Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Les consommateurs français auraient retrouvé confiance dans leurs agriculteurs

Commencez

Un dernier sondage Ifop pour Ouest France confirme la confiance retrouvée des Français envers leurs agriculteurs. Il est temps … « La France a besoin de paysans heureux » affirmait en son temps un Chef d’Etat Français. « Nous sommes les enfants spirituels des vieux terroirs. C’est avec cette âme poussée comme l’herbe des champs que l’homme d’Occident a créé sa civilisation intellectuelle et morale ».
En parallèle, les consommateurs sont davantage méfiants à l’égard de l’appellation “Bio” et vigilants sur la composition des produits qu’ils achètent. Synthèse.

Le poète Paul Geraldy formulait son admiration pour le métier de paysan comme suit « Je suis de plus en plus frappé par la poésie des métiers qui sont des harmonies, qui sont des disciplines, qui sont ferveur, échange, amour, qui sont des petits mondes moraux… » (1).

En sommes-nous là aujourd’hui ? Car si les traits d’image associés aux agriculteurs tendent plutôt à s’améliorer, les Français n’apparaissent pas davantage disposés à les soutenir.

Les agriculteurs jouissent globalement d’une très bonne image au sein de l’opinion, les personnes interrogées soulignant leur importance en ce qui concerne la production alimentaire : ils estiment ainsi que les agriculteurs jouent un rôle majeur dans leur alimentation (90%), que le consommateur peut avoir confiance en eux (79%, +7 points par rapport à février 2020) ou encore qu’ils sont respectueux de la santé des Français (72%, +8).

Il convient également de souligner que les reproches qui leurs sont adressés par certains adeptes de l’ « agribashing » sont peu partagés par les Français : 72% de nos concitoyens estiment ainsi qu’ils sont soucieux du bien-être animal et 58% respectueux de l’environnement, items là aussi en progression par rapport à la période pré-Covid qui s’est traduite par une amélioration de l’image des agriculteurs qui ont continué de nourrir les Français malgré la pandémie.

Néanmoins, dans un contexte où il est beaucoup question du pouvoir d’achat des foyers, les consommateurs ne semblent pas être davantage en mesure de soutenir les agriculteurs : 69% (-3 points par rapport à 2020) seraient prêts à payer plus cher leurs produits alimentaires pour garantir à ces derniers un revenu correct, cette hausse consentie étant le plus souvent limitée à 5% (pour 43% des sondés).

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Consommer plus de produits végétaux et moins de protéines animales, mais de meilleure qualité

Plus de 3 Français sur 4 (76%, +9 points par rapport à 2017) se disent prêts à diminuer leur consommation de protéines animales, choisissant d’en manger moins et privilégiant des produits de meilleure qualité, tant environnementale que gustative. La célèbre revue médicale The Lancet avait publié en janvier 2021 un long article à propos des conséquences de notre alimentation sur l’environnement et la santé.

Au-delà de privilégier la qualité à la quantité, les consommateurs semblent de plus en plus porter leur dévolu sur les produits végétaux : 48% estiment en manger davantage qu’il y a deux ans (61% des sympathisants EELV), contre seulement 5% qui en consomment moins qu’avant. De plus, si cette tendance semble se stabiliser, elle devrait se poursuivre pour certains : 42% (-8 points par rapport à 2017) prévoient de manger davantage de produits végétaux dans les années à venir.

La consommation de produits « Bio » est en léger recul, les consommateurs affichant davantage de méfiance envers la filière

Bien qu’ils soulignent largement le développement de la filière « Bio », estimant qu’elle est désormais plus diversifiée et plus présente dans les points de vente, les consommateurs semblent de plus en plus vigilants à l’égard des produits étiquetés comme tels. En effet, au-delà de son prix jugé encore trop élevé (91%), les Français font de moins en moins confiance à l’appellation « Bio » sur les produits alimentaires (52%, -18 points par rapport à 2008 !). Cette crise de confiance se traduit en termes de consommation : si 84% des personnes interrogées achètent des produits « Bio », cette proportion n’évolue quasiment plus depuis dix ans et la part de ceux qui en achètent très souvent est passée de 21% à 16% en un peu plus d’un an.

Le bio n’a jamais fait débat et s’est imposé dans les esprits et les pratiques comme une évidence. En juin 2020, l’Agence bio qui scrute ce marché depuis plusieurs années, publiait un nombre impressionnant de records. Explosion du nombre d’exploitations agricoles bio, élargissement de la gamme des cultures devenues encore plus vertes, boum significatif de la consommation et intérêt grandissant des distributeurs pour un marché promis d’être juteux. Le gouvernement n’était pas en reste et annonçait à grand coups de slogans de communication l’objectif de convertir 15 % des exploitations au bio d’ici 2022. Hélas, un rapport sénatorial est sorti depuis qui a refroidit les esprits. Une ambition « hors d’atteinte », écrivent les rapporteurs, qui condamnent les effets de manche de l’État et l’absence de moyens et de coordination pour atteindre ces objectifs : selon eux, l’objectif de 15 % des terres agricoles devenues bio en 2022 est intenable. Nous n’y arriverons pas avant au moins 2026, disent-ils.

