Human Clock ou le temps monumental à Nantes

arts et cultures
 
Pour l’édition 2019 de Voyage à Nantes, du 6 juillet au 1er septembre, la compagnie Xtnt, spécialisée en arts vivants & arts visuels, va présenter une œuvre étonnante, Human Clock, une horloge humaine monumentale mi-homme mi-machine. Œuvre réfléchie collaborativement, Human Clock se réinvente en collaboration avec un territoire, des publics et des artistes pour créer de nouveaux rites urbains.
 
La compagnie Xtnt se consacre à l’action théâtrale in situ. Co-dirigée par Antonia Taddei, dramaturge et Ludovic Nobileau, metteur en scène et réalisateur, elle est spécialiste de créations pluridisciplinaires, réunissant pour ses différentes propositions les meilleures compétences pour contribuer à la réinvention participative de la ville. Performances collectives de grande envergure, films participatifs, promenades radiophoniques, horloge humaine ou sports urbains décalés… : autant de formes pour une réappropriation créative de l’espace public par les citoyens.
 
Aussi, pour l’édition 2019 de Voyage à Nantes, Xtnt crée une horloge humaine, œuvre monumentale mi-homme mi-machine qui scande les heures au cœur de la ville. Pour réaliser cette œuvre hybride, Xtnt a proposé au sculpteur Malachi Farrell, spécialiste de la création d’œuvres automates alliant la haute technologie à la critique sociétale, et au performer hors norme Constantin Leu, de collaborer. Battant, 24h/24, 7j/7 au cœur de la ville, Human Clock renoue avec la tradition des horloges comme œuvres alliant prouesse technique et artistique pour l’espace public.
 
Depuis le balcon d’un immeuble de la Place Graslin – en face de l’Opéra de Nantes – Constantin Leu battra des temps forts, faibles, mous, sublimes… à heures régulières et irrégulières, transcendant le quotidien. Lorsque le performer sera absent, qu’il dorme, se promène, chôme, rêve… le pouls de Human Clock sera battu par la machine COUCOU créée par Malachi Farell.
La Critique et historienne d’art Catherine Francblin dit de lui :  » C’est cet état de surchauffe d’une société à un moment donné généralement considéré comme un moment de crise que Malachi Farrell parvient à traduire dans ses oeuvres, vastes dispositifs sonores et animés, situés à mi-chemin entre une forme de sculpture en expansion (type Jason Rhoades) et une forme d’expression spécifiquement urbaine (type théâtre de rue). »

 
A partir du samedi 6 juillet – Place Graslin, Nantes
 
Réservation : [email protected] ou Tél : 06 66 65 26 93
 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

musée de l'économie
Article précédent

CITÉCO, le 1er musée de l’économie ouvre à Paris

arts et cultures
Prochain article

11ème biennale du jardin des sculptures : hommage à Volti

Derniers articles de ARTS & CULTURES

Arts au couvent

Jusqu’au 15 novembre, une centaine d’artistes investit un espace inattendu, l’ancien couvent