Le silence pour les riches, le bruit pour les pauvres ?

Sonneries de téléphones, alarmes, avions, klaxons, vrombissements de moteurs… notre environnement sonore est de plus en plus assourdissant et le silence est devenu une denrée rare, voire un objet de convoitise. Mais qu’est-ce que le silence et de quoi se prive-t-on lorsque nous n’y avons plus accès ? Enjeu environnemental, social et sanitaire de premier plan, le bruit est un fléau pour le vulgus pecum et le silence une denrée de luxe. 
Un enjeu en forme de thème d’une jolie conférence organisée par le Collège des Bernardins fin janvier, dans le cadre d’un cycle Mardi des Bernardins exceptionnel organisé à l’occasion de la 17e édition de La Semaine du Son de l’UNESCO, avec une psychanalyste, un ingénieur acousticien et une moniale : trois regards complémentaires pour appréhender le silence dans tous ses états.

Pollution sonore, acoustique, phonophobie, hyperacousie, misophonie … la liste des mots décrivant les effets néfastes de notre environnement sonore et les symptômes que ceux-ci entraînent sur notre santé sont de plus en plus nombreux.  Et pour cause, le bruit, bien plus qu’une simple gêne occasionnée, est aujourd’hui un enjeu environnemental, social et sanitaire de premier plan. Une étude révélée par le journal le Monde, classe ainsi le bruit comme « la seconde cause de morbidité derrière la pollution atmosphérique » parmi les facteurs de risque environnemental en milieu urbain.
Wagons iDzen du TGV, casques anti-bruit, carrés silence au restaurant, retraites en monastère : pour échapper à la cacophonie quotidienne, la quête de calme et de silence peut parfois se négocier (très) cher.

Le silence est-il en train de devenir un produit de luxe ? L’environnement sonore urbain peut-il devenir un nouvel élément de ségrégation sociale ? Le silence a-t-il une valeur ? S’achète-t-il vraiment ? Que recherche-t-on quand on cherche le silence ? Que suscite-t-il ? Que permet-il ?

Le 31 octobre 2017, l’UNESCO a adopté une résolution historique sur l’importance du son dans le monde actuel afin de promouvoir les bonnes pratiques. L’association La Semaine du Son, qui sensibilise le public, les élus et tous les acteurs de la société aux enjeux sociétaux du sonore depuis plus de quinze ans est à l’origine d’une résolution constituante pour le monde entier. Elle est partagée dans plus de 40 villes françaises et à l’étranger : Bruxelles, Namur, Genève, et, à d’autres périodes de l’année, au Mexique, en Colombie, en Argentine, en Uruguay, au Venezuela, au Canada, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, en Roumanie et bientôt à Cuba.

L’environnement sonore reflète et façonne notre comportement tant individuel que collectif, la productivité et la capacité de vivre harmonieusement tous ensemble. Accorder plus d’importance aux problématiques liées au son, dans notre monde actuel de plus en plus bruyant, devient donc une question vitale.
Extrait de la Résolution 39C/49 de l’UNESCO, adoptée le 31 octobre 2017

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Je m’abonne →

Pour chacune des éditions, La Semaine du Son sollicite des personnalités emblématiques du son, de la qualité sonore ou musicale, désireuses aussi de porter ses messages et de les partager avec leur public. Ce fut le cas lors de la soirée-débat du 21 janvier 2020, animée par Didier Pourquery, président de The Conversation France, alors que la 17e édition de la Semaine du Son de l’UNSECO vient de se clôturer ce 2 février.

« Les 4 fonctions du silence », par Cynthia Fleury, philosophe et psychanalyste, professeure au Conservatoire National des Arts et Métiers, titulaire de la Chaire Humanités et Santé (1) :

Véritable porte d’accès au monde, le sonore est un élément d’équilibre personnel fondamental dans notre relation aux autres et au monde. Pour la première fois grâce à l’association La Semaine du son le sonore est considéré dans ses dimensions environnementale et sociétale, médicale, économique, industrielle et culturelle.
Christian Hugonnet, Président fondateur de l’association La Semaine du Son

 » La dialectique du micro-silence  » par Christian Hugonnet, président de la Semaine du Son :

 » Le silence : un chemin pour découvrir le bruit intérieur qui nous habite  » par Sœur Cécile, prieure de Paris des Sœurs des Fraternités monastiques de Jérusalem :

Vous appréciez cet article et souhaitez lire UP’ sans interruption ? Rejoignez le cercle des lecteurs abonnés et accédez sans limites à une information libre et indépendante. Pour regarder le monde avec les yeux ouverts.

Je m’abonne →

S’interroger sur le sens et la valeur des silences avoués, assumés ou regrettés est une occasion de méditer sur les silences ou plutôt l’absence de silence dans nos propres sociétés contemporaines ou dans nos propres existences. Une conférence comme une invitation à se distancer de tous les bruits qui finissent par engloutir notre manière d’exister.

Voir la vidéo complète de la rencontre des Mardi des Bernardins du 21 janvier 2020

 

 

 

 

(1) Dernier ouvrage paru : « Le soin est un humanisme », éditions Gallimard, 2019

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Loi anti-gaspillage votée à l’unanimité : vers une écologie du quotidien ?

crêmes soclaires L'Oréal
Prochain article

Comment L’Oréal s’arrange avec la science pour vendre des crèmes solaires qui tuent les coraux

Derniers articles de Pollutions

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.

Pour poursuivre la lecture de cet article, inscrivez-vous gratuitement au cercle des lecteurs de UP’:

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.

Pour poursuivre la lecture de cet article, inscrivez-vous gratuitement au cercle des lecteurs de UP’: