80 % des insectes européens ont disparu en trente ans

coccinelle
C’est l’épisode le plus massif d’extinction d’espèces depuis la disparition des dinosaures. Plus de la moitié des insectes disparaissent dans le monde à vitesse accélérée ; l’hécatombe atteint le chiffre vertigineux de 80 % pour l’Europe. Quand les insectes disparaissent, c’est toute la chaîne vivante qui est concernée. Plus de nourritures pour les oiseaux qui meurent en masse, moins de pollinisateurs pour les cultures clés de l’alimentation humaine. Un bilan effrayant dressé dans une synthèse de 73 études qui pointent la responsabilité de l’agriculture intensive dans cet effondrement du vivant.
 
Près de la moitié des espèces d’insectes, essentiels aux écosystèmes comme aux économies, sont en déclin rapide dans le monde entier, alerte une étude publiée dans la revue Biological Conservation, qui met en garde contre un « effondrement catastrophique » des milieux naturels. « La conclusion est claire : à moins que nous ne changions nos façons de produire nos aliments, les insectes auront pris le chemin de l’extinction en quelques décennies », soulignent les auteurs de ce bilan « effrayant », synthèse de 73 études, qui pointe en particulier le rôle de l’agriculture intensive.
 

Le plus massif épisode d’extinction depuis la disparition des dinosaures

Aujourd’hui, environ un tiers des espèces est menacé d’extinction « et chaque année environ 1% supplémentaire s’ajoute à la liste », ont calculé Francisco Sanchez-Bayo et Kris Wyckhuys, des universités de Sydney et du Queensland. Ce qui équivaut, notent-ils, « au plus massif épisode d’extinction » depuis la disparition des dinosaures. « La proportion d’espèces d’insectes en déclin (41%) est deux fois plus élevée que celle des vertébrés et le rythme d’extinction des espèces locales (10%) huit fois plus » soulignent-ils.
 
Philippe Grandcolas, directeur de recherche au CNRS s’avoue, dans un article de The Conversation,  déprimé à la lecture de cette étude car elle égrène une série de cas catastrophiques concernant papillons, hyménoptères (abeilles, guêpes, fourmis), coléoptères (carabes, scarabées, coccinelles, etc.), libellules et d’autres groupes d’insectes moins charismatiques mais tout aussi indispensables à la biodiversité, comme les perles ou les éphémères. Et cela dans de nombreuses régions et différents types d’environnements.
 

Une importance vitale pour les écosystèmes planétaires

Quand on parle de perte de biodiversité, le sort des grands animaux capte souvent l’attention. Or les insectes sont « d’une importance vitale pour les écosystèmes planétaires » : « un tel événement ne peut pas être ignoré et devrait pousser à agir pour éviter un effondrement des écosystèmes naturels qui serait catastrophique », insistent les scientifiques dans leurs conclusions.
 
Exemple de service vital rendu par les insectes, et sans doute le plus connu, la pollinisation des cultures.
À l’inverse, exemple d’impact de leur disparition sur toute la chaîne alimentaire : le déclin « vertigineux » des oiseaux des campagnes révélé en France en 2018. « Il n’y a quasiment plus d’insectes, c’est ça le problème numéro un », expliquait alors un des auteurs de l’étude française, Vincent Bretagnolle : car même les volatiles granivores ont besoin d’insectes à un moment dans l’année, pour leurs poussins…
 

Papillons, coccinelles, fourmis…

Selon une étude parue fin 2017 et basée sur des captures réalisées en Allemagne, l’Europe aurait perdu près de 80% de ses insectes en moins de 30 ans, contribuant à faire disparaître plus de 400 millions d’oiseaux. Oiseaux, mais aussi hérissons, lézards, amphibiens, poissons… tous dépendent de cette nourriture.
 
À l’origine de cette chute des insectes, les chercheurs australiens désignent la perte de leur habitat (urbanisation, déforestation, conversion agricole) et le recours aux pesticides et engrais de synthèse, au cœur de l’intensification des pratiques agricoles ces soixante dernières années.
Philippe Grandcolas précise que la diversité des études recensées dans l’article de Biological Conservation permet clairement d’établir quatre causes principales responsables du déclin des insectes : la conversion des milieux naturels (agriculture et urbanisation, perte de diversité des paysages, des milieux humides), les polluants – qu’ils soient fertilisants ou pesticides, sachant que la plupart des pesticides sont des insecticides –, les facteurs biologiques (introduction de pathogènes, d’espèces envahissantes ou de pseudo-auxiliaires) et, enfin, le changement climatique.
 
L’étude se base notamment sur les cas de l’Europe et des États-Unis, où l’on dispose des suivis les plus réguliers. « Mais vu que ces facteurs s’appliquent à tous les pays du monde, les insectes ne devraient pas s’en tirer différemment dans les pays tropicaux et en développement ».
A ces raisons s’ajoutent les agents pathogènes (virus, parasites), les espèces invasives et enfin le changement climatique mais surtout à ce stade dans les régions tropicales.
 

Un recul qui s’accélère

Le recul des insectes, qui forment les deux tiers des espèces terrestres, remonte au début du XXe siècle, mais s’est accéléré dans les années 1950-60 pour atteindre « des proportions alarmantes » ces 20 dernières.
Parmi les plus affectés, les lépidoptères (les papillons), les hyménoptères (abeilles, guêpes, fourmis, frelons… présents sur tous les continents sauf en Antarctique) et les coléoptères (scarabées, coccinelles).
Quelque 60% des espèces de bousiers sont ainsi sur le déclin dans le bassin méditerranéen. Et une espèce d’abeilles sur six a disparu au niveau régional, dans le monde.
Les insectes aquatiques ne sont pas épargnés, qu’il s’agisse des libellules ou des éphémères.
 
« Restaurer les habitats, repenser les pratiques agricoles, avec en particulier un frein sérieux à l’usage de pesticides et leur substitution par des pratiques plus durables, s’imposent urgemment », soulignent les auteurs du rapport, qui appellent aussi à assainir les eaux polluées, en ville comme en milieu rural. Philippe Grandcolas renchérit en rappelant que l’on connaît bien la corrélation entre le nombre d’insectes et les populations d’oiseaux qui dépendent d’eux pour leur nourriture. On connaît aussi le rôle fondamental des insectes pollinisateurs. Mais il faut aussi imaginer la complexité des réseaux d’interaction entre les 40 000 espèces d’insectes, les quelque 8 000 espèces de plantes et les centaines d’espèces de vertébrés présents en France métropolitaine. Si l’on connaît assez bien aujourd’hui ces réseaux, et notamment les flux qui les parcourent, on n’en sait en revanche beaucoup moins sur les effets de ces déclins à des niveaux locaux plus fins. Certaines conséquences peuvent, d’autre part, être contre-intuitives : la disparition d’espèces rares et peu abondantes peut avoir d’importants effets compte tenu de leur rôle clé dans les écosystèmes.
 
L’extinction massive des insectes semble prendre une tournure immaitrisable. Pourtant, selon Philippe Grandcolas, il est encore possible d’agir : « Il faudrait immédiatement restaurer une diversité indispensable de paysages, pratiquer massivement une agriculture raisonnée, voire bio, dans laquelle la lutte biologique et les bonnes pratiques peuvent diminuer de manière très importante l’apport d’intrants. »  Si cette solution est bien connue, sa mise en application rapide semble malheureusement toujours tributaire de la faiblesse et de la procrastination des décideurs ainsi que du poids des lobbies et des acteurs économiques qui ne pensent que rentabilité à court terme au détriment de tout le reste.
 
 
Sources : AFP, The Conversation
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

biodiversité
Article précédent

Biodiversité : craintes et espoirs avant la prochaine COP15 en Chine

biodiversité
Prochain article

Dans 10 jours la nature a rendez-vous avec la plus grande mobilisation citoyenne dans le monde

Derniers articles de Biodiversité