/

Energy Observer, l’Odyssée pour le futur : Cap au Nord

transition énergétique
Ce vendredi 8 mars 2019, Energy Observer, le premier navire hydrogène autour du monde, sera remis à l’eau à Saint-Malo après un long chantier d’optimisation. L’objectif technique de ce projet est précisément de tester, valider et fiabiliser des innovations technologiques dans les conditions les plus rudes, qui seront celles de la Baltique et du cercle Arctique en 2019. Cette Odyssée vers le Nord de l’Europe aura également pour but la rencontre des pionniers et des solutions pour la planète, au cœur de ces territoires qui, pour la plupart, ont réussi leur transition énergétique et écologique. L’équipage d’Energy Observer essaiera de comprendre comment ils ont su passer du discours politique à la réalité économique, industrielle et sociale.
 
Energy Observer est le premier navire hydrogène autonome en énergie sans émission de gaz à effet de serre ni particules fines. Ce navire du futur à propulsion électrique fonctionne grâce à un mix d’énergies renouvelables et un système de production d’hydrogène décarbonée à partir de l’eau de mer et de l’énergie solaire.
Ce défi technologique et scientifique a pour ambition de tester en conditions extrêmes des technologies de pointe préfigurant les réseaux énergétiques de demain, applicables en milieu terrestre.
 
Le navire accomplit actuellement une Odyssée pour le futur de six ans (2017-2022), 50 pays, 101 escales, menée par Victorien Erussard, fondateur et capitaine, et Jérôme Delafosse, chef d’expédition et réalisateur de documentaires. Un tour du monde pour devenir une vitrine des innovations en matière de transition écologique, afin de sensibiliser le plus grand nombre sur les énergies renouvelables, la biodiversité, l’agroécologie, la mobilité ou encore l’économie circulaire, lors des escales sur son village itinérant et sur les réseaux sociaux. Cette expédition du XXIe siècle a pour cap permanent la mise en œuvre des 17 Objectifs de développement durable de l’ONU, dont Energy Observer se veut être le premier ambassadeur pour la France.
 
La nouvelle maquette du navire et l’équipe – Photo Energy Observer ©Amélie Conty

Les Flandres, au cœur du trafic maritime

Après une escale à Dunkerque, dont l’objectif est de saluer les efforts d’Engie et de la Région pour développer les solutions de Power to Gas (Injection d’hydrogène décarboné dans les réseaux de gaz naturels), le premier grand rendez-vous d’Energy Observer se déroulera du 21 au 29 mars en Flandres, région capitale pour le transport maritime. Accueilli par le Port d’Anvers et la Compagnie Maritime Belge, société pionnière dans la combustion de l’hydrogène et partenaire du projet, Energy Observer sera amarré sous le spectaculaire bâtiment signé Zaha Hadid qui abrite la capitainerie de l’un des premiers ports marchands d’Europe.
 
Capitainerie du port d’Anvers de Zaha Hadid Architects – Photo © Peter Knoop
 
Durant cette escale, de très nombreux rendez-vous animeront le village Energy Observer, comme la Mission Innovation de la Commission Européenne ou les visites scolaires quotidiennes.

Pays Bas et Allemagne, à la rencontre des industries de la transition écologique

La seconde escale importante sera Amsterdam, qui verra de nombreuses startups, universités et collèges technologiques se rassembler autour d’Energy Observer et de ses partenaires. Puis le navire atteindra Hambourg le 26 avril pour y rester jusqu’au 12 mai, invité spécial du Port qui fêtera plus de trois siècles d’existence avec la présence de tous les acteurs économiques de la région. Rappelons que les industries aéronautiques et ferroviaires (dont le premier train à hydrogène développé par Alstom) sont très présentes dans cette région particulièrement dynamique en matière de transition énergétique, comme l’ensemble de l’Europe du Nord d’ailleurs.

Scandinavie, moteur de la révolution hydrogène

Energy Observer poursuivra ses rencontres en Scandinavie avec cette révolution écologique et énergétique à marche forcée, installant son village dans les lieux iconiques des capitales les plus dynamiques : Copenhague du 16 au 19 mai, Stockholm du 24 mai au 2 juin. Puis se sera Helsinki du 13 au 16 juin et Saint-Pétersbourg à partir du 20 juin.

L’Odyssée pour le Futur traversera la Mer Blanche et la forêt boréale

Energy Observer partira alors en expédition pour rejoindre la Mer Blanche par le Canal du même nom, après que les autorités russes aient accordé leur autorisation. L’Odyssée pour le Futur traversera la forêt boréale qui, à elle seule, absorbe près de 20 % du CO2 mondial, les lacs de Carélie et le Canal de la Mer Blanche, qui a laissé tant de traces dans l’histoire russe, croisera près des îles Solovetski pour finalement repasser en Norvège après le Cap Nord fin juillet 2019.

Norvège, la rupture vers les énergies douces

L’expédition redescendra du cercle polaire le long des magnifiques côtes norvégiennes, des îles Lofoten jusqu’à Bergen mi-septembre. La Norvège, alors même qu’elle dispose d’immenses réserves hydrocarbures, déploie une stratégie radicale vers le transport électrique et surtout hydrogène pour devenir un leader mondial de ces technologies.

L’Ecosse et Londres, pionniers des transports en commun propres

Enfin, fin septembre, Energy Observer ira saluer les très nombreuses initiatives propres en Ecosse et dans les îles Orkney qui ont pris un virage vert exemplaire. Cette tournée septentrionale s’achèvera à Londres du 4 au 13 octobre, sous le célèbre London Bridge. La capitale britannique déploie également une ambitieuse politique envers l’hydrogène, comme les Écossais, et abrite le siège de l’Organisation Maritime Internationale. Energy Observer interviendra dès le mois de mai devant cette institution régulant les normes de sécurité et de pollution maritime.
 
Durant ce voyage dans le grand nord, les équipes média d’Energy Observer produiront plusieurs types de contenus : une soixantaine de films courts pour la web-série Solutions, disponible sur la futur plateforme media Energy Observer, Solutions et les réseaux sociaux avec le soutien du Ministère de la Transition Écologique et Solidaire, quatre films de 52 mn destinés à compléter la série documentaire de l’Odyssée pour le Futur sur Planète + et enfin, un film long de 90 mn qui sera diffusé en prime sur Canal+. Une formidable aventure pour l’équipe de tournage qui se voit cette année renforcée par quatre nouveaux membres.
 

Energy Observer, le laboratoire flottant poursuit ses évolutions technologiques

Après leurs 16 mois de navigation autour de la France et en Méditerranée, c’est l’heure du premier bilan technologique du laboratoire flottant Energy Observer. Un bilan positif pour cette architecture énergétique unique au monde, développée en collaboration avec les ingénieurs du CEA-Liten. Ce bilan s’accompagne d’ajustements techniques et technologiques pour améliorer les performances énergétiques du bateau.

Trois gros chantiers ont monopolisé les ingénieurs cet hiver : l’optimisation calorique de la chaine hydrogène, le développement du solaire et l’intégration des OceanWings de VPLP Design.
 
Une pile à combustible produit autant d’électricité que de chaleur, mais cette dernière est souvent négligée. Un système très performant a été étudié et mis en place cet hiver, qui permet de mutualiser l’ensemble des fluides à bord en récupérant toutes les chaleurs (surtout pile à combustible, électrolyseur, réducteurs de transmissions) de façon à dépasser 85% de rendement effectif.
 
Le solaire a poursuivi de son côté son expansion irrésistible sur le pont du laboratoire flottant. Les progrès réalisés sur les encapsulages permettent à SOlbian, partenaire technologique d’Energy Observer, d’occuper 25 m2 supplémentaires grâce à des modules souples et antidérapants conçus sur mesure.
 
Enfin, les OceanWings achèvent leurs tests intensifs à la CNIM avant d’être installées sur le bateau. Il s’agit de deux ailes à deux volets de 31,5 m2, affalables, arrisables et automatisées seront installées sur chacun des flotteurs du navire expérimental : une technologie encore jamais testée à si grande échelle sur un navire.
 
« Au-delà de la technologie pure, que nous avons hâte de tester à bord tant le système a l’air performant et automatisé, je crois profondément que ces ailes peuvent constituer une véritable rupture technologique dans la réduction des dépenses énergétiques des navires de commerce, explique Victorien Erussard. Associées à l’hydrogène, c’est le combo gagnant pour un transport maritime propre ».
 
« Nous partageons avec Energy Observer une même valeur, celle de la nécessité d’agir pour le climat et pour le transport maritime, explique Marc Van Peteghem, architecte naval et co-fondateur du cabinet VPLP design. Avec Oceanwings® nous proposons un système propulsif éolien simple, sûr et automatisé. Cette solution est une source complémentaire d’énergie pour Energy Observer et son installation sur le navire est un premier pas vers sa démocratisation dans le secteur maritime ».
 
L’ensemble des systèmes de commande, moteur, électronique de contrôle et automatismes est installé à Saint-Malo, les parties aériennes en composites étant installées à Anvers puis Amsterdam. Plus qu’un bateau, Energy Observer expérimente en mer le système qui préfigure les réseaux énergétiques de demain : décentralisés, décarbonés et digitalisés. Des innovations qui se mettront à l’épreuve de la Mer du Nord, de la Baltique et de la Mer Blanche…
 
Energy Observer a reçu le Haut Patronage de Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République française, ainsi que le soutien officiel de l’Union Européenne, l’UNESCO et l’IRENA.
 
Photo d’entête : Energy Observer ©Kadeg Boucher
 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Intelligence modifiée
Un autre article

Le chercheur chinois qui a modifié génétiquement des bébés voulait-il en réalité fabriquer des surdoués ?

transition numérique
Un autre article

Je t’aime moi non plus : Les Français et leurs services publics à l’heure de la numérisation

Technologies de pointe - Dernières infos