Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

TomTato, la plante hybride tomates-pommes de terre

Commencez

Pommes de terre et tomates sont une combinaison régulièrement utilisée dans la cuisine. Mais auriez-vous déjà pensé à faire pousser les deux espèces sur une même plante ?

Il y a quelques jours, une entreprise horticole a dévoilé sa nouvelle plante deux-en-un : la TomTato. Imaginez si vous pouviez cultiver en même temps de quoi cuisiner vos frites et votre ketchup ? La société Thompson & Morgan a fièrement annoncé une nouvelle avancée dans le monde de l’agriculture.
Ils viennent, en effet, de présenter leur TomTato, une plante qui produit environ 500 tomates cerises sucrées hors-sol et des pommes de terre sous terre.

{youtube}I4Ky1cyTuzk{/youtuve}

Du naturel, rien que du naturel

Selon la compagnie, TomTato est une variété de plante totalement naturelle qui n’a pas été génétiquement modifiée. Chaque plante est en réalité le résultat d’un croisement entre une greffe de plant de tomates et une greffe de plant de pommes de terre.
Une opération très difficile qui nécessite avant tout un toucher délicat et des greffons identiques. « Au début, nous relions les deux greffons avec une pince en plastique. Cette dernière tombe d’elle-même lorsque la greffe prend. La plante est ensuite transférée dans un pot de 9 cm pour grandir normalement », détaille Paul Hansord, directeur-horticulteur chez Thompson & Morgan. Résultat, la plante se développerait aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur, du moment qu’elle a assez de place pour s’épanouir.

Un développement de longue haleine

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Paul Hansord explique que l’idée d’un plant hybride lui est venu il y a une quinzaine d’années. À l’époque, aux États-Unis, un jardinier avait en guise de plaisanterie, planté des pommes de terre sous des tomates. « Je me suis demandé si c’était réellement réalisable. Et l’idée est ressortie il y a quatre ou cinq ans lors d’un voyage en Italie. J’ai rencontré une entreprise spécialisée dans les greffons de plantes. Et c’est aux Pays-Bas, que j’ai trouvé la société qui a accepté de m’aider », détaille-t-il.

Pendant trois ans, Paul Hansord et ses partenaires ont ainsi travailler pour développer la TomTato. Aujourd’hui, ils affirment pouvoir produire au moins 34.000 plants par an. « Ce fut un travail très long car les tiges de tomates et celles de pommes de terre doivent être exactement de la même épaisseur pour que la greffe prenne, c’est très complexe », précise-t-il au Telegraph. Néanmoins, le résultat est payant puisque ce type de « double-plante », pourrait être très utile à l’avenir.

En effet, elles permettent de faire pousser plus de nourriture dans un espace restreint. Et les tomates comme les pommes de terre sont bien entendu tout à fait comestibles, assure la société dans la vidéo de présentation ci-dessus. Ces dernières peuvent même être cuites à la vapeur, frites ou revenues à la poêle.

D’autres plants de tomate-pomme de terre

Il y a quelques années, une prison kényane a développé le même genre de plante tomate-pomme de terre. Selon un responsable de la prison, « cette plante a permis aux agriculteurs locaux de gagner de l’espace et du temps sans affecter la qualité de leurs produits ». En vérité, la combinaison tomate/pomme de terre est testée depuis des années déjà, mais c’est la première fois qu’elle est produite au Royaume-Uni. D’après ses créateurs, la TomTato est déjà disponible pour 14,99 livres (17 euros) le plant, mais ce dernier ne durera qu’une seule saison, ont-ils précisé. Le même type de plante, baptisée Potato Tom mais créée par une autre entreprise horticole sera vendue en Nouvelle-Zélande dès octobre.

(Source © Gentside Découvertes)

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Article précédent

La biologie de synthèse au secours des espèces ?

Prochain article

Design me a Planet : 4ème édition le 3 février 2014

Derniers articles de Biodiversité

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print