Le passage à une agriculture fondée sur la biodiversité est un impératif de survie

Vandana Shiva : Le passage à une agriculture fondée sur la biodiversité est un impératif de survie

La Terre est non seulement vivante, elle crée aussi la vie. Depuis plus de 4 milliards d’années, la Terre a développé une riche biodiversité – une abondance d’organismes vivants et d’écosystèmes différents – qui peut répondre à tous nos besoins et soutenir la vie.

Grâce à la biodiversité et aux fonctions vivantes de la biosphère, la Terre régule la température et le climat ; elle a créé toutes les conditions nécessaires à l’évolution de notre espèce. C’est ce que James Lovelock, un scientifique de la NASA, a découvert en travaillant avec Lynn Margulis, qui étudiait les processus par lesquels les organismes vivants produisent et éliminent les gaz de l’atmosphère. La Terre est un organisme vivant autorégulateur, et la vie sur Terre crée les conditions nécessaires à son maintien et à son évolution.

L’ « hypothèse Gaia », née dans les années 1970, était un éveil scientifique à la Terre Vivante. La Terre a fossilisé du carbone vivant et l’a transformé en carbone mort, le stockant sous terre. C’est là que nous aurions dû le laisser.

Tout le charbon, le pétrole et le gaz naturel que nous brûlons et extrayons pour faire fonctionner notre économie pétrolière contemporaine s’est formé sur 600 millions d’années. Nous brûlons des millions d’années de travail de la nature chaque année. C’est pourquoi le cycle du carbone est rompu.

Quelques siècles de civilisation fondée sur les combustibles fossiles ont menacé notre survie même en rompant le cycle du carbone de la Terre.

Quelques siècles de civilisation fondée sur les combustibles fossiles ont menacé notre survie même en rompant le cycle du carbone de la Terre, en perturbant les principaux systèmes climatiques et la capacité d’autorégulation, et en poussant diverses espèces à l’extinction à 1000 fois le taux normal. Le lien entre la biodiversité et le changement climatique est intime.

L’extinction est une certitude si nous continuons un peu plus longtemps sur le chemin des combustibles fossiles. Le passage à une civilisation fondée sur la biodiversité est maintenant un impératif de survie.

Prenons l’exemple des systèmes alimentaires et agricoles. La Terre compte environ 300 000 espèces végétales comestibles, mais la communauté humaine mondiale contemporaine n’en mange que 200. Et, selon le New Scientist, « la moitié des protéines et des calories d’origine végétale proviennent de seulement trois sources : le maïs, le riz et le blé« . Entre-temps, seulement 10 pour cent du soja cultivé est utilisé comme nourriture pour les humains. Le reste sert à produire des biocarburants et des aliments pour animaux.

La forêt amazonienne abrite 10 % de la biodiversité de la planète. Aujourd’hui, les riches forêts sont brûlées pour l’expansion des cultures de soja OGM.

Le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) sur les terres et le climat souligne comment le problème climatique commence avec ce que nous faisons sur terre. On nous a répété à maintes reprises que les monocultures de cultures avec des intrants chimiques intensifs d’engrais synthétiques, de pesticides et d’herbicides sont nécessaires pour nourrir le monde.

Notre système agricole n’est pas principalement un système alimentaire, c’est un système industriel et il n’est pas durable.

Alors qu’elle utilise 75 pour cent du total des terres utilisées pour l’agriculture, l’agriculture industrielle basée sur des monocultures à forte intensité de combustibles fossiles et de produits chimiques ne produit que 30 pour cent des aliments que nous consommons, tandis que les petites fermes biodiversifiées utilisant 25 pour cent des terres fournissent 70 pour cent des aliments. L’agriculture industrielle est responsable de 75 pour cent de la destruction des sols, de l’eau et de la biodiversité de la planète. À ce rythme, si la part de l’agriculture industrielle à base de combustibles fossiles et de l’alimentation industrielle dans notre alimentation est portée à 40 %, nous aurons une planète morte. Il n’y aura pas de vie, pas de nourriture, sur une planète morte.

Outre le dioxyde de carbone directement émis par l’agriculture utilisant des combustibles fossiles, l’oxyde nitreux est émis par les engrais azotés à base de combustibles fossiles, et le méthane est émis par les fermes industrielles et les déchets alimentaires.

La fabrication d’engrais synthétiques est très énergivore. Un kilogramme d’engrais azoté nécessite l’équivalent énergétique de 2 litres de diesel. L’énergie utilisée lors de la fabrication d’engrais équivalait à 191 milliards de litres de diesel en 2000 et devrait atteindre 277 milliards en 2030. Il s’agit là d’un facteur majeur du changement climatique, mais largement ignoré. Un kilogramme d’engrais phosphaté nécessite un demi-litre de gazole.

L’oxyde nitreux est 300 fois plus perturbateur pour le climat que le dioxyde de carbone. Les engrais azotés déstabilisent le climat, créent des zones mortes dans les océans et désertifient les sols. Dans le contexte planétaire, l’érosion de la biodiversité et la transgression de la limite de l’azote sont des crises graves, mais souvent négligées.

Les petites exploitations agricoles qui utilisent 25 pour cent des terres fournissent 70 pour cent de la nourriture.

Ainsi, la régénération de la planète par des processus écologiques basés sur la biodiversité est devenue un impératif de survie pour l’espèce humaine et tous les êtres humains. Au cœur de la transition se trouve le passage des combustibles fossiles et du carbone mort à des processus vivants basés sur la culture et le recyclage du carbone vivant, renouvelé et cultivé comme biodiversité.

L’agriculture biologique – qui travaille avec la nature – retire l’excès de dioxyde de carbone de l’atmosphère, là où il n’a pas sa place, et le replace dans le sol, là où il doit être, par photosynthèse. Elle augmente également la capacité de rétention d’eau du sol, contribuant ainsi à sa résilience en période de sécheresses plus fréquentes, d’inondations et d’autres phénomènes climatiques extrêmes. L’agriculture biologique a le potentiel de séquestrer 52 gigatonnes de dioxyde de carbone, ce qui équivaut à la quantité qu’il faut éliminer de l’atmosphère pour maintenir le carbone atmosphérique en dessous de 350 parties par million, et l’augmentation moyenne de température de 2 degrés centigrades. Nous pouvons combler le fossé des émissions grâce à l’agriculture écologique à forte intensité de biodiversité, en travaillant avec la nature.

Et plus nous cultivons de biodiversité et de biomasse, plus les plantes séquestrent le carbone et l’azote atmosphériques et réduisent à la fois les émissions et les stocks de polluants dans l’air. Le carbone est renvoyé dans le sol par les plantes.

Les engrais azotés déstabilisent le climat, créent des zones mortes dans les océans et désertifient les sols.

Plus nous cultivons la biodiversité et la biomasse dans les forêts et les fermes, plus il y a de matière organique disponible pour retourner dans le sol, inversant ainsi la tendance à la désertification, qui est déjà une cause majeure de déplacement et de déracinement des populations et de la création de réfugiés en Afrique subsaharienne et au Moyen-Orient.

L’agriculture fondée sur la biodiversité n’est pas seulement une solution climatique, c’est aussi une solution à la faim. Environ 1 milliard de personnes souffrent en permanence de la faim. Les systèmes à forte intensité de biodiversité, sans combustibles fossiles et sans produits chimiques produisent plus de nutriments par hectares et peuvent nourrir plus de gens en utilisant moins de terres.

Pour réparer le cycle du carbone brisé, nous devons nous tourner vers les semences, le sol et le soleil pour augmenter le carbone vivant dans les plantes et dans le sol. Nous devons nous rappeler que le carbone vivant donne la vie et que le carbone fossile mort perturbe les processus vivants. Avec notre attention et notre conscience, nous pouvons augmenter le carbone vivant sur la planète et augmenter le bien-être de tous. D’autre part, plus nous exploitons et utilisons le carbone mort, et plus nous créons de pollution, moins nous en avons pour l’avenir.

Le carbone mort doit être laissé sous terre.

C’est une obligation éthique et un impératif écologique. C’est pourquoi le terme « décarbonisation », qui ne fait pas la distinction entre carbone vivant et carbone mort, est scientifiquement et écologiquement inapproprié. Si nous décarbonisons l’économie, nous n’aurons pas d’usines, qui sont du carbone vivant. Nous n’aurions pas de vie sur terre, qui crée et est soutenue par le carbone vivant. Une planète décarbonisée serait une planète morte.

Nous devons recarboniser le monde avec la biodiversité et le carbone vivant. Nous devons laisser du carbone mort dans le sol. Nous devons passer du pétrole au sol. Nous devons passer d’urgence d’un système basé sur les combustibles fossiles à une civilisation écologique basée sur la biodiversité. Nous pouvons planter les graines de l’espoir, les graines de l’avenir.

Vandana Shiva, philosophe, militante écologiste et écologiste féministe.
Elle s’est battue pour des changements dans la pratique et les paradigmes de l’agriculture et de l’alimentation, et a aidé des organisations de base du mouvement des Verts en Afrique, en Asie, en Amérique latine, en Irlande, en Suisse et en Autriche avec des campagnes contre le génie génétique. En 1982, elle a fondé la Fondation de recherche pour la science, la technologie et l’écologie, qui a mené à la création de Navdanya en 1991, un mouvement national pour protéger la diversité et l’intégrité des ressources biologiques, en particulier les semences indigènes, la promotion de l’agriculture biologique et le commerce équitable. Elle est l’auteur de nombreux livres dont Soil Not Oil : Environmental Justice in an Age of Climate Crisis ; Stolen Harvest : Le détournement de l’approvisionnement alimentaire mondial ; Earth Democracy : Justice, durabilité et paix ; et Rester en vie : Les femmes, l’écologie et le développement. Shiva a également été conseillère auprès de gouvernements en Inde et à l’étranger ainsi qu’auprès d’ONG, notamment le Forum international sur la mondialisation, l’Organisation des femmes pour l’environnement et le développement et le Third World Network. Elle a reçu de nombreux prix, dont le Right Livelihood Award 1993 (Prix Nobel alternatif) et le Prix Sydney pour la paix 2010.

Covering Climate NowCet article est paru à l’origine dans Truthout. Il est publié ici dans le cadre du partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de plus de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique du changement climatique.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Faut-il reboiser l'Amazonie ?

Quand la Camargue renoue avec la nature
Prochain article

Quand la Camargue renoue avec la nature

Derniers articles de Biodiversité