Déco : les murs se mettent au vert

bio innovation
C’est bien connu, le printemps arrive avec ses envies de changements : grand nettoyage, rangement, déco, … C’est donc le moment de profiter des dernières innovations en matière de peinture. La petite dernière est à base d’algues. Portrait de ces nouveaux matériaux qu’on appelle biosourcés et qui sont de plus en plus plébiscités dans la construction et rénovation de nos habitats.
 
Les matériaux biosourcés couvrent une large gamme de produits. Ils sont utilisés en tant qu’isolants ou comme mortiers et bétons. Mais ils sont également utilisés dans la chimie du bâtiment : colles, adjuvants, peintures, etc. Ces peintures étaient d’ailleurs à l’honneur de la « Maison du Biosourcé » créée par AgroParisTech au dernier salon international de l’agriculture de Paris.
« Respirez – Solutions pour lutter contre la pollution de l’air » est le dernier livre du journaliste Olivier Blond (Editions Eyrolles). On n’y parle pas seulement du « plus grand scandale sanitaire de ce début de siècle », mais aussi de solutions concrètes pour faire évoluer les comportements passéistes et les pratiques quotidiennes de tout à chacun. Les enjeux sont gigantesques mais la véritable solution est là : changer les habitudes de consommation.
Nos intérieurs sont trop souvent pollués, la pollution est environ dix fois supérieure à l’intérieur qu’à l’extérieur ! Il est donc temps d’entrer dans l’ère de l’écoresponsabilité pour l’aménagement ou la rénovation de nos logements. Le bâtiment compte en effet pour 24% de l’empreinte écologique française, devançant les transports et l’alimentation. On estime ainsi que 44% de la consommation énergétique française est issue du parc immobilier (habitations et locaux professionnels).
 

Des algues bretonnes

Alors, on commence par quoi ? Ou plutôt, on finit par quoi : peintures, papiers peint, tissus, bois, … ? Car on ne parle pas ici d’isolation, mais de décoration pour une maison la plus écologique possible.
Algo est une nouvelle gamme de peintures formulée à base de composants naturels, biosourcés et renouvelables : les algues marines du littoral breton. Les algues ne consomment ni engrais, ni pesticide et ne nécessitent pas d’eau douce pour leur culture. Les algues n’empiètent pas sur le foncier agricole destiné à nourrir les populations. Enfin, les algues ne sont pas invasives, elles ne modifient pas le biotop mais bien au contraire, elles séquestrent du CO2 et renvoient de l’oxygène. Cette peinture s’affranchit des matières premières dérivées du pétrole et semble bien se distinguer des peintures classiques du marché. Car, en effet, les peintures traditionnelles en phase aqueuse contiennent jusqu’à 65% de substances d’origine pétrolière. Cette peinture écologique s’affranchit des énergies fossiles liées au pétrole au profit de la chimie du végétale à travers la valorisation des algues du littoral.
Algo émet moins d’1g/Litre de C.O.V. (composés organiques volatils), ce qui lui confère la qualité de ne pas avoir d’odeur et de contribuer à la qualité de l’air intérieur. Grâce à son liant végétal, elle  développe des propriétés exceptionnelles, tant au niveau de sa composition (non toxique) que dans son application : un pouvoir couvrant supérieur aux peintures traditionnelles, et un séchage en une heure seulement.
La certification Ecolabels Européen, l’analyse du cycle de vie du produit (FDES) ainsi que l’étiquetage A+ certifient cette innovation ainsi que ses propriétés. Les peintures commercialisées sont certifiées Ecolabel.
 
 

Des produits qui ont un sens

L’IFOP révélait en mai 2018 (1) l’intérêt de plus en plus important des Français aux produits biosourcés, c’est-à-dire issus de matières premières végétales. Une opinion qui révèle une perception positive avec 88% des Français ayant une bonne image des produits biosourcés, et un intérêt marqué pour le sujet avec 80% des Français disant souhaiter avoir plus d’informations sur ces produits et leurs atouts.
Les Français perçoivent bien la plus-value de ces produits issus de matières végétales car ils sont 79% à considérer que le développement de la filière va permettre de redynamiser des territoires fragilisés, notamment ruraux ; 76% à considèrer que ces produits contribuent de façon significative à la réduction d’émission de gaz à effet de serre et 76% pensent qu’ils vont permettre la création d’emplois à haute valeur ajoutée.
« L’étude place clairement les produits issus de matières premières végétales dans une dynamique porteuse. La perception positive et l’envie très marquée d’informations complémentaires font partie des enseignements majeurs de cette étude qui révèle un public très réceptif aux produits biosourcés », déclarait Fabienne Gomant, Directrice adjointe Opinion & Stratégies d’Entreprise du Groupe IFOP.
 
Autre élément révélateur de cette étude : 86% des Français sont pour un soutien des Pouvoirs Publics. Conséquence logique de ce bénéfice perçu des produits biosourcés : 86% des Français estiment qu’il est légitime que les Pouvoirs publics soutiennent leur développement.
Un soutien qui passe par différentes mesures possibles : 62% des répondants sont favorables à une plus large information du public ; 59% soutiennent l’idée d’une fiscalité plus favorable pour les produits biosourcés.
Des mesures qui font écho à celles du plan d’actions national de la Stratégie de la Bioéconomie, adopté en février dernier par l’Etat français, et qui doivent être déployées jusqu’en 2020. Une feuille de route qui se donne pour ambition « […] d’assurer la sécurité alimentaire et des conditions de vie soutenables pour les générations actuelles et futures en préservant les ressources naturelles et les fonctions écosystémiques des milieux ; d’être efficiente, résiliente et circulaire, productive de façon pérenne ; d’être tournée vers les citoyens et ancrée dans les territoires, et contribuer au développement de valeur économique et d’emplois ; d’apporter des solutions innovantes, performantes et accessibles à même de répondre à la diversité des besoins humains ».
 
LIRE DANS UP’ : Le vivant comme boussole
 
 
(1) Etude de l’IFOP, commanditée par l’ACDV
 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Le temple de l’économie fait place au vivant.

singe
Prochain article

Des Chinois annoncent avoir implanté des gènes de cerveau humain chez des singes pour les rendre plus intelligents

Derniers articles de Bio innovations