Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Macron : épidémiologiste en chef aujourd’hui, psychiatre demain ?

Macron : épidémiologiste en chef aujourd’hui, psychiatre demain ?

Commencez

Le premier, le grand quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung se demandait si le président français ne serait pas devenu soudain « virologue en chef ». Intuition confirmée quelques jours plus tard tant les décisions concernant la crise sanitaire se prennent désormais par un seul homme, confiné dans son Élysée. Un président plus que jamais jupitérien qui ouvre et referme seul le couvercle des libertés des Français, à volonté. Ces derniers n’en peuvent plus, exténués par l’attente encore docile, d’une fin du tunnel qui semble ne jamais venir. Ils craquent et jamais le nombre de dépressifs et de personnes souffrant d’anxiété et de mal-être n’a été aussi grand. « Si je ne fais pas tout, tout seul, rien ne se passe », aurait lâché le chef de l’Etat. Nous sommes à deux doigts qu’il ne s’attribue une nouvelle fonction : psychiatre en chef des Français.

En personnalisant à outrance la gestion et la communication de la crise sanitaire, en concentrant entre ses mains toutes les décisions, le président de la République suggère que tout procède de lui. Persuadé de ses choix, balayant les avis des scientifiques, réduisant au silence le Conseil scientifique qu’il avait pourtant lui-même constitué, transformant le Parlement en Chambre d’enregistrement, Emmanuel Macron est plus que jamais jupitérien. Ses décisions tombent comme celles de la bouche des oracles de l’Antiquité, il en sait plus que quiconque sur les ressorts cachés du virus et la conduite de l’épidémie. Selon ses proches, extatiques, le chef de l’Etat a acquis une maîtrise des travaux épidémiologiques, au point de ne plus avoir besoin de suivre les avis des scientifiques. Il ne se trompe jamais et ses rares mea culpa sont habilement déplacés sur d’autres responsables que lui.

En attendant, l’épidémie continue à sévir, les vaccins, qui devraient être la seule arme efficace contre la maladie, sont une denrée rare que l’on gère parcimonieusement, alors que d’autres pays « vaccinent à tour de bras ». Les Français sont inquiets pour eux et leurs proches, pour leurs enfants dont ils ne savent pas s’ils risquent ou pas d’attraper le virus à l’école, pour leur travail et l’état économique de leur pays. Cette inquiétude se transforme en anxiété et troubles psychologiques graves quand elle se heurte à l’incompréhension, à l’incertitude et à l’impression d’être tournés en bourrique.

Il n’en faut pas plus pour que la santé mentale des Français se retrouve dans un état de dégradation jamais vu, qui inquiète psychiatres, pédopsychiatres et psychologues. Ils voient les dégâts que cause cette épidémie invisible qui dégrade la santé mentale de leurs compatriotes. Le nombre de dépressions a été multiplié par deux : en 2017 on recensait 10% de malades souffrant de dépression ; ils sont 21 % aujourd’hui. Le taux d’anxiété est passé de 13,5% en 2017 à 27% en 2020. 63 % des personnes souffrant de solitude ont eu des pensées suicidaires.

LIRE DANS UP' : LIRE DANS UP' :

Les Français sont encore plus nombreux à mal dormir. Ils ont davantage de troubles addictifs. Ils consomment plus de tabac et d’alcool qu’en 2019. Angoisse, insomnie, perte de confiance en l’avenir : cela explique pourquoi la natalité a chuté de 13% en janvier 2021.

Le coût global de la déprime générale des Français n’est pas encore évalué. Mais il pourrait être absolument considérable et inquiète vivement les mutuelles et les assurances. La Matmut suit de près l’inquiétude des Français et note qu’elle est principalement liée au risque sanitaire, mais aussi à la frustration perçue devant les mesures prises par les pouvoirs publics, à la crainte d’une dégradation de la situation et à un sentiment d’extrême solitude devant une situation que personne ne semble en mesure de maîtriser.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Face à cette situation, que font les Français ? Ils se gavent de médicaments : en 2020, 1,1 millions anxiolytiques ont été prescrits en plus de ce qui est habituellement la norme ; 480 000 hypnotiques en plus, 17 000 médicaments opiacés en plus.

Pourtant, la santé mentale des Français n’est pas directement prise en compte dans la gestion scientifique de l’épidémie. Pour s’en convaincre, il suffit d’observer la composition du Conseil Scientifique chargé d’émettre des recommandations pour le gouvernement. On y trouve des anthropologues, des sociologues, des épidémiologistes, des virologues, des infectiologues, des réanimateurs… et même depuis le 17 février, un vétérinaire, un gériatre, et une seule pédopsychiatre, seule représentante des experts de la santé mentale. Heureusement, nous avons Emmanuel Macron.

Image d’en-tête : lemediatv.fr

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Dans moins d’un an, les vaccins seront inefficaces
Article précédent

Dans moins d’un an, les vaccins seront inefficaces

Prochain article

Covid-19 : Les Français accros à la vaccination

Derniers articles de Santé -Médecine

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez290
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print