Semeur

L’Europe libère les semences. Enfin plus de diversité dans nos assiettes ?

Commencez
Jusqu’à présent, le marché des semences était entre les mains de géants de l’agrochimie comme Bayer Monsanto. Résultat : 75% des aliments de la planète proviennent de 12 espèces végétales et cinq espèces animales. Or l’Europe vient de voter la libération des semences et notamment les semences dites « paysannes ». La diversité reviendrait-elle enfin dans nos assiettes ?
 
Avant cette décision historique des députés européens, le marché des semences était verrouillé. Une rente de situation avait été mise en place, depuis la fin de la seconde guerre mondiale et surtout depuis 1981, au profit d’un club de quelques géants de l’agrochimie et de l’agriculture. Sous prétexte d’ « assurer une sécurité pour les utilisateurs », il était interdit de vendre des graines ne figurant pas sur le catalogue officiel des semences autorisées. Or pour inscrire une variété dans ce catalogue, il fallait payer jusqu’à 15 000 euros. Inutile de dire que les petits paysans, les défenseurs des variétés anciennes et tous ceux qui concourent à la variété et à la diversité de notre alimentation étaient exclus. Il leur était même interdit de ressemer des graines qu’ils avaient eux-mêmes produites. Seules les grandes organisations comme Bayer-Monsanto ou Dupont-Dow pouvaient se permettre d’entrer dans ce club réservé. C’est ainsi que l’agriculture intensive a pu prospérer pendant des années et réduire la diversité de l’offre végétale à quelques variétés triées sur le volet.
 
La décision européenne datée du 19 avril dernier casse cette situation monopolistique réservée à quelques géants. Désormais la « reproduction végétale de matériel hétérogène biologique » est autorisée. Pour José Bové, grand pourfendeur de l’agriculture intensive cité par notre confrère Novethic, cette formule signifie la fin de  « la mainmise des grands groupes semenciers. Elle va permettre la commercialisation de semences traditionnelles et encourager les paysans bios à réutiliser leurs propres semences ».
 
Les agriculteurs bio pourront ainsi utiliser, vendre ou échanger leurs propres graines paysannes sans nécessairement les inscrire au catalogue officiel. Cette nouvelle réglementation devrait faciliter la conversion des producteurs européens vers une agriculture biologique. En outre, elle semble permettre une amélioration sensible de l’offre agroalimentaire et de la diversité des produits que nous trouvons sur les étals de nos marchés. Depuis le début du XXe siècle, l’abandon des variétés locales au profit des semences industrielles, hybrides ou OGM a abouti à la disparition de 75 % des légumes, des fruits et des céréales.
 
Les petits producteurs ne doivent pourtant pas crier victoire trop vite. En effet, cette décision pourrait aussi représenter une ouverture pour les multinationales de l’agriculture. « Elles pourront déposer des mélanges brevetés moins homogènes comme des nouveaux OGM sans supporter les contraintes de l’inscription au cahier officiel. Et peut-être échapper à la réglementation OGM, comme elles l’espèrent », prévient, sur Novethic, Patrick de Kochko, le président du Réseau semences paysannes.
 
 
Image d’en-tête : Van Gogh, Semeur au soleil couchant
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

 

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

alimentation
Article précédent

Les fromages végétaux raflent la mise au Concours national de la création agroalimentaire BIO

potager urbain
Prochain article

Home Potager : le nouveau potager urbain vertical, connecté et ludique

Derniers articles de Sécurité alimentaire et agrostratégies

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.

Pour poursuivre la lecture de cet article, inscrivez-vous gratuitement au cercle des lecteurs de UP’:

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.

Pour poursuivre la lecture de cet article, inscrivez-vous gratuitement au cercle des lecteurs de UP’: