/

Quel est l’impact de la culture de l’huile de palme sur la biodiversité ?

transition énergétique
A la mi-juin 2019, la nouvelle bioraffinerie de Total La Mède démarrera sa production de biodiesel, soit environ 650 000 tonnes par an, malgré la fin de la niche fiscale pour les biocarburants à base d’huile de palme votée par le gouvernement en décembre 2018. Ce « biocarburant » est produit à base d’huile de palme, cette « fameuse » huile végétale « climaticide » : entre 1990 et 2010, l’exploitation de l’huile de palme serait responsable de la déforestation de plus de 9 millions d’hectares dans de nombreuses régions équatoriales, principalement en Indonésie et en Malaisie et en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Selon l’ONG Transport & Environment, 46 % de la production mondiale d’huile de palme se retrouverait dans le biodieselL’huile de palme est donc l’une des huiles végétales les plus utilisées, en bonne partie parce que la culture du palmier à huile est rentable. Quel est alors l’impact de la culture du palmier à huile sur la biodiversité et comment peut-elle devenir durable ? Un rapport de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), résumé par GreenFacts.
 
Depuis les années 1990, l’huile de palme est devenue un produit mondial largement utilisé dans les aliments transformés, principalement en raison de son rendement élevé. Il est produit à partir de palmiers cultivés en Afrique occidentale et en Amérique du Sud et centrale, mais la plus forte concentration de champs de palmiers à huile se trouve en Indonésie et en Malaisie, qui fournissent 85% de la production mondiale. Les acteurs de la production à petite échelle en particulier, qui produisent environ 40% de l’huile de palme mondiale, sont très importants dans le secteur.
 
Les fruits de palme frais sont récoltés puis broyés pour en extraire séparément l’huile du noyau et de la chair du fruit. L’huile de noyau est principalement utilisée pour le savon et à des fins industrielles, ainsi que pour les aliments transformés, tandis que l’huile de fruit sert à la production alimentaire. Une plantation d’huile de palme produit 3,8 tonnes d’huile par hectare, contre 0,8 tonne pour l’huile de colza, 0,7 tonne pour le tournesol et 0,5 tonne pour le soja.
 
Près de 75% de la production mondiale est destinée aux produits alimentaires, en particulier les huiles de cuisson et les huiles et graisses transformées (par exemple, la margarine), mais elle sert également à la production de biocarburants.
 

Quel est l’impact de la production d’huile de palme sur la biodiversité ?

Le principal impact direct du développement de la culture du palmier à huile sur la biodiversité est la perte d’habitat causée par la déforestation et les feux avant la plantation. Dans certaines régions du monde, jusqu’à 50% de la déforestation peut être attribuée à la production d’huile de palme. Dans ce contexte, les plantations des petits exploitants ont tendance à présenter une diversité supérieure à celle des plantations industrielles.
 
Exploitation des palmiers à huile
 
Les conflits entre la faune sauvage et les humains tendent aussi à augmenter lorsque les plantations de palmiers à huile sont établies, des espèces comme les orangs-outans et les tigres étant déplacées.
 
Certaines espèces, principalement des espèces dites généralistes comme les porcs et certains serpents, tirent profit des plantations de palmiers à huile en raison de la disponibilité d’aliments tels que les graines oléagineuses pour les porcs et les rongeurs comme les rats et les écureuils ou pour les serpents. Ces espèces sont utilisées par les travailleurs des plantations comme source de revenus supplémentaire, les porcs étant tués pour se nourrir et les serpents pour leur peau.
 
Toutefois, compte tenu de la demande croissante en huiles végétales et du fait que le palmier à huile produit beaucoup plus d’huile que d’autres cultures oléagineuses pour la même surface cultivée, abandonner l’huile de palme pourrait ne pas être la meilleure solution pour avoir un effet positif net sur la biodiversité. Il est clair en effet que d’autres cultures ont également un impact significatif sur cette biodiversité.
 

La production d’huile de palme a-t-elle des impacts autres que sur la biodiversité ?

Parmi les autres impacts indirects de la production d’huile de palme, figurent les émissions de gaz à effet de serre (CO2, méthane, oxyde nitreux, …) liées à la déforestation, l’utilisation du feu pour défricher, la qualité de l’eau, la diversité des espèces d’eau douce, les espèces envahissantes associées au palmier à huile, aux ravageurs, ou encore les retombées et les impacts secondaires de la chasse.
 

