Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

transition énergétique

L’Allemagne donne un coup d’accélérateur à la recherche sur l’énergie

Commencez
Changer de modèle énergétique sans compromettre ni la sécurité, ni la prospérité : c’est possible. Mais cela ne s’improvise pas. La ministre allemande de l’Éducation et de la Recherche, Johanna Wanka, a ainsi lancé mardi une vaste initiative de recherche pluridisciplinaire pour accompagner le tournant énergétique allemand. Une nouvelle ère.
 
230 partenaires issus de la science, de l’économie et de la société civile vont participer à quatre grands projets de recherche étalés sur dix ans pour un montant total de 400 millions d’euros. 
Il s’agit de trouver des solutions techniques et économiques aux défis du tournant énergétique et ce, dans le respect des attentes de la population. L’initiative a été baptisée « Copernic ». Le nom du célèbre astronome polonais, qui affirma le premier au début du XVIe siècle que la Terre tournait autour du soleil, n’a pas été choisi par hasard. En effet, c’est bien un « changement de paradigme » qu’il s’agit aujourd’hui de faire advenir en matière énergétique.
« Nous allons montrer qu’un approvisionnement énergétique sûr, abordable et propre est quelque chose de réalisable », a affirmé Mme Wanka. « Et ce, sans renoncer ni à la prospérité, ni à l’emploi ». 

Tournant énergétique : un film pour tout comprendre

Compliqué, le tournant énergétique ? Le CIDAL a réalisé un petit film d’animation qui vous aidera à comprendre les enjeux et les défis de cet immense chantier d’avenir :
 

Trouver des solutions techniques et économiques

Les quatre projets ont été choisis parmi 41 propositions qui ont mobilisé la créativité de plus de mille entreprises et institutions. Ils portent chacun sur un domaine différent. Le premier visera à réduire le coût de l’extension du réseau électrique en optimisant la géographie de la production électrique, qui est désormais plus décentralisée. Selon les plans actuels, cette extension doit coûter 34 milliards d’euros d’ici à 2025.
Un deuxième projet qui associe 62 partenaires aura pour but d’élaborer les conditions techniques pour le stockage de plus de 90 % des excédents de la production d’électricité d’origine renouvelable. Cette électricité est produite en excès quand le vent souffle fort ou que le soleil brille. Il s’agit de la transformer en composant chimique, en gaz ou en carburant pour pouvoir la réutiliser plus tard, lorsque les consommateurs en ont besoin.
Le troisième projet qui associe 83 partenaires visera à optimiser les procédés industriels pour une énergie sujette à des variations de production. L’objectif est de faire économiser plus de dix milliards d’euros aux entreprises industrielles d’ici à 2020, tout en réduisant considérablement leurs émissions de gaz à effet de serre.
Enfin, le dernier projet envisage le tournant énergétique en tant que projet de société. Il doit permettre que le chantier progresse en phase avec les attentes de la société. Il permettra également d’évaluer le potentiel commercial de différentes technologies.
Les quatre projets doivent démarrer dès 2016. Les problématiques, volontairement larges au départ, seront resserrées à mesure de l’avancée des recherches. De nouveaux partenaires pourront apporter leur expertise et leurs compétences au fil du temps grâce à de nouveaux appels d’offres.
 
L’Allemagne se positionne aujourd’hui à l’avant-garde du développement des énergies renouvelables. Berlin a pris la tête du mouvement en instaurant, très tôt, un cadre législatif avantageux. Une loi pour la promotion des énergies renouvelables (EEG) a été adoptée dès 2000. Copiée par de nombreux pays, dont la France, elle garantit aux producteurs un prix minimal à la vente. Le texte est régulièrement révisé pour adapter les tarifs aux progrès technologiques.
Un résultat essentiel pour respecter les objectifs climatiques de l’UE, car le pays, qui prévoit de sortir du nucléaire d’ici à 2020, projette de construire des centrales au charbon. Parallèlement, l’Allemagne s’est fixé un objectif de 30 % d’énergies vertes dans sa production électrique à l’horizon 2020.
L’environnement n’est qu’un aspect de l’engagement allemand. L’enjeu est aussi – voire surtout – économique : aujourd’hui, les énergies renouvelables font travailler plus de 250 000 personnes outre-Rhin, et le pays domine le marché mondial de l’éolien et du solaire, en termes de capacité. En pointe, l’industrie éolienne exporte près de 85 % de sa production.
 

Plus d’informations
– Site web des projets Copernic (en allemand) : www.kopernikus-projekte.de
– Ministère fédéral de l’Éducation et de la Recherche (en allemand) : www.bmbf.de/de/sicher-bezahlbar-und-sauber-2624.html

 
Source : Ambassade d’Allemagne – CIDAL 7 avril 2016
 

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
biogaz
Article précédent

Biogaz, une filière qui peine à se développer

transition énergétique
Prochain article

La déferlante des énergies maritimes

Derniers articles de Transition écologique et énergétique

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print