Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Les ours polaires peuvent-ils survivre à la crise climatique ?

« Un jour, il sera beaucoup plus difficile d'être un ours polaire au Svalbard »

Commencez

Dans le cadre de l’initiative Call to Earth pour créer un avenir durable, les équipes de CNN se rendent à Svalbard, un archipel norvégien situé à mi-chemin entre la Norvège et le Pôle Nord, afin d’étudier comment les scientifiques cherchent à comprendre l’adaptation des ours polaires au changement climatique. Reportage.

Chaque matin, Jon Aars, chercheur principal à l’Institut polaire norvégien, reçoit un e-mail individuel de tous les ours polaires qu’il surveille dans le Haut-Arctique. Grâce à un réseau de colliers GPS, il obtient une carte des déplacements de chaque ours, ce qui lui permet de savoir comment la crise climatique affecte leurs habitudes alimentaires, leurs grossesses et leur lieu de résidence.

Plusieurs femelles l’interrogent et lui font savoir où elles se trouvent. « C’est toujours une bonne façon de commencer la journée« , s’amuse-t-il. « Les données sur leurs mouvements sont très importantes pour mieux comprendre leurs réactions et la manière dont les ours pourraient affronter le changement climatique », explique plus sérieusement Jon Aars.

Ours polaire sous sédatif attendant d’être testé et suivi par l’Institut polaire norvégien

Chaque année, Aars et ses collègues de l’Institut suivent environ 70 ours polaires et les équipent d’un collier GPS qui enregistre en permanence leurs mouvements. Une fois par jour, le collier effectue un appel satellite, transmettant les données des dernières 24 heures à l’Institut, où elles atterrissent dans la boîte de réception d’Aars.
En plus du collier de suivi, l’Institut polaire norvégien pèse les ours et prélève des échantillons pour surveiller leur santé et leur alimentation, mais aussi pour rechercher des preuves de la présence de polluants.
Le collier peut également enregistrer la température du corps, ce qui permet d’indiquer aux scientifiques si un ours s’est déplacé à l’intérieur d’une tanière – une indication que l’animal va mettre bas. Le scientifique explique à CNN que la fonte des glaces dans la région a également un impact sur le lieu de naissance des ours polaires.

Ours polaire sédaté sur un terrain exposé au Svalbard

Svalbard, un archipel norvégien situé au nord du continent, est un endroit idéal pour Aars pour étudier une partie des 26 000 ours polaires restants dans le monde, selon les estimations. « (Il y en a) environ 300 qui vivent au Svalbard toute l’année », explique-t-il, « si vous volez pendant une heure, la plupart du temps vous en trouvez un ».

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Le réchauffement du climat signifie qu’une grande quantité de la banquise fond dans la région, et la hausse des températures empêche également la glace saisonnière – qui fond et se renouvelle chaque année – de se former aux endroits où elle se trouvait auparavant. « Plusieurs espèces de phoques – la principale proie des ours polaires – dépendent de la banquise, explique Aars, et le plus souvent, les endroits où l’on trouve la banquise, donc aussi les ours polaires. Mais ces créatures sont obligées de se déplacer avec le temps. »

« Parce que les conditions changent, [les ours polaires] vont passer plus de temps sur la terre ferme et chercher d’autres options », explique-t-il. « Ils vont se mettre à chasser le renne, et prendront plus d’oiseaux et d’œufs. Nous avons vu que les ours se trouvent dans des zones différentes de celles où ils se trouvaient auparavant, c’est-à-dire beaucoup plus au nord ».

Aars, qui travaille sur le Svalbard depuis 2003, affirme que « les glaciers ne sont plus ce qu’ils étaient » et ont reculé de centaines de mètres, voire de plusieurs kilomètres

La perte de la glace a également un impact sur le lieu de naissance des ours polaires, explique M. Aars : « Une couche de banquise au sommet de l’océan permet aux ours de parcourir de longues distances. Les zones importantes où ils avaient l’habitude d’aller pour donner naissance à leurs petits sont plus ou moins perdues, car il n’y a plus de glace sur ces îles. Alors, les ours nagent maintenant jusqu’à 200 kilomètres pour atteindre une tanière insulaire, ajoute-t-il, ce qu’ils n’avaient pas besoin de faire il y a 20 ans ».

« Les ours polaires sont des animaux optimistes », explique Aars. « Il semble qu’ils soient assez résistants, et ils se portent plutôt bien malgré le fait qu’ils ont perdu une grande partie de leur habitat. Malgré les probabilités, le nombre d’ours polaires du Svalbard ne semble pas avoir diminué au cours des 20 dernières années » dit-il.

Mais ce n’est pas toujours le cas. Selon la NASA, la glace d’été dans l’Arctique diminue de plus de 13 % chaque décennie, et cette année, le Centre national de données sur la neige et la glace (NSIDC) a signalé les deuxièmes plus faibles niveaux de banquise d’été jamais enregistrés. Les 14 niveaux les plus bas de banquise ont tous été enregistrés au cours des 14 dernières années, selon le NSIDC.

En d’autres termes, le pronostic n’est pas bon. « On ne trouve pas d’ours polaires partout dans l’Arctique où il n’y a pas de glace au moins de façon saisonnière », déclare M. Aars. « Le changement est si important et si rapide que nous atteindrons un certain stade dans l’avenir où il sera beaucoup plus difficile d’être un ours polaire au Svalbard ».

En attendant, il explique que ses recherches pourraient permettre aux ours polaires de tenir un peu plus longtemps, en les aidant : « Ce qui est essentiel pour nous, c’est que toutes ces données nous indiquent comment ils réagiront à l’avenir. Bien sûr, on ne peut pas faire grand-chose… mais si vous avez encore suffisamment de banquise pour qu’ils puissent survivre, alors il est très utile de savoir ce que vous pouvez faire pour que ces espèces puissent survivre le mieux et le plus longtemps possible. »

Cet article est publié dans le cadre de l’initiative Call to Earth de CNN International dont UP’ est partenaire média. Cette initiative est destinée à rendre compte des défis environnementaux auxquels notre planète est confrontée, ainsi que des solutions.

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Article précédent

Comment les organismes vivants s'adaptent au changement climatique

Prochain article

La Mer de Glace au Tribunal

Derniers articles de Biodiversité

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
5 Partages
Partagez5
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print