/

La BEI prête 23 M€ à l’appui d’un projet lié à l’énergie solaire

Commencez

La Banque européenne d’investissement a décidé d’allouer 23 millions d’EUR (15 milliards de FCFA) pour soutenir des investissements dans l’une des plus grandes centrales solaires d’Afrique subsaharienne, celle de Zagtouli, à une dizaine de kilomètres de la capitale. Cet appui, sous forme de prêt, est la contribution de la BEI au financement de la construction et de l’exploitation d’une des plus grandes centrales solaires photovoltaïques d’Afrique subsaharienne.

En Afrique, 57 % de la population n’ont toujours pas accès à l’électricité, ce qui entrave considérablement le développement économique. Sur tout le continent, l’énergie n’est pas utilisée rationnellement, tandis que les tarifs pratiqués ne couvrent pas les coûts d’exploitation, ce qui limite souvent les investissements. Dans de nombreux pays d’Afrique subsaharienne, le réseau électrique national n’atteint pas un degré minimum d’efficacité de la production, entraînant des coûts élevés.
Mais la région possède d’immenses ressources en énergies renouvelables non exploitées.

Les priorités de la BEI en matière d’énergie

La production d’électricité doit être accrue dans des proportions importantes pour satisfaire durablement les besoins et la demande croissante sur le continent.

Ainsi, la construction d’un complexe photovoltaique, d’un coût global de 70,5 millions d’EUR (46 milliards de FCFA), sera construit à Zagtouli, dans la périphérie d’Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, et sera exploité par la SONABEL, la compagnie nationale d’électricité. Il devrait servir de référence pour les futurs investissements dans l’énergie solaire sur l’ensemble du continent africain.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Je m’abonne →

Une fois opérationnelle, la nouvelle centrale solaire contribuera à accroître sensiblement la production d’électricité au Burkina Faso, à réduire la dépendance du pays à l’égard des importations d’énergie de la Côte-d’Ivoire et du Ghana et à prévenir les coupures d’électricité. On estime que moins d’un quart de la population burkinabè a accès à l’électricité. Depuis quelques années, la demande d’électricité au niveau national augmente de dix pour cent par an. Toutefois, les coupures de courant et l’accès limité à l’électricité ralentissent fortement la croissance économique.

D’une durée de vingt ans, l’accord de prêt, relatif à la centrale de 33 MWc qui sera construite près de la capitale, Ouagadougou, a été signé au siège de la Banque européenne d’investissement par M. Lucien Bembamba, ministre de l’Economie et des Finances du Burkina Faso et M. Pim van Ballekom, vice-président de la BEI, responsable des opérations de prêt dans les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), en présence de M. Jean-Christophe Ilboudo, directeur général de la SONABEL, et S.E.M. Frédéric Korsaga, ambassadeur du Burkina Faso au Luxembourg.

« La Banque européenne d’investissement est un partenaire de longue date pour le Burkina Faso et cette étroite collaboration depuis plusieurs années a permis d’importants investissements dans les secteurs de l’eau et de l’énergie qui ont contribué à l’amélioration des conditions de vie de la population et a accompagné le développement économique du pays, notamment à travers la création d’emplois. La signature intervenue aujourd’hui pour un investissement de la Sonabel dans les énergies renouvelables marque une nouvelle étape importante dans la coopération entre le Burkina Faso et l’Europe. », a déclaré M. Lucien Bembamba, le Ministre de l’économie et des finances du Burkina Faso.

« L’électricité est essentielle à l’activité économique et la Banque européenne d’investissement est déterminée à soutenir les investissements dans le secteur de l’énergie, qui contribuent à améliorer les conditions de vie dans toute l’Afrique. Cette contribution notable au financement de cette nouvelle centrale solaire repose sur le partenariat solide que la Banque entretient avec SONABEL depuis de nombreuses années. Le Burkina Faso peut être fier d’accueillir ces nouvelles installations, qui serviront de référence en matière d’énergies renouvelables en Afrique de l’Ouest » a déclaré M. Pim van Ballekom, vice-président de la Banque européenne d’investissement.

« L’Union européenne félicite les autorités burkinabè et la SONABEL pour ce projet d’investissement majeur dans les nouvelles énergies au Burkina Faso. La Délégation de l’Union européenne au Burkina Faso se réjouit particulièrement de cet accord de financement, après avoir contribué à la préparation du projet pendant de nombreuses années. Vient s’y ajouter l’aide non remboursable de 16 milliards de FCFA, 25 millions d’EUR, que l’Union européenne a accordée pour ce projet essentiel, sous forme de don. En contribuant à l’amélioration de l’approvisionnement en électricité au Burkina Faso, Le projet montre aux autres pays d’Afrique qu’ils ont la possibilité de bénéficier des énergies renouvelables » a déclaré l’ambassadeur Alain Holleville, chef de la délégation de l’Union européenne au Burkina Faso.

L’accord de financement relatif à ce projet de centrale solaire fait suite à des études de faisabilité approfondies portant sur les besoins locaux en énergie et visant à renforcer la réalisation du projet, soutenue par l’Union européenne. La Délégation de l’Union européenne au Burkina Faso soutient le projet depuis le début et collabore étroitement avec la SONABEL, le promoteur. Outre la BEI, l’Agence Française de Développement et l’Union européenne (don de 16 milliards de FCFA) apportent également leur concours au financement de l’opération et plus d’une centaine d’emplois seront créés pendant la construction de la centrale solaire.

La Banque européenne d’investissement est l’un des premiers bailleurs de fonds au monde dans le secteur des énergies renouvelables et des infrastructures énergétiques. Ces dernières années, la BEI a appuyé la remise à neuf de centrales électriques au Liberia, ainsi que le financement d’interconnexions électriques dans toute l’Afrique de l’Ouest, d’une centrale solaire à concentration en Afrique du Sud et du plus grand parc éolien d’Afrique subsaharienne près du lac Turkana au Kenya.

Vous appréciez cet article et souhaitez lire UP’ sans interruption ? Rejoignez le cercle des lecteurs abonnés et accédez sans limites à une information libre et indépendante. Pour regarder le monde avec les yeux ouverts.

Je m’abonne →

Depuis la première opération réalisée au Burkina Faso en 1970, la BEI a prêté près de 131 milliards de FCFA (200 millions d’EUR) à l’appui d’investissements réalisés dans ce pays dans les secteurs de l’énergie, des transports et de l’eau, ainsi que dans les entreprises locales.

La Banque européenne d’investissement (BEI), dont les actionnaires sont les États membres de l’Union européenne (UE), est l’institution de financement à long terme de l’UE. Elle met à disposition des financements à long terme destinés à appuyer des investissements de qualité afin de contribuer à la réalisation des grands objectifs de l’UE. (Source : BEI)

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

10000 lieux numériques
Article précédent

Lancement d'un réseau national de 10 000 lieux de médiation numérique

rapport Metling
Prochain article

Rapport Mettling: le devoir de déconnexion

Derniers articles de ECONOMIE

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.

Pour poursuivre la lecture de cet article, inscrivez-vous gratuitement au cercle des lecteurs de UP’:

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.

Pour poursuivre la lecture de cet article, inscrivez-vous gratuitement au cercle des lecteurs de UP’: