Vache génétiquement modifiée

Bill Gates investit des millions pour créer génétiquement la vache « parfaite »

Commencez
Le philanthrope multimilliardaire de Microsoft a fait un don de 40 millions de dollars (32 M€) à une équipe de scientifiques britanniques. Mission : créer une vache capable de produire plus de lait et de survivre dans les climats chauds. Les chercheurs ont pour objectif de concevoir, par modifications génétiques, une vache qui produit de grandes quantités de lait et résiste aux températures exceptionnellement élevées qui seront la norme dans certaines régions du globe. Un investissement qui se situe toutefois à contrecourant de la tendance demandant de consommer moins de viande pour protéger notre planète.
 
Un organisme à but non lucratif d’Édimbourg, GALVmed (Global Alliance for Livestock Veterinary Medicines) vient de recevoir 40 millions de dollars de Bill Gates pour mener des recherches génétiques dans ce but. « On pourra avoir une vache quatre fois plus productive avec la même capacité de survie », a dit Gates au Times.
 
La création de vaches capables de survivre à des températures plus chaudes et de produire la même quantité de lait que leurs congénères qui vivent dans des climats plus tempérés serait une aubaine pour les éleveurs de ces latitudes. Atteindre des résultats en Afrique  « serait très transformateur », a mentionné Bill Gates à la BBC.

Le coût désastreux d’une plus grande production de viande

Il ne fait aucun doute que les vaches qui produisent plus de lait et prospèrent sous des températures caniculaires procureraient des avantages immédiats aux agriculteurs. Mais de plus en plus d’experts estiment que l’objectif consistant à stimuler l’industrie mondiale de la viande est un objectif à courte vue. La production de viande produit une quantité disproportionnée d’émissions de gaz à effet de serre par unité de protéine par rapport aux plantes comestibles.

LIRE DANS UP’ : Trois producteurs de viande polluent autant que la France toute entière

Selon une analyse de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le cheptel mondial produit 14,5 % de toutes les émissions résultant de l’activité humaine. Alors que de plus en plus de gens sortent de la pauvreté et peuvent choisir une alimentation riche en viande, ces émissions – et leur impact sur le réchauffement climatique – ne feront qu’augmenter.
 
De plus, la production de viande exige également beaucoup d’eau – environ 15 000 litres par kilogramme de viande bovine. La FAO estime que l’élevage occupe environ 30 % des terres disponibles à la surface du globe – des étendues de terres qui pourraient être utilisées pour nourrir les humains plutôt que les animaux. Certains experts soutiennent même que l’industrie de la viande nuit aux pauvres du monde entier. Si tous les grains utilisés pour nourrir le bétail étaient plutôt donnés aux humains, on pourrait nourrir 3,5 milliards de personnes supplémentaires.
 
Bill Gates a admis que le fait de stimuler la production de viande soulève de sérieuses questions éthiques, mais il estime que les agriculteurs des pays pauvres devraient avoir droit aux mêmes technologies que celles dont jouissent les citoyens des économies industrialisées.
 
« Bien que l’on puisse légitimement se demander si le monde peut satisfaire son appétit pour les produits d’origine animale sans détruire l’environnement, c’est un fait que de nombreux pauvres dépendent du bétail pour leur alimentation et leur revenu », écrit-il sur son blog. « Je crois qu’ils devraient pouvoir élever du bétail aussi efficacement que les agriculteurs des pays riches. »
 
Sources : Tech Insider, Futurism
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

Courses au marché
Article précédent

Comment préparer son déjeuner tout en pensant à la planète ?

alimentation
Prochain article

Alerte : La biodiversité alimentaire en danger !

Derniers articles de Sécurité alimentaire et agrostratégies

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.

Pour poursuivre la lecture de cet article, inscrivez-vous gratuitement au cercle des lecteurs de UP’:

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.

Pour poursuivre la lecture de cet article, inscrivez-vous gratuitement au cercle des lecteurs de UP’: