Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

climat

Climat : l’Europe est-elle sur le point de baisser les bras ?

Commencez
Alors que le climatosceptique Donald Trump s’apprête à prendre les rênes des Etats-Unis, l’Europe se retrouve seule gardienne des engagements pris par la communauté internationale lors de la COP21 puis 22. Remplira-t-elle réellement son rôle ? Rien n’est moins sûr. En effet, la Commission européenne présentait ce mercredi une série de propositions destinées à mettre en œuvres les résolutions prises dans le cadre de l’accord de Paris. Des mesures qui promettent d’âpres négociations entre les États membres, avec pour objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre de l’UE de 40% d’ici 2030. Des ONG s’alarment, car les textes qui ont fuité ces derniers jours fixent selon elles un cap « incompatible avec celui donné par l’accord de Paris ».
 
La Commission européenne a dévoilé ce mercredi 30 novembre une panoplie de propositions pour réorganiser le marché de l’énergie, en particulier renouvelable, avec en ligne de mire les engagements pris au sein de l’accord de Paris sur le climat. Économies d’énergie, part des énergies renouvelables dans la production d’électricité, connexion au réseau, gouvernance : très attendue depuis plusieurs mois, la révision de pas moins de huit législations communautaires (1.000 pages) promet d’âpres négociations dans un secteur qui reste sensible pour les États membres.
 
Avec l’accord de Paris, l’UE s’est engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 40% d’ici 2030. Mais elle s’est aussi fixé, en octobre 2014, deux autres objectifs : 20% d’énergies renouvelables dans la production d’électricité en 2020, puis au moins 27% en 2030. Et de 20% à au moins 27% pour les économies d’énergie dans les mêmes délais.
 
Dans la bataille pour la réduction des émissions de CO2, « les politiques les plus couronnées de succès ont été les énergies renouvelables et les économies d’énergie », a soutenu mardi le député européen des Verts Bas Eickhout lors d’un point presse.
 
La régulation des industries lourdes au travers du marché européen du carbone (ETS) peine en effet à démontrer son efficacité, plombée par des surplus de quotas ayant fait chuter le prix de la tonne de carbone à des niveaux qui ne dissuadent pas vraiment les pollueurs. « Avec le prix de gros de l’électricité en Europe actuellement à ses niveaux les plus bas depuis des décennies, et qui continuent de se replier, attirer les investissements pour moderniser notre système électrique pose problème », admettait récemment le commissaire européen chargé de l’Action pour le climat, Miguel Arias Canete, lors d’un discours à l’institut Bruegel de Bruxelles.
 
Atteindre un pourcentage d’efficacité énergétique de 30% pourrait injecter 70 milliards d’euros dans l’économie et créer 400.000 emplois, avait-il relevé. De son côté, le Parlement européen a appelé à plusieurs reprises l’UE à relever ce seuil à 40%.
 
Dans son paquet de propositions législatives présenté mercredi, qui promet d’être dense, la Commission s’attaquera donc à faciliter de nouvelles économies d’énergie, en suggérant par exemple d’étendre sa directive sur l’éco-conception à de nouveaux produits comme les bouilloires et les panneaux solaires ou en promouvant la performance énergétique des bâtiments.
 
Mais les inquiétudes des défenseurs de l’environnement, qui ont multiplié les interventions en amont des annonces de l’exécutif européen, portent surtout sur la gouvernance et l’organisation du marché de l’électricité et la priorité donnée – ou pas – aux énergies renouvelables. « Il est crucial d’assurer que les éléments du système faits pour durer, en particulier les systèmes de transmission électrique et l’infrastructure de distribution, soient conçus pour permettre l’augmentation des volumes d’énergies renouvelables », plaide ainsi l’ONG Climate Action Network Europe.
 
« Le cap fixé par la Commission n’est vraiment pas compatible avec le chemin des 2°C fixé par l’accord de Paris, insistait mardi Denis Voisin, le porte-parole de la Fondation Nicolas Hulot (FNH) lors d’une conférence de presse commune. En l’état actuel des textes, les lobbys des énergies fossiles, du nucléaire et des agrocarburants ont gagné : la Commission s’apprête à plonger le système énergétique européen dans le formol. Cela confirme et illustre la politique européenne menée ces dernières années : insuffisance des financements pour la transition énergétique et le climat et politique commerciale incompatible avec l’accord de Paris, par exemple avec le CETA ».
 
Les spécialistes Énergie du centre d’analyse Eurasia Group estiment, en se basant sur les éléments qui ont fuité dans la presse et sur internet, que les réformes proposées « indiquent un engagement décroissant à l’agenda environnemental historiquement ambitieux de l’Europe ». Dans ses projets, la Commission semble par exemple vouloir adopter au niveau européen le principe de « mécanisme de capacité », qui permet de compenser des producteurs d’électricité qui gardent opérantes des capacités de production nécessaires pour franchir les pics de consommation, mais pas forcément rentables. Plusieurs pays, dont la France et le Royaume-Uni, se sont déjà dotés d’un tel mécanisme au niveau national.
 
Une approche « neutre » de ce principe en termes de source d’énergie devrait favoriser le maintien en fonctionnement de centrales charbon ou gaz, selon les analystes. Une forme de cadeau déguisé aux lobbies des industries fossiles. Autre source d’inquiétude pour certains, l’absence redoutée d’objectifs par État contraignants pour les nouveaux engagements pris entre 2020 et 2030.
 
« L’Europe est à l’heure des choix, renchérit dans Libération Célia Gautier, responsable des politiques européennes au Réseau Action Climat (RAC). Soit elle prend le chemin d’une économie proactive, à l’instar de la Chine, soit celui d’une économie qui s’enfonce dans les énergies du passé, tandis que le monde entier développe les énergies renouvelables. Avec ces textes, la Commission semble faire le choix des énergies du passé. »
 
Source : AFP
 

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Global warming
Article précédent

Trump veut arrêter toutes les recherches de la NASA sur le changement climatique

climat
Prochain article

Climat : la Commission européenne prend le mauvais cap

Derniers articles de Climat

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print