Céleste Boursier-Mougenot présente Liquide-Liquide à la Fondation Schneider

arts et cultures
Figure majeure de la scène artistique française et internationale, Céleste Boursier-Mougenot répond à la carte blanche proposée par la Fondation François Schneider, en exposant Liquide-Liquide, du 7 juin au 22 septembre 2019. Une exposition exceptionnelle avec de nouvelles œuvres conçues in situ par l’artiste et produites par la Fondation.
 
L’artiste qui représentait la France à la Biennale de Venise en 2015, s’empare avec une poésie au couteau de l’entièreté du centre d’art et redécoupe in situ un ensemble d’installations visuelles et sonores qui déroute le visiteur. La circulation habituelle est inversée pour créer un parcours qui remonte des profondeurs du bâtiment à son faîte. Les matières coulent, s’échappent, se répandent.
 
Fondation François Schneider, Céleste Boursier-Mougenot, Chorégraphie 2012 @ Xippas Gal ©Frédéric Lanternier

 
Des terrasses de la fondation jusque dans ses entrailles, le verre, l’eau, le minéral sont déployés. À la fois minimale et sophistiquée, l’œuvre de Céleste Boursier-Mougenot est une savante fusion entre science et fiction. Précurseur de rencontres improbables du Vivant avec des objets manufacturés qui peuplent notre monde et auxquels il accorde un supplément d’âme, Céleste Boursier-Mougenot façonne ses œuvres hybrides avec la maîtrise d’un artisan et « l’irrationalité » d’un ingénieur.
 
Fondation François Schneider, Céleste Boursier-Mougenot, Clinamen v.0, 2011 © Céleste Boursier-Mougenot

 
Il tire de son expérience dans le théâtre une mise en scène subtile de l’espace. Estimant que trop de bruit visuel sape l’expérience de l’écoute, il recompose une parade sensorielle et légère au cœur du centre d’art, où le visiteur devient tour à tour funambule, baigneur, cosmonaute… En choisissant pour titre Liquide Liquide, écho au fameux groupe post-punk New-Yorkais des années 1980, Céleste Boursier-Mougenot donne le ton à l’exposition estivale de la Fondation : vibrante, alternative et libre.
 

Un artiste engagé pour le vivant

Acteur engagé de l’underground niçois à la fin des années soixante-dix, Céleste Boursier-Mougenot s’est forgé dès son plus jeune âge une solide culture visuelle et sonore, où les questions d’espace l’ont rapidement préoccupé. Baignant dans un milieu d’artistes et d’intellectuels – un grand père peintre, un père verrier, sculpteur puis historien des jardins ou encore une mère sociologue de la ville, il répond avec ses œuvres à des questions tangibles actionnant différents outils et créant des dispositifs qui subvertissent en épousant avec force et douceur les contraintes de l’espace.
 
De son expérience laborieuse mais assidue au conservatoire de musique et de danse de Nice, enfant et adolescent, son inaptitude aux modèles académiques le mène alors à devenir le compositeur de la compagnie Side One / Posthume Théâtre (1985-1994) pour laquelle l’auteur et metteur en scène Pascal Rambert lui offre carte blanche.
 
Par la suite il déploie son projet musical en réalisant des installations de plus en plus physiques qui intègrent des formes en mouvement. Artiste français lauréat de l’International Studio Program (PS-1) à New York en 1998-1999, son séjour américain l’incite à développer des expérimentations et des actions de plus en plus concrètes. Il se fait remarquer avec ses installations musicales notamment From here to ear où le visiteur est invité à entrer « en territoire oiseaux » dans une salle du musée transformée en volière, ou ses fameuses piscines gonflables (Untitled) emplies d’eau et de récipients de porcelaine qui tintinnabulent à la galerie Paula Cooper (1999).
 
Dès lors, il raconte des histoires du vivant et de l’éphémère. Depuis trente ans, Céleste Boursier-Mougenot travaille en France et à l’étranger, dans un souci constant de dialogue entre technique et imaginaire. À la marge des circuits commerciaux, il développe des projets quasi-exclusivement in situ.
 
Son œuvre a été exposée dans les plus grandes institutions, récemment aux deux dernières Biennales de Lyon (2015-2017) et au Minsheng Museum de Shanghai (2017), à la Biennale de Venise (2015), au Palais de Tokyo (2015), à la National Gallery Victoria de Melbourne (2013), au Barbican Art Centre de Londres (2010) ou encore à la Pinacothèque de São Paulo (2009).
Céleste Boursier-Mougenot est représenté par les galeries Paula Cooper (New York), Xippas (Paris, Genève, Montevideo, Athènes) et Mario Mazzoli (Berlin). Céleste Boursier-Mougenot est né à Nice en 1961. Père de 4 enfants il vit et travaille à Sète en France.
 
Exposition Liquide-Liquide à La Fondation François Schneider du 7 juin au 22 septembre 2019 – Centre d’art, 27 Rue de la Première Armée – 68700 Wattwiller
 
Photo d’entête : Fondation François Schneider, Céleste Boursier-Mougenot, surface © Céleste Boursier-Mougenot 2015
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

 
 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

société sécuritaire
Un autre article

L'oeil sécuritaire

mobilité
Un autre article

Nouveau livre blanc sur la voiture du futur

ARTS & CULTURES - Dernières infos