Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Des modélisateurs du climat reçoivent le prix Nobel de physique

Des modélisateurs du climat reçoivent le prix Nobel de physique

Une distinction qui arrive à un moment critique de l'histoire mondiale

Commencez

Le scientifique américano-japonais Syukuro Manabe, l’Allemand Klaus Hasselmann et l’Italien Giorgio Parisi ont remporté mardi le prix Nobel de physique pour leurs modèles climatiques et la compréhension des systèmes physiques. Le comité Nobel a déclaré qu’il envoyait un message en annonçant ces prix quelques semaines seulement avant le sommet sur le climat COP26 à Glasgow, alors que le rythme du réchauffement de la planète déclenche des signaux d’alarme dans le monde entier.

Syukuro Manabe, 90 ans, et Klaus Hasselmann, 89 ans, se partageront la moitié du prix de 10 millions de couronnes (1,1 million de dollars, un million d’euros) pour leurs recherches sur les modèles climatiques. Giorgio Parisi, 73 ans, a remporté l’autre moitié pour ses travaux sur l’interaction entre le désordre et les fluctuations dans les systèmes physiques.

« Syukuro Manabe et Klaus Hasselmann ont jeté les bases de notre connaissance du climat de la Terre et de la manière dont l’humanité l’influence », a déclaré le comité Nobel. « Giorgio Parisi est récompensé pour ses contributions révolutionnaires à la théorie des matériaux désordonnés et des processus aléatoires », a-t-il ajouté.

M. Manabe, qui a quitté le Japon pour les États-Unis dans les années 1950, est affilié à l’université de Princeton, tandis que M. Hasselmann est professeur à l’Institut Max Planck de météorologie de Hambourg. M. Parisi, qui a également remporté le prestigieux prix Wolf en février, est professeur à l’université Sapienza de Rome.

Faire face au changement climatique

Dans les années 1960, Syukuro Manabe a montré comment les niveaux de dioxyde de carbone dans l’atmosphère correspondent à l’augmentation des températures à la surface de la Terre. Il a surtout reconnu le rôle de la vapeur d’eau dans le piégeage de la chaleur, qui est bien plus important que le seul dioxyde de carbone.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Les modèles fondamentaux de Manabe, réalisés à une époque où la puissance des ordinateurs n’était qu’une fraction de ce qu’elle est aujourd’hui, restent un modèle pour le domaine. Mais à l’époque, il était loin de se douter de l’importance cruciale de son travail, déclarant aux journalistes lors d’une conférence de presse à Princeton, dans le New Jersey, qu’il avait mené ses recherches « parce que je m’amusais vraiment beaucoup ».

Klaus Hasselmann a été crédité d’avoir découvert comment les modèles climatiques peuvent rester fiables malgré les variations parfois chaotiques des tendances météorologiques. Le Comité a fait l’éloge de son identification des « empreintes » climatiques causées à la fois par les activités naturelles et humaines et de la part du changement climatique qui peut être attribuée uniquement aux émissions d’origine humaine.

« Dans 30 à 100 ans, en fonction de la quantité de combustibles fossiles que nous consommons, nous serons confrontés à un changement climatique très important », a déclaré le professeur Hasselmann dans une interview de 1988, selon un communiqué de la Société Max Planck en Allemagne.

Une énorme menace pour l’humanité

Alors que les scientifiques mettent en garde contre les conséquences désastreuses du changement climatique depuis des décennies, les politiques de transition vers l’abandon des combustibles fossiles sont loin d’avoir progressé. Interrogé sur son point de vue sur l’intersection entre la science et la politique, M. Manabe a déclaré : « Essayer de comprendre le changement climatique n’est pas très facile, mais c’est beaucoup, beaucoup plus facile que ce qui se passe dans la politique actuelle. »

Giorgio Parisi a été récompensé pour ses travaux des années 1980, que le Comité a qualifiés de « contributions les plus importantes » à la théorie des systèmes complexes. Ses travaux ont aidé les physiciens à comprendre des matériaux apparemment entièrement aléatoires, avec des applications très variées, notamment en mathématiques, en biologie et en apprentissage automatique.

En liant les travaux de Manabe et Hasselman à ceux de Parisi, la Fondation Nobel a déclaré que le prix de cette année « récompense de nouvelles méthodes pour décrire les systèmes complexes et prédire leur comportement à long terme ». « Le climat de la Terre est un système complexe d’une importance vitale pour l’humanité ».

« Je pense que le prix est important non seulement pour moi mais aussi pour les deux autres, car le changement climatique est une énorme menace pour l’humanité et il est extrêmement important que les gouvernements agissent résolument le plus rapidement possible », a déclaré Giorgio Parisi lors d’une conférence de presse à l’Académie Lincean à Rome.

Le prix décerné mardi est le premier Nobel de physique à récompenser des travaux sur le climat, mais le sujet a déjà été récompensé dans d’autres disciplines. Le GIEC des Nations unies, qui a reçu le prix de la paix avec l’ancien vice-président américain Al Gore en 2007, a salué cette récompense et félicité les lauréats dans un communiqué. « Il est encourageant de voir le prix Nobel de physique reconnaître le travail de scientifiques qui ont tant contribué à notre compréhension du changement climatique », a déclaré Hoesung Lee, président du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.

Il a fait remarquer que Manabe et Hasselmann avaient tous deux contribué aux rapports d’évaluation du GIEC dans les années 1990.

Lorsque Syukuro Manabe a appris qu’il avait remporté le prix Nobel de physique, il a repensé aux sommités qui l’avaient précédé et s’est dit : « Mon Dieu, c’est une grande surprise que j’aie reçu ce prix », a-t-il déclaré. Mais après avoir considéré la crise climatique actuelle, et le fait que sa contribution était un pas vers une meilleure compréhension de celle-ci, « j’ai alors pensé : peut-être que c’est correct. »

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Avec AFP

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
L'historique des émissions de CO2 confirme la responsabilité des grandes nations dans la crise climatique
Article précédent

L'historique des émissions de CO2 confirme la responsabilité des grandes nations dans la crise climatique

Plantes montagnes
Prochain article

Les plantes migrent aussi, poussées par l’accélération du dérèglement climatique

Derniers articles de Climat

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez43
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print