Ecologie intégrale. Le manifeste

écologie

Ecologie intégrale. Le manifeste, de Delphine Batho – Postface de Dominique Bourg

Editions du Rocher, Janvier 2019 – 120 Pages
Toute femme, tout homme, tout être humain est appelé à devenir Terrien.
Dans ce manifeste, Delphine Batho tire les conséquences de l’incapacité des forces politiques traditionnelles à apporter des réponses à l’effondrement qui menace à brève échéance notre civilisation, et même les conditions naturelles d’existence de l’humanité.
A partir d’un constat implacable de la dynamique destructrice de l’Anthropocène, elle propose une nouvelle grille de lecture du monde qui nous entoure et affirme que les sociétés humaines doivent désormais choisir entre l’écologie ou la barbarie.
Dans le vide politique actuel, marqué par les reculs sur l’écologie et la fin d’un consensus trompeur sur la transition à opérer, ce manifeste définit l’écologie intégrale comme un projet politique global en vue d’une société nouvelle respectant la dignité de chacun comme celle du vivant en général.
Nous sommes des êtres naturels enracinés dans le vivant. Face à nos peurs légitimes, à l’état de sidération que provoquent les destructions de la nature que nous constatons désormais de visu, à l’angoisse que nous ressentons devant la catastrophe planétaire en cours, il faut redonner ce sens à nos vies : nous sommes des vivants. C’est notre joie de vivre, la fraternité avec nos semblables, l’amour de la nature, notre harmonie avec l’ensemble du vivant qui peuvent nous permettre de soulever des montagnes, augmenter notre puissance d’agir et abattre l’ordre ancien des Destructeurs.
L’écologie intégrale entend rassembler autour de son projet par la raison et la conviction, mais aussi par les sentiments et les émotions. Elle va puiser ses forces dans une écologie intérieure qui représente une nouvelle étape de l’évolution humaine. La révolution mentale que nous devons accomplir est d’embrasser l’ensemble du vivant comme étant partie de nous-mêmes.
Delphine Batho est députée des Deux-Sèvres. Engagée d’abord comme leader lycéenne et vice-présidente de SOS Racisme, elle a été ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, avant d’être limogée brutalement du gouvernement en 2013 pour avoir dénoncé la baisse du budget de l’Écologie. Elle est présidente de Génération Écologie.
Dominique Bourg est philosophe, professeur à l’université de Lausanne.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

malnutrition informationnelle
Un autre article

Comment résister au mal du siècle : la malnutrition informationnelle ?

coccinelle
Un autre article

80 % des insectes européens ont disparu en trente ans

Notre sélection de livres - Dernières infos