Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Une simple modification des éoliennes pourrait réduire de 70 % le nombre de mort d'oiseaux

Éoliennes : un simple coup de peinture pourrait réduire de 70% le nombre de morts d’oiseaux

Commencez

En tant que source d’énergie propre, les parcs éoliens présentent de nombreux avantages, mais ils peuvent aussi représenter un danger pour les oiseaux. Une nouvelle étude suggère qu’une petite modification de la conception des turbines pourrait faire une grande différence en termes de sécurité des oiseaux : il suffirait d’un coup de peinture.

Dans le cadre d’une expérience menée sur l’archipel norvégien de Smøla, le changement de couleur d’une seule des pales de la turbine pour la rendre noire a entraîné une réduction annuelle moyenne de 70 % de la mortalité des oiseaux, mesurée sur une période de trois ans et demi. Dans le cadre d’une expérience connexe, le fait de peindre en noir une partie des tours de turbine a également permis de réduire la mortalité des oiseaux.

Bien que l’étude n’ait porté que sur un seul parc éolien et un petit nombre d’oiseaux – six morts sur les quatre turbines peintes, 18 morts sur les quatre turbines de contrôle non peintes – elle indique un moyen de protéger les oiseaux sans devoir procéder à une refonte majeure.

« Dans ce cas, la peinture des pales de rotor a demandé beaucoup de ressources, car les éoliennes étaient déjà installées« , explique le biologiste Roel May, de l’Institut norvégien de recherche sur la nature (NINA). « Si la peinture est faite avant la construction, cependant, le coût et la mortalité des oiseaux seront réduits« .

Très peu de données sont disponibles sur le nombre de mort d’oiseaux causés chaque année par les éoliennes. Certaines estimations parlent de dizaines de milliers, ce qui n’est pas une bonne nouvelle, bien que cela ne représente qu’une fraction des morts d’oiseaux causés par la production d’énergie nucléaire et fossile, et par les oiseaux qui frappent les lignes électriques (qui se comptent par dizaines de millions).

Des pales peintes pourraient être une solution à ce problème. Les chercheurs pensent que cela rend les turbines plus visibles pour les oiseaux, réduisant ce qu’on appelle le frottement dû au mouvement – où les objets en mouvement sont plus difficiles à identifier visuellement.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

L’étude a également examiné d’autres moyens possibles de réduire la mortalité des oiseaux, comme le recouvrement des pales avec de la peinture ultraviolette, et le positionnement des turbines de manière à éviter les zones de courant ascendant que les oiseaux utilisent pour s’envoler.

Bien que la technique de peinture noire des pales ait été la plus efficace dans ce cas, d’autres couleurs et techniques pourraient être essayées, selon les chercheurs. C’est une première étape prometteuse, mais de nombreuses autres études seront nécessaires sur plusieurs sites pour voir ce qui fonctionne le mieux lorsqu’il s’agit de protéger les oiseaux.

Avec la mise en service d’un nombre croissant d’éoliennes, le danger potentiel pour les oiseaux et les autres animaux va augmenter, même si les sites des parcs éoliens sont déjà soigneusement choisis pour maintenir les niveaux de perturbation des écosystèmes locaux aussi bas que possible.

Selon Martin Harper, directeur de la conservation à la Royal Society for the Protection of Birds (RSPB) au Royaume-Uni, des innovations comme celles décrites dans cette étude peuvent être combinées pour minimiser le risque de nuire à la faune. M. Harper, qui n’a pas participé à l’étude, a déclaré à la BBC « Les éoliennes sont la bonne technologie lorsque nous trouvons les bons endroits pour les installer. Des études comme celle-ci sont donc précieuses et s’appuient sur notre compréhension des mesures d’atténuation supplémentaires qui pourraient être utilisées une fois que nous aurons identifié les endroits appropriés pour les parcs éoliens« .

Ces recherches ont été publiées dans Ecology and Evolution.

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Article précédent

Quel financement pour la transition énergétique ?

Prochain article

Transition écologique : Redécouvrir des technologies antiques, des Low-tech et des innovations oubliées…

Derniers articles de Transition écologique et énergétique

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
27 Partages
Partagez27
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print