L’une des raisons de ce rétropédalage est comme toujours budgétaire. Les financeurs du bio sont la plupart du temps éparpillés entre une multitude d’organismes : État, collectivités territoriales, Fonds européen, agences de l’eau etc.
Un imbroglio administratif qui interdit toute agilité dans la réaction aux réalités du terrain. En effet, l’Agence bio avait raison : le nombre des exploitations agricoles bio a bien fait des bonds. Mais une attractivité que l’État n’était pas en mesure de satisfaire. 5000 exploitations devenues bio en un an, c’était intenable budgétairement. C’est pourquoi l’État a décidé, en 2018, d’arrêter de soutenir les aides à la conversion. Elles étaient pourtant bien utiles en aidant les agriculteurs à passer le cap et à amortir le choc d’une baisse de rendement inévitable. Il s’en est suivi des retards de plus en plus nombreux dans le versement des aides dues, poussant de trop nombreuses exploitations au dépôt de bilan.

Le résultat n’est pas réjouissant pour le consommateur. Car, lui, a vraiment pris goût au bio. Il le consomme de plus en plus mais la production locale française est incapable de le satisfaire pleinement. La France importe ainsi une part importante (31 %) de sa consommation en bio. Des importations pas très bien contrôlées, avec des cahiers des charges de labellisation différents de ceux des agriculteurs français.

Des Français vigilants quant à la composition des produits qu’ils achètent, mais également concernant leur origine

Dans un contexte où ils estiment unanimement que leur santé est impactée par la présence de pesticides dans les aliments qu’ils consomment (93%), les Français font montre de vigilance : 66% se disent ainsi attentifs au Nutri-Score ou aux notations alimentaires des produits (75% chez les moins de 35 ans), dont 37% « régulièrement ». Au-delà de l’aspect qualitatif du produit, la provenance est elle aussi devenue un véritable enjeu au point que 86% des personnes interrogées seraient prêtes à privilégier une marque agricole et alimentaire de leur région si elle existait. Si le « local » et les produits régionaux disposent donc d’un fort potentiel, la question du prix d’une telle série de produits sera néanmoins décisive : la propension à y recourir diminuant clairement en fonction du niveau du revenu.

 

En 2050, nous serons 10.6 milliards sur Terre. Si le modèle agricole dominant actuellement persiste, la planète ne résistera pas au choc. Dès maintenant, les terriens devront impérativement changer leur système d’alimentation : virage vers des régimes alimentaires à base de plantes, réduction drastique des pertes et des déchets alimentaires, et surtout, révolution dans les pratiques et technologies agricoles. Car contrairement à ce que laissent entendre les partisans de l’agriculture intensive, les modèles durables comme l’agroagriculture peuvent parfaitement nourrir tout le monde sur Terre. 

En l’âme paysanne, d’innombrables jours ont déposé leurs souvenirs et mis leur atmosphère. Ainsi s’est constitué le fonds de richesse des hommes , le legs des ancêtres, la précieuse économie morale accumulée par les Anciens […] Toute l’œuvre de l’Occident a été la dépense de cette provision millénaire rentrée des champs, soir par soir, comme on en rentre les denrées et les gerbes. Souffle humain qui inspirez notre monde actuel , vous avez vos origines sur nos champs ; et c’est du vent qui frissonne sur l’herbe et les blés que vous avez appris à entraîner l’Humanité ! … Ce sont les foules urbaines qui composent à l’histoire civile son humeur et ses fièvres. Mais la grande paix des champs éteint le plus souvent cette vaine rumeur. Nos calmes campagnes entretiennent, elles, l’évolution lente et régulière … le mouvement profond qui nous porte. Ce sont elles qui donnent sa certitude au geste qui continue, sans hâte et sans alarme, de conduire les hommes… Dieu sait où ! … » 
Gaston Roupnel

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Etude réalisée par Jérôme Fourquet Directeur du pôle Opinion & Stratégies d’Entreprises, et Antoine Chatelet, Chargé d’études – Département Opinion & Stratégies d’Entreprise IFOP

LIRE L’ETUDE COMPLETE

Méthodologie de travail : Échantillon de 1000 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de famille) après stratification par région et catégorie d’agglomération.
Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne du 16 au 19 novembre 2021.

(1) Préface de «Le  Paysan » de Louis Barjon, mars 1944 – X. Mappus-Editer-Le Puy

Image d’en-tête : AFP

Nous avons un message pour vous…

En octobre 2020 nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 300 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
L’alimentation n’est pas une marchandise, c’est un bien commun.
Article précédent

L’alimentation n’est pas une marchandise, c’est un bien commun.

Les coûts cachés de notre alimentation
Prochain article

Les coûts cachés de notre alimentation

Derniers articles de ALIMENTATION

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez25
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email