Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

biodiversité

Pour nettoyer mers et océans, nagez !

Commencez
250 nageurs se sont donnés rendez-vous à l’occasion du Relai de natation de l’Elbe, l’« Elbschwimmstaffel », le plus grand relai de natation en Allemagne à ce jour organisé pour des eaux propres et l’environnement. Le message : « L’océan commence ici ! La protection des mers et des océans commence dans les terres. »
 
Le relai de natation de l’Elbe est un événement qui fait partie de l’Année de la science 2016-17 – Mers et océans, initiative du ministère fédéral allemand de l’Éducation et de la Recherche qui vise à partager avec un vaste public des innovations, des découvertes et des approches dans différents domaines liés à la science et à la recherche.
 
Divisé en 19 étapes avec le coup d’envoi donné à Bad Schandau, ce relai de natation réunira des nageurs amateurs et des médaillés olympiques jusqu’à Geesthacht le 12 juillet.
 
Ce relai est également un projet scientifique à grande échelle, puisqu’il sera accompagné par le navire de recherche océanographique ultra-moderne « MS Elbegrund ». Des scientifiques de l’université technique de Berlin et de l’Institut de technologie de Karlsruhe (KIT) réalisent des expériences et informent les citoyens de leurs projets dans les domaines des microplastiques, des cyanobactéries, de la contamination des sédiments et du contrôle des crues. « C’est la première fois que nous examinons 575 kilomètres d’une seule traite. Cela va nous permettre de générer une nouvelle description holistique de l’état écologique de l’eau », a déclaré le professeur Dr Stefan Norra (KIT).
 
 
Avant 1990, l’Elbe était considérée comme l’un des fleuves les plus pollués d’Europe : La concentration de plomb et d’azote, par exemple, était beaucoup plus élevée que celle d’autres fleuves. Les poissons mouraient, l’écosystème était perturbé – l’Elbe était pour ainsi morte.
Depuis, des efforts massifs ont totalement transformé ce fleuve et les zones environnantes, puisque l’Elbe est aujourd’hui apte à la baignade.
 
L’écosystème marin est fortement affecté par les déchets plastiques, qui sont à l’origine de plus de 95 % de la pollution des littoraux et des fonds océaniques. Chaque année, on en trouve au moins 8 millions de tonnes dans la mer, mais également dans les fleuves et les rivières. En 2050, il y aura plus de plastique que de poissons en mer, s’est alarmé le forum économique mondial de Davos en janvier dernier.
 
Selon Greenpeace, le monde a produit plus de plastiques que durant les 100 années précédentes, ces dix dernières années. Nous produisons en moyenne 300 millions de tonnes de plastiques par an et on estime qu’entre 8 et 12 millions de tonnes finissent dans nos océans – l’équivalent d’un camion poubelle chaque minute.
 
L’ampleur de la contamination du milieu marin par les déchets plastiques est énorme. Une fois dans l’océan, il est très difficile, voire impossible de nettoyer ces déchets. Ils flottent dans tous les océans du monde, des régions polaires à l’équateur.
 
Entre 60 et 80 % des débris marins sont d’origine terrestre (le reste provient notamment de l’industrie de la pêche). Les débris marins les plus courants sont constitués de matières plastiques et synthétiques qui ont des effets désastreux sur la faune marine et les oiseaux de mer.
L’ingestion de débris marins touche particulièrement les tortues marines et les oiseaux de mer, mais elle n’épargne pas les autres mammifères marins et poissons. Ceux-ci avalent en général des débris marins car ils les confondent avec des proies.
Le lit marin, spécialement à proximité des régions côtières, est lui aussi contaminé – principalement par les sachets en plastique.
 
On le sait donc, les rivières charrient des tonnes de plastique dans les océans et le poids de ces déchets dans les océans a été évalué pour la première fois par une étude du projet The Ocean Cleanup, créé par Boyan Slat, révélant que 2 millions de mètres cubes de plastique sont déversé par les rivières.
 
Projet The ocean Cleanup
 

Le chercheur Laurent Lebreton, qui a mené l’étude pour The Ocean Cleanup, a conçu son calcul sur la base des données relatives à la gestion des déchets, la densité de population, la localisation des barrages, la topographie et l’hydrographie. Il a ainsi créé un plan interactif qui montre en temps réel combien de plastique est déversé dans les océans.

 
Aussi, éliminer le plastique à la source est la meilleure solution pour lutter contre cette pollution des océans. Utiliser des matières qui peuvent subsister pendant plusieurs centaines d’années est tout simplement aberrant, qui plus est pour un usage unique comme les emballages !
Nous sommes tous responsables de cette situation, et chacun doit s’impliquer pour qu’elle n’empire pas. Il est grand temps de remettre fondamentalement en cause la manière dont nous usons (ou abusons) des matières plastiques. Vous pouvez agir dès à présent :
– Chaque fois que vous voyez des déchets, ramassez-les et jetez-les de manière appropriée.
– Réduisez votre consommation, réutilisez, recyclez vos produits.
– Soyez un consommateur responsable, et faites votre possible pour éviter les produits dont l’emballage est excessif, en particulier lorsqu’il s’agit de produits jetables.
– Faites pression pour des équipements de recyclage de meilleure qualité et plus nombreux dans votre quartier.
– Participez aux initiatives locales de nettoyage de cours d’eau, rivières et plages, ou organisez-en une vous-même. Ces opérations ne sont pas une solution miracle, mais elles sont très efficaces pour attirer l’attention sur le problème plus grave de nos océans.
– Si vous habitez en région côtière ou au bord d’un cours d’eau se jetant dans l’océan, vos égouts amènent probablement les déchets directement en mer. Soyez conscient de ceci, ainsi que de toute autre source potentielle de pollution marine dans votre région. Battez-vous pour leur disparition. (Source : Greenpeace – Mars 2017)
 
 

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
biodiversité
Article précédent

« Potagers et jardins pédagogiques » : 1354 écoles lauréates

extinction de masse
Prochain article

Extinction de masse : et après ?

Derniers articles de Biodiversité

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print