Boîte de conserve
/

Des nanoparticules aux effets négatifs dans les aliments en boîtes de conserve

Commencez
Nous faisons de plus en plus attention à notre alimentation, nous la voulons saine et nutritive, nous sommes des apôtres du bio et du local. Mais, quelle que soit notre vigilance, nous avons tous quelques boîtes de conserve dans notre placard. Une boîte de sardines, de petits pois ou de flageolets. C’est pratique et ça rend service. Or une étude vient de montrer que ces emballages pourraient avoir une incidence négative sur le fonctionnement de notre tube digestif. La cause : ils dégagent des nanoparticules d’oxyde de zinc qui transforment la façon dont notre intestin absorbe les nutriments.
 
Des chercheurs américains des universités de Binghamton et de l’État de New York viennent de publier une étude dans la revue Food & Function. « Nous avons découvert que les nanoparticules d’oxyde de zinc (ZnO) à des doses qui correspondent à ce que vous pourriez normalement manger au cours d’un repas ou d’une journée peuvent changer la façon dont votre intestin absorbe les nutriments ou l’expression des gènes et des protéines des cellules intestinales », a déclaré Gretchen Mahler, professeure agrégée de bioingénierie, coauteur de l’étude.
 
Selon le professeur Mahler, ces nanoparticules de ZnO sont présentes dans le revêtement de certains produits en conserve en raison de leurs propriétés antimicrobiennes et pour prévenir la coloration des aliments producteurs de soufre. Dans le cadre de l’étude, les scientifiques ont étudié des boîtes de maïs, de thon, d’asperges et du poulet en conserve, en utilisant la spectrométrie de masse pour estimer combien de particules pouvaient être transférées dans l’aliment. Il a été constaté que l’aliment contenait 100 fois l’apport quotidien en zinc.
 
Les chercheurs se sont ensuite penchés sur l’effet de ces particules sur le tube digestif.
« Les scientifiques ont déjà étudié les effets des nanoparticules sur les cellules intestinales, mais ils ont tendance à travailler avec des doses très élevées et à rechercher une toxicité évidente, comme la mort cellulaire », a déclaré Gretchen Mahler. « Nous étudions la fonction cellulaire, dont l’effet est beaucoup plus subtil, et les doses de nanoparticules qui sont plus proches de ce à quoi vous pourriez vraiment être exposés. »
 
Selon les chercheurs auteurs de cette étude, une première en la matière, ces nanoparticules « ont tendance à se fixer sur les cellules du tractus gastro-intestinal et à provoquer le remodelage ou la perte des microvillosités, ces minuscules projections à la surface des cellules absorbantes intestinales qui aident à augmenter la surface disponible pour l’absorption ».  Le professeur Mahler poursuit : « Cette perte de surface tend à entraîner une diminution de l’absorption des nutriments. Certaines nanoparticules provoquent également une signalisation pro-inflammatoire à fortes doses, ce qui peut augmenter la perméabilité du modèle intestinal. Une augmentation de la perméabilité intestinale n’est pas une bonne chose – cela signifie que les composés qui ne sont pas censés passer à travers la circulation sanguine pourraient être capables de le faire ».
 
Ces effets des nanoparticules ont été testés en laboratoire mais les chercheurs ne savent pas encore quelles sont les répercussions à long terme sur la santé humaine. Ils pensent néanmoins que ces nanoparticules affecteraient de façon significative les populations microbiennes intestinales.
Nicolas Appert s’en retournerait dans sa tombe …

 
 
Source : phys.org
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

 

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

déchets plastiques
Article précédent

Chaque humain laisse 1000 tonnes de déchets plastiques dans la nature

ferme urbaine
Prochain article

De la fourche à la fourchette : de nouveaux potagers urbains s'installent à Paris

Derniers articles de Pollutions

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.

Pour poursuivre la lecture de cet article, inscrivez-vous gratuitement au cercle des lecteurs de UP’:

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.

Pour poursuivre la lecture de cet article, inscrivez-vous gratuitement au cercle des lecteurs de UP’: