Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Poutine veut anéantir le patrimoine culturel de l’Ukraine, c'est-à-dire son âme
/

Poutine veut anéantir le patrimoine culturel de l’Ukraine, c’est-à-dire son âme

Commencez

L’invasion russe en Ukraine est un drame humain avec ses milliers de morts et millions de réfugiés. C’est aussi un drame culturel et patrimonial qui a immédiatement fait réagir l’Unesco, parlant de menace sur les monuments et le patrimoine culturel ukrainien. La destruction barbare de la culture n’est pas seulement un fait de guerre. C’est aussi la manifestation la plus cruelle d’éradiquer l’identité et l’âme d’un peuple. Pour rendre compte de ce qui se joue, nous avons choisi de proposer aux lecteurs de UP’ Magazine ce texte de l’historienne britannique Anna Reid publié dans The Guardian.

ARTICLE EN ACCES LIBRE

Lorsque j’ai réalisé une série d’interviews à l’heure de pointe pour la radio locale de la BBC au cours de la première semaine de la guerre hideuse menée par Vladimir Poutine contre l’Ukraine, une question que plusieurs présentateurs m’ont posée était simplement : « À quoi ressemble l’Ukraine ? ». Dans les cinq minutes qui m’étaient imparties, j’ai essayé de donner une idée : ce n’est pas un pays plat et couvert de sombres forêts de pins comme une grande partie de la Russie ; c’est un pays vert et légèrement vallonné, parsemé de forteresses médiévales, de palais baroques et de monastères négligés de manière romantique, ainsi que de jolies villes tranquilles, un peu comme en Autriche ou en République tchèque. Kiev elle-même est une grande métropole de la Belle Époque avec des rues pavées et des marronniers. On y trouve de drôles de petites ruelles et de cours remplies de cafés et de galeries d’art, des parcs verdoyants avec vue sur le vaste fleuve Dnipro, ainsi qu’un ensemble d’églises magnifiques, la plus grande d’entre elles étant la cathédrale Sainte-Sophie du XIe siècle.

Au milieu de la tragédie humaine qui se déroule, il y a l’effroyable perte culturelle que la guerre pourrait causer. Un riche mélange d’influences – polonaise, russe, viennoise, soviétique, juive et même ottomane, ainsi que ses propres traditions folkloriques – imprègne l’art, l’architecture, la musique et la littérature du pays, produisant un magnifique pot-pourri qui est, paradoxalement, distinctement ukrainien. Et comme pour tout pays défavorisé, la culture est particulièrement importante pour les Ukrainiens, car elle a porté l’identité nationale pendant de longs siècles de domination étrangère.

La grande ville actuellement la plus menacée est Kharkiv, qui est toujours aux mains des Ukrainiens, mais qui subit de lourds bombardements. Longtemps centre commercial, elle possède de belles maisons de marchands et des entrepôts du XIXe siècle (qui abritent, jusqu’à présent, une scène artistique contemporaine florissante), mais elle est surtout remarquable pour ses bâtiments gouvernementaux constructivistes, construits dans les années 1920, lorsque Kharkiv était la capitale de la République socialiste soviétique d’Ukraine. Comme le dit l’historien de l’architecture Owen Hatherley, « Seule Dessau, dans l’ancienne Allemagne de l’Est, ou peut-être Tel Aviv, lui est comparable pour les bâtiments de cette époque ».

Jusqu’à présent, le plus important d’entre eux – une vision futuriste de blocs de béton et de passerelles volantes – n’a pas été endommagé. Mais un autre bâtiment – l’un des nombreux bâtiments de style néoclassique stalinien – a perdu toutes ses fenêtres et une partie de son toit lorsqu’un missile a atterri à proximité le 1er mars. Le bâtiment emblématique de la ville, le « Slovo » (« Mot »), a déjà été touché directement à trois reprises. En forme de C – la première lettre du mot « slovo » en cyrillique – il a été construit pour abriter des écrivains, des universitaires et des artistes éminents ; pour les Ukrainiens, il représente la brève floraison culturelle de l’époque avant que Moscou ne sévisse à nouveau et n’envoie la plupart de ses habitants au goulag.

Le musée des beaux-arts de Kharkiv a également été endommagé. Les photos publiées sur les médias sociaux par le personnel montrent des stores suspendus en lambeaux et des parquets parsemés de verre brisé. Certains tableaux ont été posés face contre terre, d’autres sont encore accrochés aux murs. Entre autres trésors, elle abrite 11 toiles du grand peintre du XIXe siècle Ilya Repin, qui est né dans les environs mais a construit sa carrière à Saint-Pétersbourg, Paris et Moscou. « L’ironie de la situation », a déclaré à Reuters le chef du département d’art étranger du musée, « c’est que nous devons sauver les œuvres d’artistes russes de leur propre peuple. »

L’une des villes les plus historiques assiégées est Tchernihiv, à deux heures de route au nord de Kiev sur la route principale menant à la frontière avec le Belarus. Lors d’une visite rapide il y a quatre semaines, la ville était aussi calme et belle que jamais, ses églises blanches, vertes et dorées se détachant sur un ciel bleu et une neige étincelante. Une guide locale, qui a maintenant fui avec sa fille et sa petite-fille à Lublin, en Pologne, me dit au téléphone que, pour autant qu’elle le sache, les églises sont toujours – « gloire à Dieu » – intactes, mais que le cinéma de l’ère soviétique sur la place principale a été détruit, « et notre belle fontaine aussi ». Elle fond en larmes en parlant de la gentillesse des Polonais.

Les archives de l’Ukraine sont également en danger. Depuis que Poutine a commencé à fermer les archives russes à tous, sauf aux chercheurs agréés, les archives ukrainiennes sont devenues une voie d’accès à la période soviétique pour les historiens, non seulement de l’Ukraine, mais de toute l’Union soviétique. Leur fermeture est un coup dur pour les chercheurs du monde entier. Daria Mattingly, éminente historienne de la famine artificielle de 1932-1933 provoquée par Staline, craint un « archivocide ». Les occupants russes « pourraient détruire tout ce qui ne cadre pas avec leur récit… Ce serait catastrophique ; ce serait l’effacement de l’identité ukrainienne ».

Mobilisation internationale pour sauver le patrimoine culturel ukrainien

Des institutions mondiales comme l’UNESCO ont appelé à un effort commun pour sauver le patrimoine culturel inestimable de l’Ukraine. En Ukraine, des bénévoles ont emballé des livres, des manuscrits anciens, des peintures et des objets tels qu’une Bible vieille de 1 000 ans décorée de fils d’or. Personne n’attend de matériel d’emballage spécialisé, n’importe quelle caisse en bois et même des boîtes en carton destinées à l’origine au transport de bananes vers les supermarchés sont utilisées dans la course pour sauver les trésors. Il est prévu non seulement de les cacher, mais aussi d’évacuer certaines des précieuses œuvres d’art des villes assiégées.

L’UNESCO mobilise ses partenaires internationaux lors d’une réunion de coordination de l’intervention d’urgence avec, entre autres, l’UNITAR, le Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM), Blue Shield International, le Conseil international des musées (ICOM), le Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS) et ALIPH. Audrey Azoulay, directrice générale de l’UNESCO, a déclaré dans un communiqué que le patrimoine culturel « doit être sauvegardé en tant que témoignage du passé, mais aussi en tant que catalyseur de paix et de cohésion pour l’avenir, que la communauté internationale a le devoir de protéger et de préserver ». L’organisation est en contact avec les autorités ukrainiennes pour marquer les sites culturels et les monuments avec le signe distinctif du « Bouclier bleu » de la Convention de La Haye de 1954 pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé afin d’éviter les dommages délibérés ou accidentels.

Le Smithsonian a également rejoint la lutte pour la préservation du patrimoine culturel ukrainien. « La beauté de l’art, de l’architecture, de la littérature et de la musique ukrainiens s’épanouit depuis des décennies ; ses musées comptent parmi les plus vénérés d’Europe », a récemment déclaré le secrétaire du Smithsonian, Lonnie Bunch. L’initiative de sauvetage culturel de la Smithsonian travaille avec des personnes sur le terrain en Ukraine. Le programme répond aux crises culturelles déclenchées par des conflits armés ou des catastrophes naturelles et offre une formation aux spécialistes du patrimoine et aux premiers intervenants en cas de catastrophe. Il a déjà travaillé en Haïti, en Syrie, en Irak et à Porto Rico. Le Smithsonian travaille également avec le musée d’histoire naturelle de Virginie, qui utilise les données des systèmes d’information géospatiale pour évaluer les dommages causés aux sites culturels. Comme l’a déclaré M. Bunch, « lorsque nous perdons une histoire et une culture irremplaçables, c’est une perte profonde pour nous tous. Si au contraire nous travaillons ensemble pour célébrer, partager et protéger le patrimoine culturel, nous assurons le triomphe de notre humanité. »

 

À Kiev et ailleurs, le personnel des archives travaille 24 heures sur 24 pour numériser les documents et transférer le matériel numérisé sur des serveurs à l’étranger. Pour certains, il est déjà trop tard. Le bâtiment qui abrite les archives du KGB de la province de Tchernihiv a perdu son toit à la suite d’un bombardement il y a quelques jours ; on ne sait pas encore exactement ce qui a été perdu.

L’historien de l’art Konstantin Akinsha, basé à Budapest, est terrifié par le sort d’Odessa, où l’on s’attend à ce que les navires russes, tapis au large, tentent de débarquer d’un jour à l’autre. Les mots s’entrechoquent lorsqu’il énumère ses collections. L’une des meilleures est celle du musée d’art d’Odessa. Des volontaires ont aidé le personnel à emballer les tableaux et à les mettre en sécurité. Par crainte d’un pillage ou d’une confiscation par les Russes, ils sont naturellement très discrets sur l’endroit où ils se trouvent. Mais comme ils doivent s’occuper de milliers d’objets et que beaucoup sont en train d’évacuer (la directrice du musée a pris la décision difficile de partir avec son fils), beaucoup d’objets restent sur place.

Konstantin Akinsha s’inquiète également pour le musée d’art occidental et oriental d’Odessa, qui possède le saint Matthieu et le saint Luc de Frans Hals (leurs collègues évangélistes sont exposés au musée Pouchkine de Moscou et au Getty de Los Angeles). Et puis il y a le musée archéologique et le musée de la littérature. « Il y a des manuscrits incroyables », dit-il. « J’ai envie de pleurer. C’est absolument effrayant. »

Une autre préoccupation est le vandalisme et le pillage par les troupes d’occupation ; le 14 mars, des soldats russes ont fait irruption dans les bureaux d’un château néo-baronnial près de la ville de Zaporizhzhya, et ont délibérément brisé le mobilier et le matériel de bureau. Ce qu’Akinsha aimerait voir – à part des canons anti-aériens plus nombreux et plus gros en provenance de l’Ouest – ce sont des déclarations publiques anti-guerre fortes de la part de personnalités du monde des musées en Russie. « Je ne leur demande pas d’aller sur la Place Rouge et de s’immoler par le feu. Mais ils pourraient au moins sortir quelque chose. Ils sont complètement silencieux. C’est dégoûtant. »

Anna Reid est historienne et l’auteur de Borderland : a Journey through the History of Ukraine. Son article original en anglais a été publié par The Guardian

Image d ‘en-tête : centre historique de Lviv en Ukraine / Shutterstock

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Le plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
eleonore@eleonorevisart.be
6 mois

J’en ai assez de toujours voir que l’on dénonce Poutine et la Russie! Les vrais agresseurs c’est l’Otan, c’est nous, ce sont les Etats-Unis! Et cette guerre est simple a arrêter, il suffit d’accéder aux demandes légitimes de Poutine. Non, on dirait qu’on préfère risquer une guerre nucléaire! Honte à nous!

Les employés de Tchernobyl otages atomiques de Poutine
Article précédent

Les employés de Tchernobyl otages atomiques de Poutine

La guerre en Ukraine risque de mettre hors de portée les objectifs mondiaux en matière de climat
Prochain article

La guerre en Ukraine risque de mettre hors de portée les objectifs mondiaux en matière de climat

Derniers articles de Géopolitique

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez43
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email