powerwall

Une révolution énergétique réservée aux riches ?

Commencez
La Californie est un pays intéressant car c’est principalement là où – dit-on –, se concocte le monde de demain. Celui des technologies avancées qui vont transformer notre vie en paradis sur Terre. En matière de transition énergétique, cette région du monde présente un bilan radieux : 27% de son électricité est produite par l’énergie solaire, contre 44% pour le gaz naturel et 9 % pour le nucléaire.
 
En regardant de plus près, on observe que ces statistiques cachent une grave difficulté de gestion de la production électrique. Dans la journée, sous le soleil, le réseau est excédentaire. La nuit, la demande s’affole et atteint des sommets. L’expérience californienne est suivie de près par tous les gestionnaires de réseaux électriques, qui s’attendent à être confrontés aux mêmes problématiques.
La solution aurait été trouvée par Elon Musk, ce milliardaire hyper-créatif, inventeur de Paypal, de l’Hyperloop, de Space X, la fusée pour aller sur Mars et enfin de la Tesla, le véhicule électrique présenté comme un parangon de performances. Le plan d’Elon Musk pour résoudre les problèmes de distribution repose sur une idée simple : celle de la combinaison des toitures solaires photovoltaïques intégrées (ce ne sont pas de simples panneaux solaires posés sur le toit car l’énergie est prise par les matériaux du toit), d’un système de stockage domestique, le Powerwall ou mur électrique, d’une batterie Lithium-Ion domestique capable de stocker jusqu’à 10 kWh) et enfin d’une voiture électrique possédant des batteries qui lui offrent une autonomie de 450 km.  Elon Musk invente ainsi le système intégré véhicule-bâtiment-réseau. Le modèle rêvé d’autoproduction.
 
Toutefois, ce modèle, conçu pour l’habitat individuel et les grandes zones pavillonnaires de Californie, coûte cher en investissement. Il faudra compter 15 à 20 000 euros pour le système photovoltaïque et batterie, ainsi qu’environ 10  000 euros pour le véhicule électrique de milieu de gamme. A ces prix, le retour sur investissement sera forcément long : entre 10 et 20 ans.
Est-ce ce modèle de transition énergétique dont nous rêvons ? Un modèle « type californien » pour les riches et à l’électricité carbonée pour les pauvres ?
 
Le modèle d’Elon Musk n’est pas réservé qu’aux californiens. L’universitaire Patrick Criqui, spécialiste de l’énergie au CNRS, rappelle qu’en France, des chercheurs du Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) travaillent sur une piste similaire depuis le milieu des années 2000. Les grands opérateurs comme EDF et Engie se lancent dans des solutions photovoltaïques pour l’autoproduction avec batteries : «Mon soleil et moi» pour le premier et «My Power» pour le second. Des solutions dont l’offre semble clairement ciblée vers les consommateurs aisés. Difficile de dire aujourd’hui si, dans ces conditions, l’autoproduction solaire connaîtra un développement massif ou si elle restera cantonnée à des marchés de niches pour clientèles fortunées.
 

 

partenaire

 

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

route solaire
Article précédent

La voie "Royal" vers la transition énergétique

Chine pollution
Prochain article

Comment les Chinois passent au vert

Derniers articles de Transition écologique et énergétique

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.

Pour poursuivre la lecture de cet article, inscrivez-vous gratuitement au cercle des lecteurs de UP’:

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.

Pour poursuivre la lecture de cet article, inscrivez-vous gratuitement au cercle des lecteurs de UP’: