Les Républicains, boulets d’Obama dans sa lutte pour le climat

Barack Obama

Le Congrès américain, à majorité républicaine? n’a pas choisi la date au hasard. En pleine COP 21, alors que tous les chefs d’Etat du monde se retrouvent pour trouver une solution pour la planète, les élus américains ont rejeté les nouvelles réglementations « anti-carbone » de l’administration de Barack Obama.
 
C’est par 242 voix contre 180 que le Congrès a annulé le « Projet pour une énergie propre » du Président américain. Ce texte imposait pour la première fois des limites sur les émissions de CO2 des centrales thermiques américaines. L’objectif de ce « Clean Prower Plan » est de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 32 % d’ici 2030 par rapport aux mesures enregistrées en 2005.
 
Heureusement pour le climat, ce vote de rejet n’aura pas d’effets.  En effet, les républicains ne disposant pas des deux tiers des voix pour faire passer leur volonté, le Président va opposer son veto. C’est ce qu’a annoncé la Maison Blanche pendant qu’Obama était à Paris mardi. Il en a le droit et son veto est juridiquement insurmontable.
 
Les républicains sont furibards et dénoncent « l’abus de pouvoir extrême du président ».  C’est ce que déclare le républicain Ed Whitfield du Kentucky. Il faut savoir que cet Etat possède un nombre important de mines de charbon encore en exploitation.
 
Le chef de la majorité sénatoriale, Mitch McConnel, cité par l’AFP affirme que « Plus de la moitié des Etats ont porté plainte contre le projet du président ». Il menace : « Et le prochain président pourrait tout simplement l’annuler ».
 
Cette opposition du Congrès américain à toute mesure contre le changement climatique qui nuirait aux intérêts de  l’économie fossile américaine explique les réserves d’Obama et Kerry sur le caractère contraignant de l’accord qui pourra être trouvé à Paris à l’issue de la COP 21. En effet, si les Etats se dirigent vers la formule d’un Traité, il devra être ratifié par le Congrès américain et sera inévitablement retoqué. Il faudra que les négociateurs de la COP 21 fassent preuve d’imagination juridique pour éviter que le climat ne soit menacé par des boulets conservateurs.

Lire aussi sur UP’ : COP21: faut-il créer un Conseil de Sécurité Environnemental pour rendre contraignant l’accord sur le climat ?

Rédaction avec AFP
 
Photo : Jim Watson / AFP

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

agriculture
Article précédent

Agriculture et bioéconomie: des sols vivants pour protéger le climat

film happy rain
Prochain article

"Happy Rain", le film d'une géographe guerrière

Derniers articles de Climat

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.

Pour poursuivre la lecture de cet article, inscrivez-vous gratuitement au cercle des lecteurs de UP’:

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.

Pour poursuivre la lecture de cet article, inscrivez-vous gratuitement au cercle des lecteurs de UP’: