Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Le tueur invisible : la pollution de l’air a causé 4 fois plus de morts que le Covid en un an

Le tueur invisible : la pollution de l’air a causé 4 fois plus de morts que le Covid en un an

Commencez

La pollution de l’air causée par la combustion de combustibles fossiles comme le charbon et le pétrole a été responsable de 8,7 millions de décès dans le monde en 2018, ce qui représente une proportion stupéfiante d’une personne sur cinq parmi toutes celles qui sont mortes cette année-là. Pour rappel, la pandémie de Covid a fait, depuis son émergence en janvier 2020, 2.4 millions victimes.

Les pays qui consomment le plus de combustibles fossiles pour alimenter leurs usines, leurs maisons et leurs véhicules sont ceux qui enregistrent le plus grand nombre de décès. Une étude publiée dans la revue Environmental Research a révélé que plus d’un décès sur dix aux États-Unis et en Europe était dû à la pollution qui en résulte, ainsi que près d’un tiers des décès en Asie de l’Est, dont la Chine. Les taux de mortalité en Amérique du Sud et en Afrique sont nettement inférieurs.

Des résultats « stupéfiants »

L’énorme nombre de décès est plus élevé que les estimations précédentes et a même surpris les chercheurs de l’étude. « Nous étions initialement très hésitants lorsque nous avons obtenu les résultats car ils sont stupéfiants, mais nous découvrons de plus en plus sur l’impact de cette pollution », a déclaré Eloise Marais, géographe à l’University College London et co-auteur de l’étude. « C’est omniprésent. Plus nous cherchons les impacts, plus nous en trouvons ».

Les 8,7 millions de décès en 2018 représentent un « facteur clé de la charge mondiale de mortalité et de maladie », indique l’étude, qui est le fruit d’une collaboration entre des scientifiques de l’Université de Harvard, de l’Université de Birmingham, de l’Université de Leicester et de l’University College London. Le nombre de décès dépasse le total combiné des personnes qui meurent chaque année dans le monde à cause du tabagisme et de celles qui meurent de la malaria.

Les scientifiques ont établi des liens entre la pollution atmosphérique omniprésente due à la combustion de combustibles fossiles et les cas de maladies cardiaques, de troubles respiratoires et même de perte de la vue. Sans les émissions de combustibles fossiles, l’espérance de vie moyenne de la population mondiale augmenterait de plus d’un an, tandis que les coûts économiques et sanitaires mondiaux diminueraient d’environ 2,9 milliards de dollars.

La nouvelle estimation des décès, publiée dans la revue Environmental Research, est plus élevée que les autres tentatives précédentes de quantifier le coût mortel des combustibles fossiles. Un rapport important du Lancet en 2019, par exemple, avait trouvé 4,2 millions de décès annuels dus à la pollution de l’air provenant de la poussière et de la fumée des feux de forêt, ainsi qu’à la combustion des combustibles fossiles.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Cette nouvelle recherche déploie une analyse plus détaillée de l’impact des particules de suie en suspension dans l’air rejetées par les centrales électriques, les voitures, les camions et d’autres sources. Cette matière particulaire est connue sous le nom de PM2.5 car les particules ont un diamètre inférieur à 2,5 micromètres, soit environ 30 fois plus petit que le diamètre d’un cheveu humain moyen. Ces minuscules particules de pollution, une fois inhalées, se logent dans les poumons et peuvent causer divers problèmes de santé.

Un impact sur la santé de tout le monde

« Nous ne sommes pas conscients que la pollution de l’air est un tueur invisible », confie au Guardian Neelu Tummala, médecin oto-rhino-laryngologiste à la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université George Washington. « L’air que nous respirons a un impact sur la santé de tout le monde, mais particulièrement sur les enfants, les personnes âgées, les personnes à faible revenu et les personnes de couleur. Ce sont généralement les habitants des zones urbaines qui ont les pires impacts ».

Au lieu de se fier uniquement aux estimations moyennes des observations par satellite et en surface qui tiennent compte des PM2,5 provenant de diverses sources, les chercheurs ont utilisé un modèle global 3D de chimie atmosphérique supervisé par la Nasa, qui présente l’avantage d’une résolution plus détaillée et peut distinguer les sources de pollution. « Plutôt que de se baser sur des moyennes réparties sur de grandes régions, nous voulions cartographier les endroits où se trouve la pollution et où vivent les gens, afin de savoir plus exactement ce que les gens respirent », précise Karn Vohra, de l’université de Birmingham et co-auteur de l’étude.

Les chercheurs ont ensuite mis au point une nouvelle évaluation des risques basée sur une série de nouvelles recherches qui a révélé un taux de mortalité dû aux émissions de combustibles fossiles beaucoup plus élevé que ce que l’on pensait auparavant, même en concentrations relativement faibles. Les données ont été prises en compte à partir de 2012, puis également de 2018, pour tenir compte des améliorations rapides de la qualité de l’air en Chine. Les décès ont été comptés pour les personnes âgées de 15 ans et plus.

Les résultats montrent une image globale variée. « La qualité de l’air en Chine s’améliore, mais les concentrations de particules fines sont encore incroyablement élevées, les États-Unis s’améliorent, bien qu’il y ait des points chauds dans le nord-est, l’Europe est mitigée et l’Inde est certainement un point chaud », résume Eloise Marais.

Urgence de santé publique

Le nombre de morts décrit dans l’étude peut même être une sous-estimation de la réalité, selon George Thurston, un expert en pollution de l’air et en santé de l’école de médecine de l’Université de New York qui n’a pas participé à la recherche. « Dans l’ensemble, cependant, ce nouveau travail montre plus clairement que jamais que, lorsque nous parlons du coût humain de la pollution de l’air ou du changement climatique, les causes principales sont les mêmes – la combustion des combustibles fossiles », a-t-il déclaré.

Ed Avol, chef de la division de la santé environnementale à l’Université de Californie du Sud (USC), explique : « Les auteurs ont appliqué des méthodologies améliorées pour mieux quantifier les expositions et mieux documenter les résultats pour la santé afin d’arriver à la conclusion troublante (mais pas surprenante) que la pollution atmosphérique liée à la combustion de combustibles fossiles est plus dommageable pour la santé humaine mondiale que ce qui avait été estimé précédemment.».

« Les combustibles fossiles ont un impact très important sur la santé, le climat et l’environnement et nous avons besoin d’une réponse plus immédiate », ponctue Eloise Marais. « Certains gouvernements ont des objectifs de neutralité carbone, mais nous devons peut-être les faire avancer étant donné les énormes dégâts causés à la santé publique. L’urgence est beaucoup plus grande que ce que l’on pensait ».

Source : Environmental Research, The Guardian

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Article précédent

Jugement historique : procès gagné contre Shell pour pollution pétrolière au Nigéria

Menace sur les parfums de la nature
Prochain article

Menace sur les parfums de la nature

Derniers articles de Pollutions

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
369 Partages
Partagez369
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print