Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je soutiens

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Comment reconstruire un monde post-viral ?

Comment reconstruire un monde post-viral ?

Commencez

Covering Climate NowCet article paru à l’origine dans Green is the new Black est republié ici dans le cadre du partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de plus de 400 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique du changement climatique.


 

 « Seule une crise, réelle ou perçue, produit un changement réel », a déclaré le célèbre économiste américain Milton Friedman, il y a quatre décennies. « Quand cette crise se produit, les actions qui sont prises dépendent des idées qui circulent. »

Les crises façonnent l’histoire. C’est pourquoi certains pensent que la pandémie mondiale est notre chance unique de réinventer la société et de construire un avenir meilleur. Nous devons saisir cette occasion pour agir. Car si nous ne le faisons pas, ceux qui ne veulent pas du monde meilleur auquel nous aspirons, prendront le pouvoir – en fait, ils l’ont déjà. Mais ne paniquez pas tout de suite. Il y a une bonne nouvelle : les idées qui peuvent changer le monde sont en train de circuler. Les personnes qui veulent changer pour un monde meilleur sont ici. Maintenant, nous devons juste mettre tout cela en ordre.

Avant de nous lancer dans des rêves d’avenir, nous devons donner un sens à ce qu’il se passe ici et maintenant. Parce que les médias sociaux sont un kaléidoscope de fragments de vie, ils nous laissent percevoir ce qui se trame, à travers images, vidéos, anecdotes, stories, mises à jour des changements de statut social, commentaires, informations relayées, … Les compagnies aériennes effectuent des vols à vide pour protéger leurs créneaux sur les principales routes aériennes. Les agriculteurs et horticulteurs se retrouvent avec un surplus de denrées périssables qu’ils ne peuvent livrer nulle part. Les fonds spéculatifs ont même été accusés de ratisser des milliards de dollars sur les marchés. En prenant du recul par rapport à l’assaut incessant d’informations, on découvre une vérité toute simple. De façon absurde, notre société est brisée.

Comme l’explique l’universitaire et écrivain Keeanga-Yamahtta Taylor, « Il y a des moments où, en pleine crise, le vrai caractère de notre société se révèle et la brutalité de notre hiérarchie sociale est mise à nue ». Il n’a jamais été aussi clair pour tous que la normale est une crise. La normalité est une crise. Que cela soit clair. L’inégalité des richesses est normale. L’exploitation est normale. La discrimination est normale. Le profit sur les personnes est normal. Nous n’y prenions pas réellement garde. Cette pandémie mondiale est un grand révélateur, parce que maintenant, on y prête attention.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

La normalité est une crise

Parce que l’inégalité des richesses est normale, une pandémie pour les plus riches d’entre nous ressemble à : rester à la maison pendant des périodes prolongées « insupportables », dans des espaces « claustrophobiques » (c’est-à-dire : des maisons cossues), devoir annuler ses vacances et passer ses nuits à faire des commandes en ligne. Alors que la même pandémie, pour les moins riches, ressemble à tout autre chose : ne pas pouvoir payer son loyer et éventuellement perdre sa maison, s’inquiéter de savoir si l’on aura les moyens de faire ses prochaines courses, ou encore travailler ou étudier dans un foyer où la violence domestique est une réalité quotidienne.

L’exploitation étant « normale », les travailleurs essentiels qui ne peuvent pas se permettre de rester à la maison pour assurer leur sécurité, doivent aller travailler sans équipement de protection individuelle adéquat ni indemnité de risque —Et ne pensez même pas aux congés maladie -. Les milliardaires veulent que les gens retournent au travail le plus vite possible. « C’est pour l’économie », disent-ils. Ils doivent aller travailler et sont contraints de mettre leur vie en danger, ainsi que celle de leur entourage.

Parce que la discrimination est « normale », l’affirmation selon laquelle le coronavirus est le grand égalisateur est absolument fausse. Les minorités, qui sont plus susceptibles de souffrir de maladies chroniques, qui ont moins accès aux soins de santé, sont plus durement touchées.

Notre modèle économique actuel est imparfait

Comme le dit l’auteure et activiste Naomi Klein, cette économie « a toujours été prête à sacrifier la vie à grande échelle dans l’intérêt du profit« . Elle ajoute : Dans un monde rationnel, nous augmenterions la production de produits de base essentiels – kits de test, masques, respirateurs – non seulement pour notre propre usage, mais aussi pour les pays les plus pauvres. Parce que tout cela est une seule et même bataille. Mais nous ne sommes pas dans un monde rationnel« Maintenant, les gens qui, jusque-là, étaient aveugles, allument leur téléviseur. Et ils voient quoi ? Quel genre de système est-ce là ? » Mais il est, comme nous l’avons établi, « normal ». « Ce n’est pas nouveau. Ce n’est pas une phase plus radicale du capitalisme. Ce qui est plus radical, c’est l’ampleur du sacrifice. »

L’historien Mike Davis, célèbre chroniqueur des catastrophes engendrées par la mondialisation, a écrit : « Dans un monde rationnel, nous augmenterions la production de produits de base essentiels – kits de test, masques, respirateurs – non seulement pour notre propre usage, mais aussi pour les pays les plus pauvres. Parce que tout cela est une seule et même bataille. Mais nous ne sommes pas dans un monde rationnel« . La grande ironie ici, bien sûr, est que notre modèle économique est censé être rationnel. Il est censé être efficace. Il est censé allouer des ressources pour produire de meilleures conditions de vie pour nous tous. Et surtout, il est censé avoir un sens.

Il est temps de reconnaître la vérité

Les périodes de crise révèlent la véritable viabilité des modèles que nous utilisons. Comme l’explique le Dr S. George Marano, analyste géopolitique et économique, notre ordre commercial mondial est fondé sur la théorie ricardienne de l’avantage concurrentiel, sur le néolibéralisme, sur l’économie de « Les rouages de notre système commercial mondial bougent à l’unisson lorsqu’ils sont bien lubrifiés. Maintenant que le lubrifiant a commencé à s’assécher et que la friction entre les rouages augmente, nous assistons à un ralentissement, un peu comme une horloge qui retarde ».localisation, sur la fétichisation du profit total des actionnaires, et plus encore. Ceux-ci « ont favorisé le modèle de délocalisation, qui privilégiait excessivement l’opportunisme au détriment du risque dans la recherche de l’efficacité des ressources et du profit« . Mais aujourd’hui, « les chaînes d’approvisionnement complexes montrent des signes d’instabilité« .

Il serait injuste de dire que le modèle a échoué. Ce n’est pas le cas. Du moins, pas entièrement. Parce qu’il nous a apporté l’innovation et la croissance. Mais ces succès ne sont pas équitablement répartis. Et c’est en partie à cause de cela que le modèle n’est pas résistant. Le fait qu' »un seul virus peut anéantir toute l’économie en quelques semaines et fermer des sociétés« , comme le dit la militante Greta Thunberg, en est la preuve. Il est temps de reconnaître que notre modèle néolibéral-capitaliste est imparfait.

Le changement est nécessaire – et le changement est possible

Nous ne devons pas nous laisser abattre par la perspective immense de tout ce qui doit être fait. Et nous ne pouvons certainement pas céder au retour au statu quo. Comme l’écrivain et réalisateur Julio Vincent Gambuto alerte dans son appel poétique aux armes, nous devons nous préparer à « la plus grande campagne jamais menée pour un retour à la normale« . Elle viendra des marques, elle viendra du gouvernement, elle viendra même des uns et des autres, et elle viendra de la gauche et de la droite. Nous ferons n’importe quoi, nous dépenserons n’importe comment, nous croirons n’importe quoi, juste pour pouvoir en finir avec l’horrible inconfort que cette crise provoque.

Nous devons accepter ce malaise et nous rappeler combien de changements se sont déjà produits pendant cette période. L’ampleur avec laquelle les gouvernements, les institutions, les entreprises et les sociétés ont évolué est remarquable. En réponse à la crise, les gouvernements ont mis en place certains des plus grands plans de relance économique de l’histoire. Dans certains cas, les loyers ont été annulés, les paiements ont été retardés. Les sans-abris sont logés gratuitement. Et à des degrés divers, les gouvernements leur assurent un chômage partiel ou, comme en Espagne, un revenu de base.

Cela ne veut pas dire que nous devrions célébrer la pandémie, mais nous devrions nous rappeler que, durant cette période, nous avons vu qu’un autre monde, plus humain, est possible. Nous nous sommes habitués à ce que les gouvernements et les entreprises refusent les appels à des politiques plus humaines et à des changements ambitieux parce qu’ils sont « trop risqués ». Pourtant nous en sommes là.

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Nous ne sommes plus en 2008

« Tout regard sur l’histoire révèle que les crises et les catastrophes ont continuellement préparé le terrain pour le changement, souvent pour le meilleur« , écrit The Guardian. « L’épidémie mondiale de grippe de 1918 a contribué à la création de services de santé nationaux dans de nombreux pays européens. Les crises jumelées de la Grande Dépression et de la Seconde Guerre mondiale ont préparé le terrain pour l’État-providence moderne« . Il y a lieu de se méfier, bien sûr, car les crises peuvent également conduire à des conditions très défavorables – « le krach financier de 2008 a été résolu d’une manière qui a permis aux banques et aux institutions financières de retrouver la normalité d’avant le krach, à un coût public élevé, tandis que les dépenses publiques pour les services publics dans le monde entier ont été réduites« .

Mais nous ne sommes plus en 2008. « Je pense que nous sommes tellement différents de ce que nous étions avant de voir les conséquences du crash de 2008« , a déclaré l’écrivaine américaine Rebecca Solnit, l’une des plus éloquentes enquêtrices actuelles sur les crises et leurs implications. « Les idées qui étaient autrefois considérées comme de gauche semblent plus raisonnables pour un plus grand nombre de personnes. Il y a de la place pour des changements qui n’existaient pas auparavant. C’est une ouverture« . Contrairement à 2008, la pandémie est relativement facile à comprendre. Contrairement à 2008, nous pouvons clairement voir les défaillances du système. Et contrairement à 2008, « pour les personnes d’un certain âge, leur seule expérience du capitalisme a été celle d’une crise. Et ils veulent que les choses soient différentes« , remarque Naomi Klein.

Les politiques que nous voulons ne sont pas radicales du tout, elles sont censés et humaines

Tout comme le virus lui-même, la conscience politique se répand rapidementLes jeunes milleniums sont en colère. Même la génération Z est en colère —il suffit de regarder les mèmes, les tweets, les posts et même les TikToks anticapitalistes. En effet, « tout comme le virus lui-même, la conscience politique se répand rapidement« . Ceux qui sont attentifs font passer le mot, et dans le monde entier, les gens commencent à se rendre compte que l’éducation devrait être un droit, que la dette devrait être annulée, que les propriétaires, les patrons et les PDG ne sont pas essentiels, et qu’un système économique à but lucratif est tout simplement barbare. Les gens comprennent que le logement, les soins de santé, l’alimentation et l’éducation devraient tous être des droits humains fondamentaux, et que « la production industrielle et la technologie devraient être orientées vers la satisfaction des besoins humains avant tout« .

Il a fallu une catastrophe pour que l’État assume sa responsabilité initiale de protéger les citoyensLe changement le plus frappant de tous est peut-être celui qui concerne la façon dont les gens perçoivent les gouvernements. Comme l’écrit Pankaj Mishra : « Il a fallu une catastrophe pour que l’État assume sa responsabilité initiale de protéger les citoyens« . Les gens réalisent maintenant que l’État doit être tenu responsable de son devoir d’agir de manière décisive dans l’intérêt commun. Les gens prenant conscience de ces politiques portées vers l’intérêt général, exigent désormais des gouvernements qu’ils mettent en œuvre de telles politiques. Et ceux qui les exigent ne sont, après tout, pas si radicaux.

ÉTAPE 1 : Méfiez-vous du capitalisme catastrophe

Comme nous y avons déjà fait allusion plus tôt, il y a des gens qui essaient de tirer profit de cette crise. Ils veulent reconstruire un monde qui ne profite qu’à quelques-uns et qui en sacrifie beaucoup. Naomi Klein, qui a écrit un livre entier à ce sujet en 2007, a employé le terme « The Shock Doctrine (doctrine du choc) ». Elle décrit le phénomène par lequel les pollueurs et leurs alliés gouvernementaux font passer des changements politiques impopulaires sous l’écran de fumée d’une urgence publique. Cela vous semble fou ? C’est pourtant déjà le cas.

Toutes ces politiques sont menées sous le prétexte de stimuler l’économie et de revenir au statu quo ante. Une telle vision à court terme n’aura que des conséquences dévastatrices à long terme.Dans un récent webinaire, Naomi Klein a fait cette remarque : « Nous assistons à une utilisation très sélective des mesures d’urgence, de l’utilisation, de l’instrumentalisation et de l’armement des états d’urgence pour se décharger des risques sur les travailleurs individuels, sur les familles individuelles, tandis que les personnes qui sont déjà les plus protégées bénéficient de ces renflouements sans conditions« . Nous avons vu l’Agence américaine pour la protection de l’environnement annoncer qu’elle ne punirait pas les violations des règlements sur la pollution tant que les entreprises pourront établir un lien entre ces violations et la pandémie. La Chine a commencé à renoncer aux inspections qui évaluent l’impact environnemental des installations industrielles. Singapour vient de confirmer la poursuite du partenariat avec ExxonMobil et l’extension de ses installations offshore pour plusieurs milliards de dollars.

Toutes ces politiques sont menées sous le prétexte de stimuler l’économie et de revenir au statu quo ante. Une telle vision à court terme n’aura que des conséquences dévastatrices à long terme. Mais comment lutter contre le capitalisme catastrophe ?

Connais tes ennemis : d’abord, les grandes sociétés pétrolières

Le cerveau du capitalisme catastrophe est, bien sûr, le Big Oil. Cette semaine, l’information a été annoncée que les émissions de carbone de l’industrie des combustibles fossiles diminuent à un rythme record. Elles pourraient chuter de 2,5 milliards de tonnes cette année, en raison de restrictions sans précédent sur les voyages, le travail et l’industrie. Cela éclipserait les chutes de carbone déclenchées par les plus grandes récessions des cinq dernières décennies réunies. En plus de la guerre des prix qui pousse les prix mondiaux du pétrole à leur plus bas niveau depuis plusieurs décennies, des producteurs qui luttent pour trouver de l’espace de stockage pour le pétrole excédentaire, des prévisions d’un nombre record de faillites parmi les compagnies pétrolières pour 2020, et de la faible rentabilité perçue des investissements futurs dans les nouveaux champs de pétrole et de gaz par rapport aux énergies renouvelables, certains commentateurs ont spéculé que cela pourrait être la bonne nouvelle dont nous avons si désespérément besoin.

La pandémie pourrait « tuer l’industrie pétrolière et contribuer à sauver le climat« , s’est exclamé un titre du Guardian. Mais comme l’explique l’universitaire Adam Hanieh pour The Atlantic : « De tels scénarios idylliques tendent cependant à faire abstraction des réalités d’un « capitalisme catastrophe » inexorablement lié à l’extraction et à l’exploitation des combustibles fossiles, et qui a profondément ancré le « Big Oil » dans toutes les facettes de notre vie« .

Dans son analyse incisive, il souligne deux observations clés. La première : que les méga-firmes connues collectivement sous le nom de « Big Oil » (ExxonMobil, Shell, BP, etc.) ont plus de chances de survivre à cette crise par leur taille qu’aux petits producteurs. En fait, elles s’attendent à la vague de faillites. Cette crise va probablement centraliser le contrôle de ces majors du pétrole. Seconde observation : la réduction des réglementations environnementales comme indiqué ci-dessus. Selon Adam Hanieh, ces deux éléments peuvent s’unir pour créer « une industrie pétrolière enhardie et résurgente, positionnée de manière toujours plus centrale au sein de nos systèmes politiques et économiques« .

Connais tes ennemis : la Silicon Valley est en plein essor

Naomi Klein constate que nous avions déjà commencé à vivre dans «  la dystopie de la Silicon Valley » mais que, crise du coronavirus aidant, nous nous sommes « catapultés, les yeux bandés, vers les rêves les plus fous des géants des high-tech « . La numérisation n’a jamais été aussi répandue. « Nos relations sociales sont médiatisées par des plateformes comme Youtube, Twitter, Facebook, etc. Notre apport calorique quotidien nous est fourni par Amazon Prime« . Mis à part la monopolisation de la grande technologie (nous y reviendrons dans un instant), de plus en plus de nos données sont surveillées, exploitées et exploitées.

Shoshana Zuboff, auteur de The Age of Surveillance Capitalism, souligne qu’avant le 11 septembre, le gouvernement américain était en train d’élaborer des réglementations sérieuses concernant les utilisateurs du web et leurs parcours de navigation, ainsi que la manière dont leurs informations personnelles étaient utilisées. En quelques jours, explique Shoshana Zuboff, « la préoccupation est passée de « Comment réglementer ces entreprises qui violent les normes et les droits en matière de vie privée » à « Comment entretenir et protéger ces entreprises afin qu’elles puissent collecter des données pour nous« .

Pour les gouvernements qui cherchent à surveiller encore plus étroitement leurs citoyens, et les entreprises qui cherchent à s’enrichir en faisant de même, il serait difficile d’imaginer une crise plus parfaite qu’une pandémie mondiale« Pour les gouvernements qui cherchent à surveiller encore plus étroitement leurs citoyens, et les entreprises qui cherchent à s’enrichir en faisant de même, il serait difficile d’imaginer une crise plus parfaite qu’une pandémie mondiale« , écrit The Guardian. En Chine, les drones traquent les personnes sans masque. L’Allemagne, l’Autriche, l’Italie et la Belgique utilisent les données anonymes des grandes entreprises de télécommunications pour suivre les déplacements des personnes. L’agence de sécurité nationale israélienne a accès aux relevés téléphoniques des personnes infectées. Singapour a même créé une application qui permet aux citoyens de dénoncer les personnes qui ne sont pas en sécurité à distance (ce qui encourage les citoyens à se surveiller les uns les autres).

Bien sûr, la technologie peut nous aider à combattre le virus. Mais Zuboff craint que « ces mesures d’urgence ne deviennent permanentes, tellement imbriquées dans la vie quotidienne que nous en oublions leur but premier« .

Le plus grand danger pour le changement systémique n’est pas lié à la façon dont les grandes technologies pourraient menacer la vie privée.

Beaucoup sont sceptiques quant à l’argument de la protection de la vie privée. Mais le véritable problème va bien au-delà de la protection. L’essayiste Evgeny Morozov affirme que la dystopie est une dystopie « solutionniste ». « Solutionniste » : parce qu’il n’y a pas d’alternative (ou de temps ou de financement) ; le mieux que nous puissions faire est d’appliquer des pansements numériques pour réparer les dégâts. Les solutionnistes déploient la technologie pour éviter la politique ; ils préconisent des mesures « post-idéologiques » qui font tourner les roues du capitalisme mondial« . Aujourd’hui, cette pratique est devenue la réponse à beaucoup de nos problèmes.

Morozov observe que le néolibéralisme et le solutionnisme « ont une relation intime« . Le néolibéralisme aspire à remodeler le monde selon des plans datant de la guerre froide : plus de concurrence et moins de solidarité, plus de destruction créative et moins de planification gouvernementale, plus de dépendance au marché et moins de bien-être. Les emplâtres numériques sont donc les meilleurs types de solutions apolitiques. « Le néolibéralisme réduit les budgets publics ; le solutionnisme réduit l’imagination du public. Le mandat des solutionnistes est de convaincre le public que la seule utilisation légitime des technologies numériques est de perturber et de révolutionner tout sauf l’institution centrale de la vie moderne – le marché« .

Quel est donc le risque réel ? C’est que la boîte à outils solutionniste devienne « l’option par défaut pour traiter tous les autres problèmes existentiels » — Cela inclut certainement le changement climatique. « Après tout, conclut Evgeny Morozov, il est beaucoup plus facile de déployer la technologie solutionniste pour influencer le comportement individuel que de poser des questions politiques difficiles sur les causes profondes de ces crises« .

Avons-nous déjà parlé de l’amazonisation ?

L’amazonisation croissante de notre planète n’est pas sans rapport avec le problème du solutionnisme. Le terme, comme l’explique Brian Merchant, rédacteur en chef du magazine VICE, fait référence au déplacement des emplois traditionnels et des petites entreprises locales vers « un travail à temps partiel peu coûteux pour les géants de la technologie, qui distribuent et offrent des produits et des services par le biais de plateformes en ligne« . Et elle englobe toutes sortes de plateformes de commerce électronique et de distribution. Amazon vient d’engager 100 000 travailleurs supplémentaires pour faire face à l’explosion de la demande de services en ligne. Instacart, Walmart, Grocery et Shipt enregistrent des téléchargements records. Blue Apron’s, un service de livraison de kits de repas, a vu ses actions en bourse faire un bond de 70 %.

Partout dans le monde, nous voyons les petites entreprises se faire engloutir par cette révolution. Brian Merchant explique que la petite entreprise moyenne ne dispose pas suffisamment de liquidités pour fonctionner pendant 27 jours sans faire faillite. Conjuguée à la baisse de la demande et à la pression des loyers, l’amazonisation ne fera que s’accélérer encore plus. « Si les restaurants, les bars et les magasins locaux ferment définitivement pendant que les monolithes à base d’applications aspirent les clients et les emplois, il sera très difficile d’inverser la tendance. Et cela, écrit Merchant, n’est pas l’avenir que nous voulons« .

Quels seraient les effets de l’amazonisation sur nos économies locales ?

Brian Merchant poursuit en évoquant la dystopie de la Silicon Valley qu’est l’amazonisation. D’une part, écrit-il, cela signifie « un recours accru à une main-d’œuvre précaire et à temps partiel sous la forme de travailleurs d’entrepôt saisonniers et hautement remplaçables ou de livreurs flexibles, qui travaillent des Soyons réalistes : tant que nous ne sommes pas prêts à payer plus, tant que nous voulons moins cher, plus rapide et plus pratique, les marges vont se resserrer, et le salaire minimum, s’il n’est pas bloqué, pourrait même devenir de plus en plus bas.heures exténuantes sans aucun avantage« . Ces travailleurs dits « essentiels » sont de plus en plus jetables. Nous aurons de plus en plus de personnes au salaire minimum. Et soyons réalistes : tant que nous ne sommes pas prêts à payer plus, tant que nous voulons moins cher, plus rapide et plus pratique, les marges vont se resserrer, et le salaire minimum, s’il n’est pas bloqué, pourrait même devenir de plus en plus bas.

Deuxièmement : nous verrons aussi « le contrôle monopolistique des plateformes qui peuvent faire ou défaire du business sur un coup de tête « . Les décisions prises par ces plateformes auront des effets de grande portée sur les moyens de subsistance de milliers de personnes. Amazon, et les plateformes similaires, contrôlent les règles. Nous en voyons déjà les effets. Amazon a annoncé qu’elle suspendait les expéditions de tous les articles non-essentiels, ce qui a eu un effet dévastateur sur de nombreux vendeurs tiers.

Moins d’humains, moins de soins, moins de communauté

Vous pensiez que ça s’arrêtait là ? Il y a pire.

Nous allons vers un monde avec moins d’emplois. Amazon travaille « à une vision de l’automatisation conçue pour inspirer confiance aux investisseurs, alimenter l’imagination du public et empêcher les travailleurs de contester et manifester pour obtenir des salaires plus élevés. » Dans combien de temps ? 2030. Entrepôts entièrement automatisés d’ici 2030. Peu importe qu’ils le fassent ou pas à cette date, c’est l’intention qui devrait nous effrayer. Les entreprises chinoises profitent de la pandémie pour introduire davantage d’automatisation. Google est également très impliqué. « Après tout, une entreprise de logistique parfaitement efficace et sans hommes est le rêve de ces entreprises. »

Enfin, Merchant conclut, en écho à Naomi Klein, que l’amazonisation est « l’invocation la plus claire à ce jour d’une doctrine de choc technicisée » : la privatisation et la technicisation des soins de santé. Avant la pandémie, Amazon avait apparemment déjà prévu de lancer Amazon Care. Et maintenant, ils envisagent de s’associer à la Fondation Gates pour fournir des kits de test. « Il va sans dire que le transfert des services publics à des entreprises à but lucratif est rarement de bon augure, surtout lorsqu’il s’agit de questions de santé humaine.« 

Peut-être est-ce la nouvelle normalité à laquelle nous allons devoir nous habituer dans un monde post-viral ?

DEUXIÈME ÉTAPE : Rejeter la nouvelle normalité

Nous n’avons pas à accepter la nouvelle normalité. Evgeny Morozov propose une politique « post-solutionniste » et pose la question : « De quelles institutions avons-nous besoin pour exploiter les nouvelles formes de coordination sociale et d’innovation offertes par les technologies numériques ? » En effet, il n’y a aucun moyen de revenir en arrière. Impossible de concevoir un monde sans devices et tout n’est pas à rejeter totalement dans la Big Tech. Nous devons au contraire œuvrer pour un monde qui maîtrise la haute technologie. Un monde qui s’assure qu’il reconnaît ses imperfections et s’efforce de faire mieux.

Le plus grand risque pour nous tous sera de gaspiller notre temps, cette fois-ci, à rester assis à la maison sur nos flux de médias sociaux, à vivre les formes extrêmement limitées de politique qui y sont permisesC’est aussi ce que nous devons faire, d’une manière générale, si nous voulons accoucher d’un monde post-viral meilleur. « L’issue politique de l’épidémie, explique l’historien Mike Davis, sera, comme toutes les issues politiques, décidée par des luttes, des batailles d’interprétation, en mettant en évidence ce qui cause les problèmes et ce qui les résout. Et nous devons faire connaître cette analyse au monde entier par tous les moyens possibles« . Nombreux sont ceux, institutions, gouvernements, Big Tech, Big Oil, etc., qui affirmeront que le statu quo est la seule façon de remonter la pente. Qui feront valoir que le maintien du statu quo est la seule façon de revenir en arrière. Ce qui semble… normal. Nous avons donc besoin de gens qui informent, qui alertent, qui échangent, comme vous et moi, pour faire passer le message que nous n’avons pas besoin de ce genre de normalité dans le monde.

Et parfois, nous devrons raccrocher nos smartphones pour le faire. Comme nous le rappelle Naomi Klein : « Le plus grand risque pour nous tous sera de gaspiller notre temps, cette fois-ci, à rester assis à la maison sur nos flux de médias sociaux, à vivre les formes extrêmement limitées de politique qui y sont permises ».

TROISIÈME ÉTAPE : Recadrer le récit

Problématiser le « normal » et le « business-as-usual » n’est que la moitié de la bataille gagnée. Comme le conseillent Ted Nordhaus et Alex Trembath, du Breakthrough Institute, un centre de recherche sur l’environnement, « les environnementalistes devront consacrer plus d’efforts à présenter les arguments économiques en faveur des infrastructures qu’ils veulent construire, et moins de temps à présenter les arguments climatiques contre les infrastructures qu’ils veulent arrêter« . On peut ne pas être tout à fait d’accord avec cette déclaration, mais le sentiment n’est pas faux.

Nous devons montrer la viabilité de nos modèles alternatifs. Parallèlement, et pas nécessairement en lieu et place, montrer comment le système existant fait défaut. Heureusement, il existe déjà de nombreuses études qui prouvent que le coût de l’inaction est bien plus important que le coût de la mise à l’ordre du jour du climat.

Maintenant, il s’agit de faire en sorte que nos communautés le sachent et que les médias l’amplifient. Et que nos politiciens l’entendent et agissent en conséquence.

La reconstruction d’un monde meilleur est déjà en cours

Faith Birol, directrice de l’Agence internationale de l’énergie (IEA) a conseillé aux gouvernements du G20 de s’engager à verser environ 5 000 milliards de dollars pour stimuler leurs économies post-virales, de « mettre l’énergie propre au cœur des plans de relance« . L’UE affirme que son plan de relance économique sera conforme à sa politique de « Green Deal » récemment annoncée. Il y a bien sûr des résistances : le Premier ministre tchèque a demandé l’abandon du Green Deal. Le gouvernement polonais pense que le système d’échange de quotas d’émission de l’UE, qui pénalise les émetteurs de carbone, doit être supprimé. Mais le vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, en charge du Green Deal semble tenir ferme et a promis : « Nous avons des défis à relever à court et à long terme, et la capacité de gérer les deux. Nous faisons à juste titre de nombreux sacrifices en ce moment, et nous restons confinés pour assurer la sécurité des gens. Mais lorsque les jours meilleurs viendront – et ils viendront – nous serons plus déterminés que jamais à protéger nos concitoyens et notre planète et à profiter de la nature qui nous entoure« .

L’essayiste Fred Pearce observe que certains analystes de marché s’alignent également sur Naomi Klein. Ils affirment que « le choc de la crise pandémique pourrait être juste ce qu’il faut pour réduire en cendres les anciennes politiques énergétiques« . Plus encourageant encore, Amsterdam vient d’annoncer qu’elle adoptera le modèle économique du « donut » dans ses efforts pour créer la ville post-virale. Ce modèle vise à mettre en place une économie qui réponde aux besoins fondamentaux de chacun. Tout en travaillant dans les limites des ressources de la planète.

Nous avons du pain sur la planche

Nous savons ce qu’il faut faire. L’universitaire Simon Mair écrit pour la BBC : « Le changement social peut venir de partout, avec de nombreuses formes d’influence. Une tâche essentielle pour nous tous est d’exiger que les formes sociales émergentes proviennent d’une éthique qui valorise les soins, la vie et la démocratie. La tâche politique centrale en cette période de crise est de vivre et de s’organiser (virtuellement) autour de ces valeurs« .

Les idées disponibles pour bâtir un monde meilleur se trouvent partout. Prenez le modèle d’économie du « donut » de Kate Raworth et son message selon lequel une économie saine doit être conçue pour prospérer, et non pour croître. Ou la proposition de George Monbiot pour une nouvelle histoire politique. Ou des militants comme Keeanga-Yamahtta Taylor et Naomi Klein, qui nous rappellent inlassablement la nécessité d’œuvrer pour un monde qui revalorise nos liens. La nécessité de construire une économie véritablement régénératrice.

Les personnes qui veulent bâtir un monde meilleur sont ici. Ces personnes sont tout autour de vous. Vous êtes probablement l’un d’entre eux. Et moi aussi. Il y a de la rage (protestations, grèves, colère et rébellion). Mais il y a aussi l’amour (aide mutuelle, check-in, échanges de soins inédits et niveaux de solidarité sans précédent). Nous devons simplement rester vigilants, être prêts et rassembler activement les idées et les personnes. De toutes les manières que nous pouvons.

 « Lorsque le confinement sera terminé, nous nous éveillerons à un monde où des régimes concurrents de normalisation vindicative seront en guerre les uns contre les autres, une époque de profonds dangers et de possibilités. Ce sera le moment de nous lever et de nous regarder dans les yeux« .Max Heivan

Tammy Gan, auteure à la revue Green is the new Black, qui défend l’environnement et croit en une réflexion plus large et plus approfondie sur le changement climatique. Elle espère qu’avec ses actions, nous deviendrons tous des citoyens conscients de l’environnement (et non des consommateurs) portant attention à cette belle planète que nous appelons notre maison.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Article précédent

Par temps de crise, il faut innover !

Prochain article

Misère du gouvernement par la peur et la disproportion

Derniers articles de Analyses

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Afin de contribuer à l’effort d’information sur la crise actuelle du coronavirus, UP’ propose à ses lecteurs un accès gratuit aux derniers articles publiés relatifs à cette thématique.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
218 Partages
Partagez218
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print