Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

information produits alimentaires

Num-Alim : la prise de contrôle par les industriels de l’information sur les aliments

Commencez
Les questions de sécurité alimentaire sont de plus en plus présentes à l’esprit des consommateurs lorsqu’ils font leurs courses. Ils veulent être toujours plus informés sur le contenu, la qualité, la source des produits qu’ils achètent. Une pléiade d’applications a vu le jour ces dernières années, indépendantes des industriels et souvent nourries par les informations récoltées auprès des consommateurs eux-mêmes. Un danger que les industriels de l’agroalimentaire ont vite repéré. Leur riposte : la mise en œuvre d’une gigantesque plateforme de données sur les produits, qu’ils pourront maîtriser et qui fera la loi dans l’information du consommateur.
 
On connaissait les applis telles que Y’a quoi dedans, lancée en septembre dernier par Système U, qui traque les substances « controversées », ou encore Yuka, la plus célèbre, 100 % indépendante, qui déchiffre les informations nutritionnelles habituellement indiquées au dos des paquets des aliments, ou encore Foodvisor, Is My Food Good, … les consommateurs recherchent toujours plus d’informations sur les produits alimentaires : composition du produit, allergènes, informations nutritionnelles, origine des ingrédients, empreinte environnementale, conditions de production… Trois sur cinq font leurs courses smartphone en main.
Ces applis modifient les comportements d’achat à partir d’informations qui proviennent de bases d’informations coopératives et ouvertes comme Open Food Facts, et des consommateurs eux-mêmes. Des applis qui remportent un succès inattendu : plus de 7.5 millions de téléchargements pour Yuka par exemple.
 
Comme l’explique Daniel Nairaud, directeur du Fonds Français pour l’Alimentation et la Santé, « Le sens de l’histoire, c’est l’alimentation personnalisée ! Dans 15 ans, il est hautement probable que nous mangerons en fonction de notre génome et de notre microbiote. Pour cela, les outils numériques peuvent jouer le rôle d’aide à la décision, afin de mieux faire correspondre nos choix alimentaires à nos besoins ».
 

Contre-attaque des industriels

Devant la multiplication de ces initiatives au fort accent consumériste, qui ne travaillent avec aucune marque ni aucun fabricant, les industriels de l’agroalimentaire réagissent. D’autant que certaines informations comme celles liées par exemple aux additifs utilisés dans la fabrication des produits pourraient être hautement préjudiciables à leurs performances commerciales. Ne souhaitant pas laisser ces informations sensibles en dehors de leur pré-carré, ils ont donc décidé de passer à la contre-attaque et de lancer à grand renfort de moyens, et avec la bénédiction des pouvoirs publics, leur propre plateforme : Num-Alim.
 
D’ici 18 mois, cette gigantesque base de données va établir la carte d’identité des aliments. Elle contiendra des informations sur les modes de production et de consommation de la nourriture et sa cartographie, les consommations individuelles. Elle va permettre de mener des recherches pour connaître nos besoins réels et se nourrir en conséquence. Objectif affiché : acheter de manière plus éclairée.
 
Les promoteurs de la plateforme NumAlim déclarent vouloir apporter un vrai service pour les consommateurs. D’abord, dans le choix des aliments qu’ils achètent mais aussi sur les associations entre eux, la préparation de repas équilibrés, favorisant les pratiques culinaires favorables à la santé. Ils affirment que leur base de données sera une mine d’informations fiables sur les produits afin de créer à terme des profils nutritionnels avec un lien sur la santé des individus.
 
Ils ajoutent que cette plateforme sera aussi utile aux agriculteurs qui pourront mieux faire connaître leurs pratiques culturales, leurs processus de fabrication ou d’élevage et valoriser les nombreuses démarches de qualité de leurs filières. Les PME/TPE pourront mieux faire connaître les spécificités de leurs productions et améliorer leur visibilité auprès des enseignes de la grande distribution, qui, quant à elles, verront leur sourcing produit facilité.
 

Les grandes marques à la manœuvre

La plateforme est le fruit d’un travail collaboratif piloté par l’ANIA, la fédération nationale des industriels de l’alimentaire : celle-ci regroupe quasiment toutes les marques que l’on retrouve dans les rayons de la grande distribution. Le Fonds Français pour l’Alimentation et la Santé (FFAS), la Fondation Avril, représentant de l’amont agricole et le GS1 (le guichet d’entrée de tous les codes-barres) ont rejoint l’initiative. Leur objectif : « Le digital nous donne de nouveaux moyens pour mieux faire connaître nos processus de fabrication et valoriser les nombreuses démarches de qualité de la filière. Avec Num-Alim nous passons à la vitesse supérieure en termes de transparence. Enfin, nous pourrons disposer d’une source fiable, exhaustive et à jour pour guider les consommateurs dans leurs choix. Num-Alim est un projet prioritaire et stratégique pour l’ANIA et les entreprises alimentaires. » lance Richard Girardot, Président de l’ANIA.
 
18 000 entreprises agro-alimentaires françaises devront fournir les données relatives à leurs produits avec des règles et un langage communs afin d’alimenter ce grand catalogue numérique. La plateforme Num-Alim va recenser directement les conditions de production, d’élevage avec l’amont agricole.
Par ailleurs, des informations sur les achats et les comportements alimentaires seront récoltées via les tickets de caisse ou les cartes de fidélité de trois enseignes de la grande distribution. Enfin, il s’agira de recueillir des éléments sur les statuts nutritionnels de la population.
Toutes ces données seront croisées et analysées afin de leur donner de la valeur et de créer de l’intelligence artificielle.
 
Le budget nécessaire pour la création de Num-Alim s’élève à 6,2 millions d’euros. Il sera co-financé par le public et le privé, avec des investisseurs qui ne sont pas encore connus.
 

Là où le bât blesse

Mais là où le bât blesse, c’est que cette plateforme est renseignée directement par les fabricants et par eux seuls. La logique est la même que celle qui règlemente l’étiquetage obligatoire sur les produits. Cette plateforme numérique de l’alimentation rassemblera des données mises à jour en temps réel par les fabricants sur tous les produits alimentaires en établissant leur carte d’identité numérique, rassemblée au sein d’un catalogue numérique unique qui agrègera d’autres d’informations comme les modes de production, la notation Nutri-Score, les labellisations, l’empreinte environnementale, etc.
 
Sur le papier, les données de NumAlim seront ouvertes à tous ceux qui voudront les analyser, les interpréter et les publier (scientifiques, startups, citoyens…). Elles serviront de base de référence quasi-obligatoire pour toutes les nouvelles applications mobiles. Tout cela serait parfait si l’accès aux données était vraiment libre. Or ce n’est pas du tout le cas. Les entreprises, intéressées par les services de la plateforme, devront adhérer au GS1, l’organisme qui édite les standards, comme les codes barre et le QR code, pour un montant allant de 80 à 4.000 euros par an, en fonction de leur chiffre d’affaires. Un barrage à l’entrée qui limitera forcément le déploiement de nouvelles initiatives d’une part, et d’autre part, créera une dépendance coûteuse attachée à un seul « fournisseur officiel » de données. On a vu dans d’autres domaines, à une autre échelle comme celle des GAFA, combien ce type de dépendance produisait d’effets pervers.
 
Les consommateurs feront-ils confiance à Num-Alim ? Échaudés par les scandales alimentaires à répétition, ils se méfient des industriels et sont de plus en plus suspicieux sur les ingrédients que concoctent avec plus ou moins de transparence les fabricants de produits. Ceux-là mêmes qui vont rentrer leurs données dans la nouvelle plateforme…
 
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
riz
Article précédent

Overdose de CO2 : effondrement de la valeur nutritionnelle de nos aliments

Bruno Lemaire
Prochain article

Le gouvernement français se défausse sur l’interdiction du dioxyde de titane (E171)

Derniers articles de Sécurité alimentaire et agrostratégies

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print