Que peut-on faire pour atténuer l’impact de l’huile de palme sur la biodiversité ?

La principale stratégie utilisée pour atténuer l’impact de la culture du palmier à huile a été de remédier à la perte de forêts naturelles et de tourbières, avec des mesures allant de la réglementation gouvernementale aux actions volontaires. L’expansion du palmier à huile, sans tenir compte de la biodiversité, n’est pas compatible avec les politiques internationales en matière de biodiversité et les liens directs entre les faiblesses de la gouvernance foncière, notamment la corruption et la collusion sur l’obtention de permis de développement pour le palmier à huile, sont bien établis.
 
Un certain nombre de mesures peuvent être prises pour compenser et minimiser l’impact négatif prévu ; ils comprennent :
– l’évitement : réduire l’impact avant qu’il ne se produise afin qu’il ne soit pas aussi grave ;
– la restauration : restauration sur site de la biodiversité suite à un impact ;
– la compensation : remplacer les ressources perdues ou proposer des alternatives et assurer un impact positif net.
 
Il existe des systèmes de certification volontaires, tels que la Table ronde sur l’huile de palme durable (1), qui obligent les producteurs à éviter de défricher les forêts primaires, à protéger les rivières, à éviter les incendies et à lutter contre la pollution. Au cours de la dernière décennie, alors que le public était de plus en plus sensibilisé au problème de la déforestation, les entreprises ont pris un engagement « sans déforestation » et l’industrie de l’huile de palme est l’un des secteurs où ce niveau d’engagement est le plus élevé avec la moitié des entreprises ayant un tel engagement. La Convention sur la Diversité Biologique (CDB) (2) a également établi des objectifs intergouvernementaux directement pertinents pour le palmier à huile et la biodiversité.
 
Les gouvernements des pays producteurs ont également réagi aux débats internationaux sur le palmier à huile et la déforestation. Il peut exister des politiques dans les pays où sont cultivés les palmiers à huile, comme le moratoire sur la déforestation en Indonésie, ou dans les pays importateurs d’huile de palme, comme la Déclaration d’Amsterdam (3), qui soutiennent une chaîne d’approvisionnement pleinement durable.
 

Quel est l’avenir de l’huile de palme ?

La demande mondiale d’huile végétale augmente rapidement. La demande en 2050 devrait être le double de ce qu’elle était en 2008, avec une demande de 310 millions de tonnes, contre environ 165 millions de tonnes en 2013. Il est possible d’augmenter le rendement de la production actuelle en améliorant la gestion ou l’utilisation de variétés plus productives, par exemple, mais cela ne signifie pas nécessairement qu’il n’y aura pas plus de développement et de conversion des terres, car la production d’huile de palme est une entreprise lucrative pour les investisseurs.
 
Il y a encore de la place pour la culture du palmier à huile en Afrique et en Amérique du Sud, où la production est encore relativement faible, mais l’impact environnemental de l’expansion des plantations de palmiers à huile dans ces régions reste sous-évalué.
 

Quelles sont les principales lacunes dans nos connaissances sur les impacts de la production d’huile de palme ?

Les lacunes les plus importantes qui nécessitent des recherches plus approfondies sont les suivantes :
– les impacts socioculturels et économiques du développement du palmier à huile ;
– la répartition spatiale des différentes cultures oléagineuses végétales ;
– la modélisation de l’expansion passée du palmier à huile afin de comprendre les contraintes et de modéliser l’expansion future ;
– l’impact de l’expansion à grande échelle sur le climat local et la gestion des ressources en eau ;
– les coûts et avantages d’une gestion optimale de la biodiversité pour les producteurs ;
– comment les espèces survivent et se déplacent dans les paysages de palmiers à huile ;
– la caractérisation de la valeur de la biodiversité de la production traditionnelle du palmier à huile, de la faisabilité et de la productivité des systèmes à petite échelle et des avantages de conservation de ces systèmes.
 
 
Source : UICN (2018) – Résumé & Détails : GreenFacts
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

transition énergétique
Article précédent

La rénovation énergétique des bâtiments au point mort

Mines de terres rares
Prochain article

Menaces chinoises sur les terres rares : les Américains commencent à vraiment s’inquiéter

Derniers articles de Ressources