d’une scène internationale qui voit émerger de nouvelles formes artistiques et qui a conquis, l’année dernière, plus de 12 000 spectateurs.
 
Installations, spectacle vivant et jeune public, immersions virtuelles, concerts, au total, une trentaine de propositions artistiques inédites, pour la plupart gratuites, occuperont les 4 500 m2 du Safran – scène conventionnée – en lien avec le quartier nord, son territoire d’implantation, et en réseau avec les autres lieux de création Amiens Métropole : la Machinerie, La Lune des Pirates, la Maison du théâtre, l’Université de Picardie Jules Verne, la MCA et de la Région Hauts-de-France (Le Fresnoy…)
 
 
Depuis l’apparition des nouvelles technologies, la sphère de l’art connait une mutation. Réalité augmentée, art génératif et art interactif sont devenus de véritables esthétiques. Dans une Métropole en pleine évolution avec la Citadelle, le Cluster numérique et des startups expertes dans les nouvelles technologies, Le Safran développe une programmation qui s’attache à mettre en lumière ces nouveaux langages, à toucher tous les publics (enfants, adolescents et adultes) et à favoriser les collaborations entre les artistes, les chercheurs et ingénieurs dont les recherches bouleversent tous les pans de la société : sciences, médecine, économie, création, médias, etc. Pendant cinq jours, les Safra’ Numériques témoignent de la mutation technologique en cours, de manière poétique, parfois critique et toujours festive avec des artistes venus du monde entier (Taïwan, Laos, Etats-Unis etc.).
 
Seront abordés la robotique, la réalité augmentée, l’image augmentée, la fabrication et l’impression de pièces en céramique 3D, son augmenté et bien d’autres surprises.
 
Au fil de la semaine, des salles et des lieux, les spectateurs, petits et grands, sont invités en famille ou entre amis, pour une déambulation conviviale, de plus de deux heures, à la découverte de ces univers numériques mais aussi à suivre leurs propres chemins narratifs ; à interagir avec des matières autonomes ; à danser au rythme de sons hypnotiques, ou encore, à s’initier à la programmation, à la fabrication 3D, au pilotage de drones et autres sliders.
Enfin et pour clore en fête le festival, Irene Dresel, Dombrance et Dersee emmèneront le public hors les murs, pour une soirée de musiques électroniques à la Lune des Pirates !
 

Aux manettes des Safra’Numériques

Ikbal Ben Khalfallah dirige le Centre Culturel du Safran depuis 2014 et y développe, avec son équipe, une programmation exigeante, en phase avec l’actualité du monde, et complémentaire à celle des autres structures culturelles de la Métropole. S’il a longtemps suivi le sillon tracé par son père arrivé de Tunisie à Troyes à la fin des années soixante pour jouer au football, Ikbal Ben Khalfallah a rencontré le théâtre grâce à une professeure de français. Cette rencontre fondamentale va l’accompagner pendant des années, jusqu’à ses premiers pas dans la culture, comme Responsable du spectacle vivant à Saint-Quentin puis comme Directeur duthéâtre à Charleville-Mézières où il réveillera le lieu en développant une programmation contemporaine, exigeante et accessible au plus grand nombre, en s’appuyant sur des artistes-compagnons comme David Bobée. Il y fera venir pour la première fois le CNAC, le Cirque Invisible et bien d’autres artistes, développera des propositions singulières en usine, en appartements, dans les centres sociaux ou à la campagne. Il y nouera des partenariats avec l’Ethiopie, le Cabaret Vert, les Marionnettes, le Festival de Jazz, etc.
 
Didier Gus Ringalle est directeur de production et co-programme avec Ikbal Ben Khalfallah les Safra’Numériques depuis 4 ans.
Du Festival Musiques de Jazz et d’Ailleurs, de Dunquerke 2013 aux Nuits Blanches amiénoises, Didier Gus Ringalle compte, à son actif, l’accompagnement d’une cinquantaine d’événements, d’artistes, de compagnies avec toujours le même engagement et la même curiosité pour les cultures émergentes et les nouvelles technologies. Pour les Safra’Numériques, il écume avec Ikbal, les événements et les lieux comme le Laval Virtual, les Bains Numériques à Enghien-les-Bains, le Studio national des arts contemporains Le Fresnoy, Visions à Bruxelles et la scène internationale des arts numériques. Au delà de la production et de la programmation, Didier Gus Ringalle accompagne aussi ces artistes à la croisée des disciplines et des cadres administratifs, dans leurs démarches.
 
 
Le SAFRAN – scène conventionnée – 3 rue Georges Guynemer – 80080 Amiens / www.amiens.fr/safran
 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

philosophie
Un autre article

Qu'appelle-t-on panser ? - 1. L'immense régression

produits biosourcés
Un autre article

A la découverte des produits biosourcés

ARTS & CULTURES - Dernières infos