Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Un courant atlantique majeur s’affaiblit. Son effondrement provoquerait des désastres mondiaux.

Un courant atlantique majeur s’affaiblit. Son effondrement provoquerait des désastres mondiaux.

Commencez

Un important processus marin est en train de ralentir. Selon une étude, s’il s’arrête complètement, les régimes de vent, de température et de précipitations se transformeraient rapidement sur l’ensemble du globe. La Niña pourrait devenir permanente, l’Europe serait soumise à des événements météorologiques extrêmes – et ce n’est que le début des problèmes.

Un courant majeur de l’océan Atlantique est déjà en train de ralentir, probablement en partie à cause du changement climatique causé par l’homme. Selon une étude publiée ce 6 juin dans la revue Nature Climate Change, les scientifiques ont découvert que si la circulation méridienne de retournement de l’Atlantique (AMOC) s’effondrait complètement, il y aurait des répercussions jamais prévues auparavant.

Les chercheurs ont déterminé que, sans l’AMOC, l’océan Pacifique tropical se refroidirait, et les alizés s’intensifieraient et se déplaceraient vers le sud. L’état climatique en résultant ressemblerait à une La Niña permanente et pourrait déclencher des moussons et des inondations catastrophiques dans le Pacifique Sud, ainsi qu’une augmentation de la sécheresse et de la chaleur dans certaines parties de l’Amérique du Nord. En d’autres termes : Si les actions humaines font déraper l’AMOC, le chaos climatique qui s’ensuivra sera encore pire et plus étrange que prévu.

Qu’est-ce que l’AMOC ?

La circulation méridienne de retournement de l’Atlantique est un modèle de flux critique qui déplace les eaux plus chaudes de l’extrême sud vers l’océan Atlantique Nord. Elle transporte du carbone, des nutriments et de la chaleur, contribuant ainsi à alimenter les pêcheries et à réguler le climat doux de l’Europe.

Le tapis roulant de l’AMOC est entraîné par les gradients de chaleur et de salinité de l’océan. Les différences de densité poussent l’eau. Lorsque la glace fond ou que les océans gèlent, la température et la salinité relatives de l’eau changent, et les courants en font de même.

Une conséquence indiscutable du réchauffement climatique est la fonte des calottes polaires du Groenland et de l’Antarctique. Lorsque ces calottes fondent, elles déversent d’énormes quantités d’eau douce dans les océans, rendant l’eau plus flottante et réduisant la descente de l’eau dense aux hautes latitudes. Ce taux de fonte devrait augmenter au cours des prochaines décennies si le réchauffement de la planète se poursuit sans relâche. Or un effondrement des circulations de retournement de l’Atlantique Nord et de l’Antarctique modifierait profondément l’anatomie des océans du monde.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Il les rendrait plus frais en profondeur, les appauvrirait en oxygène et priverait la partie supérieure de l’océan des remontées de nutriments fournies lorsque les eaux profondes refont surface depuis les abysses océaniques. Les conséquences pour les écosystèmes marins seraient profondes.

Avec la fonte des glaces du Groenland déjà bien entamée, les scientifiques estiment que le renversement de l’Atlantique est à son point le plus faible depuis au moins le dernier millénaire, avec des prévisions d’un futur effondrement si les émissions de gaz à effet de serre ne sont pas contrôlées.

L’AMOC s’est déplacée tout au long de l’histoire de la Terre et s’est même arrêtée à certains moments dans un passé lointain. La dernière fois que l’AMOC s’est presque arrêtée, c’était il y a environ 14 500 ans, vers la fin de la dernière période glaciaire, alors que la planète commençait à se réchauffer. Lorsque cela s’est produit, l’hémisphère nord a été catapulté dans des conditions froides pendant encore 3 000 ans.

Que se passe-t-il maintenant avec l’AMOC ?

Des recherches antérieures ont montré que ce courant critique a ralenti d’environ 15 % depuis les années 1950, au moins en partie à cause des changements océaniques et atmosphériques provoqués par le changement climatique causé par l’homme. Étant donné que le flux est si crucial pour la stabilité de notre climat, l’effondrement possible du courant est considéré comme un « point de basculement » majeur, c’est-à-dire un seuil irréversible et inquiétant, par les climatologues.

Pourtant, ce n’est pas parce que l’AMOC ralentit que son effondrement est imminent. Une étude récente publiée en avril (également dans Nature Climate Change) a conclu que le courant est moins sensible à la fonte des glaces et aux afflux d’eau douce qu’on ne le pensait auparavant. Même dans les pires scénarios d’émissions, le 5e rapport du GIEC de 2014 prévoyait que l’AMOC ne ralentirait que d’environ un tiers – et non qu’il s’arrêterait complètement – d’ici 2100. Les scientifiques ont souligné que d’autres points de basculement climatiques majeurs sont beaucoup plus proches de se produire de notre vivant, comme l’effondrement écologique imminent de la forêt amazonienne.

Mais que se passe-t-il si l’AMOC s’effondre ?

Grâce à des recherches antérieures, nous savons déjà qu’en l’absence de l’AMOC, l’hémisphère nord et la majeure partie de l’océan Atlantique deviennent beaucoup plus froids et la glace de mer s’étend. Cette nouvelle étude le confirme et prévoit que certaines parties de l’Atlantique Nord et de l’Europe côtière connaîtront une baisse de température moyenne de plus de 15 degrés Celsius en l’espace de quelques décennies.

Selon les modèles des chercheurs, l’effondrement de l’AMOC n’entraînerait pas seulement des changements dans le bassin atlantique ou dans l’hémisphère nord, mais plutôt un changement brusque et mondial du climat. Dans un fil de tweets, Matthew England, l’un des auteurs de l’étude, a décomposé les résultats à l’aide d’une série de cartes.

 

L’océan Pacifique Nord se refroidirait. Des zones de l’hémisphère nord deviendraient plus sèches, tandis que des zones du sud deviendraient plus humides. La pression atmosphérique se déplacerait pour être beaucoup plus élevée au-dessus de l’Eurasie et d’autres parties de l’hémisphère nord. Les alizés du nord se déplaceraient plus au sud et deviendraient plus forts. D’autres vents ailleurs s’intensifieraient également. La glace de l’Antarctique pourrait fondre encore plus rapidement.

En bref, tous les éléments fondamentaux de la planète que nous connaissons et aimons seraient bouleversés. Selon les nouvelles recherches, aucun coin de la Terre ne serait épargné par l’effondrement de l’AMOC.

« Un effondrement de la circulation de retournement de l’Atlantique a des répercussions sur le climat mondial », a déclaré Byram Orihuela-Pinto, auteur de l’étude. Un effondrement de l’AMOC « modifie les courants océaniques et les vents du Pacifique tropical d’une manière qui ressemble à un état moyen La Niña », a-t-il poursuivi.

Le phénomène météorologique La Niña est l’inverse d’El Niño. Tous deux ont des effets à l’échelle planétaire et sont causés par des variations de la température de surface des océans qui modifient la pression atmosphérique. Ces fluctuations se produisent généralement tous les deux à sept ans. Lorsque La Niña se produit, les températures baissent et les précipitations augmentent dans certaines régions, notamment dans certaines parties du Pacifique Sud, dans le sud de la Chine et en Inde. Dans le même temps, une partie du sud des États-Unis devient plus chaude et plus sèche. Certaines des pires inondations de l’histoire de l’Australie ont été liées à La Niña, tout comme la sécheresse historique, catastrophique et continue de la Californie.

« Il ne s’agit pas d’une étude de projection, mais d’un scénario de simulation. L’AMOC ralentit, on prévoit qu’elle continuera à ralentir, et notre travail [ne] porte que sur ce que cela pourrait signifier pour le climat mondial si le courant s’effondre complètement », écrit Orihuela-Pinto. Rien de ce que lui et ses collègues ont découvert n’est garanti (ou même particulièrement probable), surtout si nous nous efforçons d’atténuer le changement climatique.

Il est également important de noter que les chercheurs se sont appuyés sur des modèles pour parvenir à leurs conclusions « hypothétiques ». Comme c’est le cas pour toutes les études basées sur des modèles, il y a de grandes limites à ce que cette recherche peut nous dire par elle-même et au caractère définitif de ses résultats.

Leurs méthodes de modélisation sont robustes et conformes aux travaux antérieurs, a déclaré Feng He, un climatologue de l’université du Wisconsin-Madison qui n’est pas impliqué dans la nouvelle étude.

Il y a beaucoup d’indicateurs dans les archives paléontologiques de la Terre qui peuvent être utilisés pour aider à reconstruire ce qu’étaient les climats régionaux passés lorsque l’AMOC était beaucoup plus lente. Feng He a souligné que cette étude ne vérifie pas à nouveau les résultats du modèle en les comparant à cet enregistrement. « J’aimerais que d’autres études confirment cette découverte, car nous disposons de nombreuses données de substitution dans le passé, lorsque l’AMOC était censée être beaucoup plus faible. »

Ainsi, nous devrions nous tourner vers le passé pour mieux appréhender notre avenir potentiel. Toutefois, la distance à parcourir dépend de la mesure dans laquelle nous laissons le changement climatique s’opérer.

Un nouvel ordre mondial

À aucun moment dans l’histoire de la Terre, hormis les météorites géantes et les super-volcans, notre système climatique n’a été secoué par des changements dans la composition des gaz atmosphériques comme ceux que nous imposons aujourd’hui en brûlant sans relâche des combustibles fossiles.

Les océans sont le volant d’inertie du climat de la Terre, ralentissant le rythme du changement en absorbant la chaleur et le carbone en grandes quantités. Mais il y a un prix à payer, avec l’élévation du niveau de la mer, la fonte des glaces et un ralentissement significatif de la circulation de retournement de l’Atlantique.

« Nous pouvons empêcher ces changements de se produire en développant une nouvelle économie à faible émission de carbone. Ce faisant, nous changerons, pour la deuxième fois en moins d’un siècle, le cours de l’histoire climatique de la Terre – cette fois pour le mieux » écrivent les auteurs de cette recherche dans un article publié par The Conversation.

Malheureusement, ce pari n’est pas sur la bonne voie pour être gagné. Le Rapport sur la situation mondiale des énergies renouvelables 2022 (REN21), sur lequel ont travaillé plus de 650 experts vient d’être publié ce mercredi 15 juin. Il dresse l’état des lieux du secteur et formule un constat sévère : le système énergétique continue d’être largement dominé par les énergies fossiles, à des niveaux quasi similaires à ce qu’ils étaient il y a une dizaine d’années. « La transition énergétique n’a pas lieu ». « Alors qu’en 2021 les gouvernements ont été de plus en plus nombreux à s’engager à atteindre la neutralité carbone, la réalité est que, en réponse à la crise, de nombreux pays recommencent à développer de nouvelles sources de combustibles fossiles, et à en brûler davantage », explique la directrice exécutive de REN21, Rana Adib.

Source Earther

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Canicule : comment le corps humain fait face
Article précédent

Canicule : comment le corps humain fait face

Prochain article

Volcans sous-marins et risques de tsunamis en Méditerranée : l'UNESCO lance une nouvelle exploration

Derniers articles de Climat

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez76
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email