Epandage de pesticides : les distances de la bêtise

C’était pas une bonne idée de découvrir ce samedi la décision du gouvernement de fixer à 5 ou 10 mètres la distance minimale entre les habitations et les zones d’épandage de pesticides. J’étais en pleine lecture du livre « Psychologie de la connerie » (1). Et là, on nage en plein surréalisme … Un arbitrage « dénoncé comme minimaliste par les écologistes et les associations ». « Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée » écrivait Descartes. Et la bêtise, alors ?

« Le gouvernement va soumettre à consultation ce lundi 9 septembre un projet de décret qui part des recommandations scientifiques de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire) », a indiqué samedi un porte-parole de ministère de l’Agriculture à l’AFP.

La distance minimale à respecter proposée est de 10 mètres pour les « substances les plus dangereuses », précise un communiqué commun des ministères de la Transition écologique, de la Santé et de l’Agriculture. Pour les autres produits, elle sera de 5 mètres pour les cultures dites basses, comme les céréales et de 10 mètres pour les cultures hautes, telles que les vignes.

L’Anses a recommandé en juin de mettre en place des distances de sécurité « au moins égales » à 3, 5 et 10 mètres entre les cultures et les bâtiments habités, selon le type de culture et le matériel utilisé pour la pulvérisation. Des distances « supérieures » devraient être respectées « par mesure de précaution, en particulier pour les produits classés cancérogène, mutagène ou toxique pour la reproduction ».

« C’est la première fois qu’on va mettre en place des distances minimales et on est un des seuls pays à le faire », a déclaré à l’AFP la ministre de la Transition Ecologique Elisabeth Borne, précisant que « des chartes seront discutées localement pour adapter ces distances ».

Dans notre papier du 3 septembre dernier, nous expliquions que Daniel Cueff, le maire de Langouët, commune de 602 habitants, avait pris en mai dernier un arrêté interdisant l’utilisation de produits phytopharmaceutiques « à une distance inférieure à 150 mètres de toute parcelle cadastrale comprenant un bâtiment à usage d’habitation ou professionnel ». Mais cet arrêté anti-pesticides est attaqué en justice par la préfecture d’Ille-et-Vilaine. D’où une fronde nationale de 25 personnalités du monde associatif qui signaient une tribune dans le journal Le Monde soutenant les maires faisant preuve de ce même courage.

On marche sur la tête !

Depuis quand les pesticides s’arrêtent-ils à une frontière « aérienne » ? A 5 mètres, à 10 mètres des écoles et des habitants ? L’épandage de pesticides est volatile, donc dangereuse, point.

Enlever 150 m de parcelle cadastrale aux agriculteurs n’est pas non plus une bonne idée car, comme l’explique à l’AFP Christian Durlin, administrateur de la FNSEA, « la mise en place de zones de non-traitement est synonyme de retraits importants de terres agricoles, ce qui représente un manque à gagner très important, surtout dans les zones périurbaines. » Et d’ajouter « Nous pensons qu’il faut surtout se baser sur d’autres alternatives ». Et comment donc !

Dans son avis, l’Anses recommande « de généraliser des dispositifs limitant la dérive des pesticides ».

Emmanuel Macron avait affirmé en août « soutenir dans ses intentions » l’élu de Languoët, mais le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, s’en mêlait mercredi dernier affirmant qu’il n’était « pas question » d’instaurer une zone d’exclusion pour les pesticides. Bref, des aller-retour incohérents et précipités, sans réflexion aucune. Des œillères politicardes immunisées contre l’hésitation, immunisés de leur bon droit, qui vous font prendre leurs décisions pour des vérités gravées dans le marbre, alors que tout ceci se construit sur du sable. Ou plutôt sur de la terre agricole, essentielle à notre alimentation et notre santé.

La légèreté des décideurs est un véritable fardeau que nous devons supporter au quotidien. Comme l’explique le mouvement EELV, « Au-delà de l’entêtement de ce gouvernement à défendre les positions de la FNSEA et des lobbies, qui estiment qu’il faut se prononcer « au cas par cas » pour, à terme, ne rien faire, ne faut-il pas au contraire chercher à préserver en priorité la santé de nos enfants et concitoyens devant les intérêts d’une poignée d’agriculteurs qui ont décidé de ne rien changer ? Préserver la qualité de l’air, de l’eau et de la biodiversité, alors que nous vivons une crise climatique et environnementale qui s’annonce sans précédent, est une urgence ! À quand un véritable plan de sortie totale des pesticides comme le réclament depuis longtemps les écologistes, à rebours des programmes « écophyto » qui se succèdent sans aucun effet si ce n’est l’augmentation de l’usage des produits phytosanitaires sur notre territoire ? »

A l’invitation du maire du 2è arrondissement de Paris, Jacques Boutault, et du secrétaire général d’Agir pour l’Environnement, Jacques Caplat, une réunion est organisée ce lundi 9 septembre pour un débat avec le Maire de Langouët sur le thème « Interdisons les pesticides à proximité des habitations »
Lundi 09 septembre à 19h30 – Mairie du 2ème (Paris) (Inscription obligatoire).

(1) Psychologie de la connerie – Sous la direction de Jean-François Marmion – Editions Sciences Humaines, 2018

3 Comments

  1. Plutôt que poser la question des 5 , 10 m ou même 150 m se poser la question : « Manger 5 fruits et légumes par jour ! » … avec ou sans pesticides ?
    En rapport avec votre article, une série de dessins clin d’oeil à l’oeuvre de René Magritte « Ceci n’est pas une pomme ». La légende diffère cependant. Sous l’image d’un fruit ou d’un légume la liste exhaustive des produits phytosanitaires que contiennent pommes, fraises, pomme de terre … :  » Ceci est du Abamectine , Acequinocyl , Clofentézine , Etoxazole … »
    A découvrir la série en cours de réalisation : https://1011-art.blogspot.com/p/hommage-magritte.html

    Mais aussi une série de dessins évoquant, par une suite d’abeilles mortes, la pollution par les substances chimiques et les pesticides utilisés dans l’agriculture. A découvrir :
    https://1011-art.blogspot.com/p/vous-etes-ici.html

  2. Plutôt que poser la question des 5 , 10 m ou même 150 m se poser la question : « Manger 5 fruits et légumes par jour ! » … avec ou sans pesticides ?
    En rapport avec votre article, une série de dessins clin d’oeil à l’oeuvre de René Magritte « Ceci n’est pas une pomme ». La légende diffère cependant. Sous l’image d’un fruit ou d’un légume la liste exhaustive des produits phytosanitaires que contiennent pommes, fraises, pomme de terre … :  » Ceci est du Abamectine , Acequinocyl , Clofentézine , Etoxazole … »
    A découvrir la série en cours de réalisation : https://1011-art.blogspot.com/p/hommage-magritte.html

    Mais aussi une série de dessins évoquant, par une suite d’abeilles mortes, la pollution par les substances chimiques et les pesticides utilisés dans l’agriculture. A découvrir :
    https://1011-art.blogspot.com/p/vous-etes-ici.html

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Les enfants les plus touchés par les perturbateurs endocriniens
Article précédent

Perturbateurs endocriniens : les enfants sont les premiers touchés

Prochain article

L’Union européenne prend le relais de la France pour lutter contre les déchets plastiques

Derniers articles de Pollutions