Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Shakespeare n’aime pas le pétrole

Shakespeare n’aime pas le pétrole

La Royal Shakespeare Company renonce aux subventions de BP

Commencez

La prestigieuse compagnie théâtrale Royal Shakespeare Company a annoncé mercredi 2 octobre renoncer aux aides du groupe pétrolier BP au nom de l’« urgence climatique ». Un mouvement qui fait tâche d’huile un peu partout dans le monde.

Le mécénat de BP permettait à la RSC, compagnie théâtrale britannique basée à Stratford-Upon-Avon, ville natale de William Shakespeare, de proposer des tickets à 5 livres (5,60 euros) pour les jeunes âgés de 16 à 25 ans depuis 2013. « Dans un contexte d’urgence climatique, que nous reconnaissons, les jeunes nous disent maintenant clairement que le mécénat de BP crée une barrière entre eux et leur désir de s’impliquer avec la RSC. Nous ne pouvons pas ignorer ce message », expliquent Gregory Doran, directeur artistique de la RSC et Catherine Mallyon, qui en est la directrice exécutive, dans un communiqué.

Ils annoncent avoir pris la « décision difficile » de mettre fin à leur collaboration avec BP à la fin 2019. La major pétrolière s’est dit « déçue » et atterrée » que la RSC ait décidé de mettre fin à notre partenariat.

Récemment, une association de jeunes à l’origine de grèves scolaires pour dénoncer l’inaction face au changement climatique avait écrit à la RSC, lui reprochant le mécénat de BP. « Cela veut dire que si nous, les jeunes, voulons voir une pièce dans votre théâtre à un prix abordable, nous devons aider à promouvoir une entreprise qui détruit activement notre avenir en bouleversant le climat », écrivaient-ils.

Depuis des mois des artistes et des militants environnementaux protestent contre les liens entre BP ou d’autres compagnies pétrolières et des institutions culturelles britanniques comme la National Portrait Gallery, le Royal Opera House ou le British Museum. En juin dernier, le comédien britannique Mark Rylance avait annoncé quitter la RSC pour s’opposer au mécénat de BP.

Le comédien avait expliqué ne pas vouloir « être associé à BP comme je ne souhaiterais pas l’être à un marchand d’armes, un vendeur de tabac ou toute personne qui détruit délibérément la vie de personnes vivantes et à naître »

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Des mécènes encombrants

Ciblées pour leur impact sur l’environnement, les compagnies pétrolières deviennent des mécènes encombrants. « La société pose désormais la question, légitime, de la cohérence des actions, et on attend que celui qui fait le bien soit parfait », résume au quotidien Le Monde Sylvaine Parriaux, déléguée générale d’Admical, association pour le développement du mécénat. Le mouvement a réellement commencé à la Tate Gallery de Londres. Plusieurs artistes et personnalités du monde de la culture ont marqué leur désapprobation sur le partenariat existant entre la compagnie BP et le musée. Différents happenings d’artistes furent organisés sous l’emblème « Liberate Tate » jusqu’à obtenir, en 2016, que l’institution londonienne rompe son partenariat avec la multinationale.

En juin dernier, ce fut au tour de Total de faire les frais de cette mise au ban : la mairie de Paris annonçait ne plus vouloir de cette compagnie comme sponsor pour les Jeux olympiques de 2024. Dans une lettre adressée au comité d’organisation fin mai, la maire de Paris, Anne Hidalgo, affirmait qu’il « serait très difficilement compréhensible pour nos concitoyens que soient retenues des entreprises dont l’activité aurait un lourd impact sur l’environnement ».

D’autres institutions comme le Louvre, le château de Versailles ou le Palais de Tokyo, financées pourtant par le pétrolier Total rechignent encore à rompre les ponts avec les fortunes de l’or noir. Il est vrai que le sujet est compliqué et que les grandes institutions sont tenues par des financements indispensables venus de mécènes dont l’image sent le soufre dans l’opinion publique.

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Planter des arbres pour compenser le CO2 : est-ce une si bonne idée ?
Article précédent

Planter des arbres pour compenser le CO2 : est-ce une si bonne idée ?

Prochain article

Faut-il des quotas de ressources par citoyen ?

Derniers articles de Ressources

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez31
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email