Dislike Trump

« We Are Still In » : la fronde anti-Trump pour le climat

Commencez
La liste est impressionnante. Quasiment tout ce que les États-Unis comptent de maires de grandes villes, de dirigeants de grands groupes, d’administrations, d’universités parmi les plus prestigieuses au monde… se sont ligués pour dire non à la décision de Trump de sortir de l’Accord de Paris sur le climat. Du jamais vu. Une telle rébellion, pour ne pas dire sécession, contre un président en place est un fait rare qui souligne de façon magistrale d’une part l’enjeu primordial de la lutte contre le climat et d’autre part l’importance de la société civile face aux égarements d’un chef d’État démonétisé.
 
C’est l’ancien maire de New York mais aussi envoyé spécial des Nations unies pour les Villes et le Changement climatique, Michael Bloomberg, qui a remis lundi aux Nations unies une déclaration recensant plus de mille entités américaines, administrations régionales ou entreprises. Par cette déclaration, elles s’engagent à respecter les objectifs de l’accord de Paris sur le climat malgré la décision de retrait de Donald Trump.
 
Dans une déclaration intitulée « We Are Still In » (Nous sommes toujours là) Michael Bloomberg proclame : « Aujourd’hui, au nom d’une coalition sans précédent de villes, d’États, d’entreprises et d’autres entités des États-Unis, j’informe les Nations unies et la communauté mondiale que la société américaine reste engagée dans la poursuite des réductions d’émissions de gaz à effet de serre que nous avons promis de mettre en œuvre à Paris en 2015 ».
 
 125 villes, 9 États, 902 entreprises et investisseurs, et 183 universités… la liste est un véritable who’s who. Parmi les entreprises, on retrouve Adidas, Adobe, Allianz, Amazon, Apple, Danone, Eastern Bank, eBay, EDF Group, Facebook, Google, Hewlett Packard, Intel, L’Oréal, Levi Strauss, Mars, Microsoft, Natixis, Nestlé, Nike, Tesla, Uber, Unilever, Yahoo…
Dans la liste des villes, on note Los Angeles, New York, Atlanta, Boston, Chicago, Dallas, Philadelphie, Portland, San Francisco, Seattle, Washington etc.
 
« Les signataires assurent que l’Accord de Paris est favorable à la création d’emplois, à la stabilité et à la prospérité mondiale. L’accélération de la transition énergétique propre des États-Unis est une opportunité – pas une contrainte – pour créer des emplois, stimuler l’innovation, promouvoir le commerce et assurer la compétitivité américaine. En déclarant « We Are Still In », les signataires servent le meilleur intérêt de leurs électeurs, clients, étudiants et communautés en assurant au reste du monde que le leadership américain sur le changement climatique dépasse largement le gouvernement fédéral », peut-on lire dans cette déclaration. 
 
Michael Bloomberg souhaite que cette déclaration ne reste pas une simple intention. Il s’est déjà rapproché de l’Organisation des Nations-Unies pour que les efforts des entités signataires soient comptabilisés dans l’Accord de Paris. Une demande qui n’est juridiquement pas simple à concrétiser car aujourd’hui les seules parties prenantes dans les négociations de l’Accord de Paris sont des États.
 
Il n’en demeure pas moins que cette initiative est accueillie avec joie par la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Sa secrétaire exécutive Patricia Espinosa déclare ainsi : « L’Accord de Paris reconnaît le rôle indispensable de tous ces acteurs dans la réalisation des transformations qui nous conduiront à un monde à faibles émissions, résilient et offrant des opportunités pour tous. La promesse faite, sous le slogan « We Are Still In », souligne la force et la robustesse de l’Accord et le soutien mondial de tous les secteurs à tous les niveaux de la société ».
 
 

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

climat et ressources
Article précédent

La toundra en Alaska libère de plus en plus de CO2

Guerre pour le climat
Prochain article

Macron, Général en chef de la guerre mondiale pour le climat ?

Derniers articles de Climat

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.

Pour poursuivre la lecture de cet article, inscrivez-vous gratuitement au cercle des lecteurs de UP’:

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.

Pour poursuivre la lecture de cet article, inscrivez-vous gratuitement au cercle des lecteurs de UP’: