/

Agriculture en 2030 : L’enseignement agricole va devoir se « verdir »

Jeune agriculteur
L’enseignement agricole, qui compte plus de 450.000 élèves, étudiants, stagiaires et apprentis, va devoir s’adapter aux mutations à venir d’ici 2030, en prenant en compte le développement des métiers « verts » ; et ce, malgré de sérieuses inconnues sur l’évolution de l’agriculture. C’est ce qu’indique une étude gouvernementale.
 
« Le soutien au verdissement de l’économie influera sur les métiers et le marché de l’emploi (…) Le développement des métiers verts ou verdissants aura des conséquences sur l’intégration du thème de l’environnement dans les formations initiales », indique l’étude prospective réalisée par le ministère de l’Agriculture qui présente « quatre scénarios » très contrastés d’évolution de l’agriculture et de la ruralité d’ici 2030.
 
Deux d’entre eux plantent un décor « optimiste » en matière d’emploi pour l’avenir des zones rurales. Le premier table sur un accompagnement des « transitions » autour d’une « nouvelle économie » générée par une alimentation durable. Il parie sur le développement de l’agriculture de proximité, ou biologique, l’agro-écologie, le recyclage, la bio-industrie, et les énergies renouvelables » autour d’un tissu dense « d’industries petites et moyennes, structuré par l’écologie industrielle et l’économie circulaire ».
Dans ce scénario, les emplois dans le secteur agricole et forestier « résistent d’autant plus que les modes de production intensifs en main d’œuvre gagnent du terrain », souligne l’étude.
 
Le deuxième scénario, également favorable à l’emploi, parie sur des villes ayant absorbé « le tissu péri-urbain et intégrant les espaces agricoles » avec l’émergence de « pôles de compétitivité » centrés autour d' »agiles » entreprises « de tailles moyennes ». Dans ce cas, collaboration, partage, mutualisation des compétences sont mises en avant, avec des exploitants « de plus en plus diplômés » qui deviendront de véritables « experts », alliant compétences techniques, agronomiques, écologiques, électroniques et économiques autour d’exploitations qui s’agrandissent.
 
Dans ce scénario, « les conflits d’usage entre groupes sociaux (urbains/ruraux, agriculteurs/touristes, forestiers/Protecteurs de l’environnement etc.) sont fréquents, mobilisant des compétences en médiation et en droit ». Les enjeux autour de l’environnement sont « omniprésents », induisant un « verdissement des activités et des métiers ».
 
Les deux autres scénarios sont plus pessimistes pour l’emploi agricole et en zone rurale. Le premier d’entre eux table sur un marché de l’emploi régionalisé et « ubérisé » où les industries agroalimentaires de transformation et les plateformes numériques pèsent sur les producteurs agricoles. Dans ce scénario, deux types d’exploitations coexistent : des grandes, pluri-spécialisées, avec des apports externes de main d’œuvre, et des exploitations « à taille humaine » en circuits courts.
« Les compétences liées à l’automatisation, la robotique, l’intelligence artificielle et l’analyse des données sont valorisées », mais « l’agriculture et l’agroalimentaire continuent de perdre des effectifs », indique l’étude.
 
Le dernier scénario mise sur le « réinvestissement du rural » par les urbains, aidés par « la tertiarisation de l’économie et le télétravail », mais passe par « la robotisation, la spécialisation des régions, et des inégalités territoriales croissantes ». « Face au coût élevé du foncier, les capitaux extérieurs prennent le relais des capitaux familiaux, les exploitations sous statut sociétaire « s’imposent » (SA SARL). Et « la baisse des emplois agricoles et industriels s’amplifie sous la pression de la mondialisation », note l’étude. « Partout les compétences en numérique, robotique et intelligence artificielle sont en tension ».
 
Les deux premiers scénarios « constituent un cadre positif pour réfléchir aux transformations à conduire sur l’enseignement agricole dans les prochaines années ».
 
Les deux derniers « décrivent des futurs » que le groupe de travail d’une trentaine d’experts qui a planché avec le ministère, « a jugé non souhaitables », a précisé Muriel Mahé, du Centre d’études et de prospective du ministère.
 
Source AFP

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

économie et innovation
Article précédent

Première convention nationale des SATT : L’innovation en marche au cœur des territoires

recherche
Prochain article

Ipsen et le CNRS créent Archi-Pex

Derniers articles de Education et savoirs

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.

Pour poursuivre la lecture de cet article, inscrivez-vous gratuitement au cercle des lecteurs de UP’:

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.

Pour poursuivre la lecture de cet article, inscrivez-vous gratuitement au cercle des lecteurs de UP’: