/

Saturation nucléaire

La Hague

D’ici un à deux ans, les centrales françaises ne sauront plus où stocker leur combustible irradié

Les immenses piscines de La Hague (Manche), où refroidissent les combustibles irradiés dans les centrales nucléaires françaises, s’approchent d’une saturation qui peut bloquer progressivement tous les réacteurs français, avertit l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). Une information qui apporte un éclairage nouveau sur la stratégie nucléaire annoncée ce mardi par Emmanuel Macron. Le plan de programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) du gouvernement prévoit en effet la fermeture de 50 % du parc de réacteurs français d’ici 2035. Ce calendrier sera-t-il compatible avec celui de la saturation du stockage des combustibles irradiés ?

« Avec 5 à 7% maximum d’espace disponible, on est au bord de l’occlusion intestinale » dans les piscines Orano de la Hague, affirme le chargé des questions nucléaires de Greenpeace France Yannick Rousselet à l’AFP. Dans ces bassins, environ 10.000 tonnes de combustibles irradiés pour fabriquer de l’électricité, refroidissent avant, pour la plupart, d’être retraités sur place.
Si ces installations, qui vieillissent, « s’arrêtent pour un problème technique, on est à six mois de la saturation », poursuit M. Rousselet, soulignant la multiplication des aléas.
 
« En cas d’arrêt brutal de la Hague et si vraiment aucune des deux usines ne redémarre, en un à deux ans les piscines sont remplies », nuance de son côté le directeur général de l’IRSN Thierry Charles, interrogé par l’AFP, mais dès lors, « en très peu d’années », l’ensemble des réacteurs français progressivement s’arrête, faute d’endroit pour évacuer les combustibles usés.
 

Situation très tendue

La situation est « globalement très tendue » dans les piscines de la Hague et celles des centrales où les combustibles sont d’abord plongés avant d’être envoyés dans les piscines d’Orano, résume l’IRSN, qui est le bras technique de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), dans un rapport rendu public en octobre.
Le pourcentage d’espace disponible dans les piscines y est biffé. Selon un projet du rapport dont l’AFP a eu une copie, ce taux était de 7,4% le 1er janvier 2016, loin des 30% affichés aujourd’hui par Orano. Selon des sources concordantes, l’entreprise compte libres des espaces occupés par des rebuts qu’elle prévoit de vider.
 
Quoiqu’il en soit, une « saturation progressive » menace les piscines : la quantité de combustibles augmente d’une « petite centaine de tonnes » par an car EDF envoie plus de combustibles à la Hague qu’Orano n’en retraite, précise M. Charles.
Les piscines de la Hague seront ainsi pleines au plus tard « peu après 2030 », selon l’IRSN. EDF « travaille actuellement sur la conception d’une piscine » supplémentaire, de 5.000 tonnes, opérationnelle « autour de 2030 », selon l’entreprise. Selon Greenpeace, ce bassin serait envisagé à Belleville-sur-Loire (Cher).
Mais que prévoit l’industriel en cas de « retard »?, l’a interrogé l’ASN dans un avis le 18 octobre.
 

La piste d’un « entreposage à sec »

D’autant que le projet d’EDF « ne permet pas d’intégrer de marge pour faire face à d’éventuels aléas » alors que le « vieillissement » des usines « pourrait remettre en cause (…) la pérennité des installations », selon l’IRSN.
 
De la corrosion plus rapide que prévue d’évaporateurs de 8 mètres de haut, rendue publique en 2016, au remplacement annoncé mi-novembre d’une pièce trop usée de 3,6 tonnes, en passant par une grève d’un mois et demi : la Hague est déjà soumise à des aléas. Orano a retraité et donc sorti des piscines moins de combustibles que prévu en 2017 et 2018.
 
Au-delà, le risque de saturation des piscines complique la réduction de 75 à 50% de la part du nucléaire dans la production d’électricité française. Car pour l’heure, seuls des réacteurs anciens, susceptibles d’être arrêtés, fonctionnent avec du MOX, ce combustible fabriqué par Orano à partir du plutonium extrait des combustibles usés. Or si on ferme des réacteurs « moxés », Orano extrait moins de combustibles de ses piscines pour fabriquer le MOX qui les alimente, explique l’IRSN.
 
« Préoccupée » par la question, la députée LREM Barbara Pompili, interrogée par l’AFP, demande que soit examinée la piste d’un « entreposage à sec » des combustibles usés, répandu dans les pays étrangers, qui ne pratiquent pas le retraitement, exception française.
 
L’IRSN estime en effet à environ cinq ans seulement le délai de mise en place de ce dispositif. Mais EDF indique ne « pas (avoir) opté pour cette solution » pour des raisons de « sûreté ». Près de 5.000 personnes travaillent à la Hague, site qui concentre le plus de radioactivité en Europe.
 
Source : AFP
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

 

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

transition écologique
Article précédent

Transition écologique à la Macron : insuffisante et poussive ?

transition énergétique
Prochain article

Transition énergétique : et si on s’intéressait avant tout aux humains ?

Derniers articles de Ressources

Pétrole

Les pestiférés

Une scène étrange se répète en ce moment, à différents endroits du

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.

Pour poursuivre la lecture de cet article, inscrivez-vous gratuitement au cercle des lecteurs de UP’:

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.

Pour poursuivre la lecture de cet article, inscrivez-vous gratuitement au cercle des lecteurs de UP’: