Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je soutiens

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Mercosur, le plus grand accord commercial du monde suspendu au sort de l’Amazonie
/

Mercosur, le plus grand accord commercial du monde suspendu au sort de l’Amazonie

Commencez

Afin de contribuer à l’effort d’information sur la crise actuelle du coronavirus, UP’ propose à ses lecteurs un accès gratuit aux derniers articles publiés relatifs à cette thématique.

L’accord commercial entre l’Union européenne et le Mercosur (Brésil, Argentine, Paraguay et Uruguay), est le plus grand traité commercial jamais négocié. Signé il y a un an, la ratification de cet accord de près de 17 000 milliards d’euros pourrait échouer en raison des exactions environnementales et humaines du Brésil de Bolsonaro en Amazonie. Il y- a quelques jours, tout juste après avoir constaté une vague verte aux élections municipales, le président français Emmanuel Macron a tenu à affirmer solennellement que la France ne conclura « aucun accord commercial avec des pays qui ne respectent pas l’Accord de Paris » ; faisant ainsi directement référence à l’administration du président brésilien Jair Bolsonaro qui mène sans aucune retenue une politique agressive en Amazonie.

La finalisation de l’accord commercial entre l’Union européenne et le Mercosur a été annoncée lors de la réunion du G20 au Japon en juin 2019. Depuis cet événement, il se heurte à l’opposition croissante des gouvernements nationaux européens, des parlementaires européens et des organisations non-gouvernementales, sans compter plusieurs organisations actives en Amérique latine ; autant d’obstacles qui mettent en péril sa ratification.

Au cœur de cette résistance : le fort mécontentement de l’UE face aux politiques environnementales destructrices du Brésil et à l’augmentation rapide du taux de déforestation sous le président Jair Bolsonaro. L’un des plus grands opposants à l’accord commercial à ce jour est le gouvernement français d’Emmanuel Macron. Le lendemain des élections municipales ayant vu la victoire des Verts dans plusieurs grandes agglomérations, le président français a suspendu les négociations avec le bloc UE-Mercosur. « [Nous ne conclurons] aucun accord commercial avec des pays qui ne respectent pas lAccord de Paris », a déclaré M. Macron, en faisant clairement référence à Jair Bolsonaro et au gouvernement brésilien. Le président français a également insisté sur la création du crime d’écocide, un crime contre l’environnement, qui devrait être jugé par la Cour pénale internationale.

Craignant la position du président de la République, des hommes d’affaires français et brésiliens (en particulier les intérêts agro-industriels brésiliens) font pression sur leurs gouvernements respectifs pour apaiser les tensions entre les deux pays en faveur de l’accord commercial Mercosur-UE. Des diplomates des deux pays ont participé à une vidéoconférence ce mardi 7 juillet, au cours de laquelle ils ont passé en revue leur programme bilatéral.

La France est l’un des plus grands investisseurs internationaux au Brésil. En 2018, la Banque de France a révélé que les entreprises françaises avaient investi 23,7 milliards d’euros au Brésil, selon Valor Econômico.

S’il est approuvé, le traité UE-Mercusor – le plus grand accord mondial de ce type jamais négocié – créera un marché ouvert englobant 780 millions de personnes avec un produit intérieur brut (PIB) de 16 800 milliards d’euros entre les deux blocs. Ce pacte représente une grande valeur pour les deux parties : les pays de l’UE verront la plupart des droits de douane à l’exportation vers le Mercosur éliminés, y compris pour les automobiles et les produits chimiques ; tandis que le bloc sud-américain, composé du Brésil, de l’Argentine, du Paraguay et de l’Uruguay, bénéficiera d’une exonération des taxes à l’importation sur 81,7 % des produits agricoles.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Dans le cas du Brésil, le jus d’orange, les fruits et les huiles végétales, entre autres, verront leurs droits de douane éliminés, tandis que le bœuf, le porc et la volaille, en plus du sucre et de l’éthanol, auront droit à un accès préférentiel au marché européen par le biais de quotas.

Lorsque l’accord a été signé l’année dernière, la ministre brésilienne de l’agriculture, Tereza Cristina, a déclaré qu’elle favoriserait la modernisation du secteur agro-industriel du pays : « [C’est] nos produits qui sont vendus sur ce marché de plus de 700 millions de personnes ; je pense que c’est une grande opportunité ».

Cependant, le traité signé, mais pas encore ratifié, a rapidement été attaqué, le président Bolsonaro ayant démantelé de manière agressive la plupart des protections environnementales brésiliennes. Les ONG de défense de l’environnement et des droits de l’homme, ainsi que les intérêts protectionnistes des producteurs européens et de leurs lobbies, ont fait pression sur les gouvernements nationaux de l’UE pour qu’ils reconsidèrent l’accord.

L’opposition à l’accord s’accroît

La France n’est pas seule dans son opposition. Le parlement néerlandais a adopté une motion contre l’accord commercial UE-Mercosur au motif qu’il pourrait entraîner une concurrence déloyale pour les agriculteurs européens et accélérer la déforestation de l’Amazonie. Les mêmes objections ont été soulevées par les gouvernements de l’Autriche, de la Belgique (région de Wallonie), de l’Irlande et du Luxembourg, ainsi que par des dizaines de parlementaires européens.

La pression critique s’est accrue la semaine dernière lorsque 265 organisations européennes et latino-américaines ont envoyé une lettre à la chancelière allemande Angela Merkel et aux 28 États membres de l’UE leur demandant de rejeter l’accord du Mercosur. Le mois dernier, Client Earth et la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), entre autres entités non-gouvernementales, ont déposé une plainte officielle auprès de la Commission européenne pour que le traité soit suspendu.

Les organisations condamnent la position du gouvernement Bolsonaro sur l’environnement et les droits de l’homme, et affirment que l’accord commercial aggravera la destruction de l’environnement et la crise climatique avec l’expansion spectaculaire des monocultures de produits de base, dont la production de soja, dans la forêt amazonienne.

Intervention de la société civile

Remis au médiateur de l’UE – un canal par lequel la société civile peut remettre en question le fonctionnement de la Commission européenne – un memorandum affirme que l’organe exécutif de l’UE a signé l’accord sans avoir effectué une évaluation complète de ses futurs impacts environnementaux.

« La Commission européenne a ignoré son obligation légale de s’assurer que l’accord commercial avec le groupe Mercosur des pays sud-américains n’entraînera pas de dégradation sociale, économique et environnementale, ni de violation des droits de l’homme », indique le document.

Lorsque l’accord a été signé à l’été 2019, la Commission européenne n’avait pas encore terminé le rapport final de l’évaluation de l’impact sur le développement durable (EIDD) sur les performances environnementales du Mercosur. Finalement publiée en février dernier, l’EIDD « n’inclut pas les données récentes sur le taux de déforestation au Brésil, ainsi que les informations récentes sur les changements apportés à sa structure forestière légale », a déclaré Client Earth et ses entités partenaires. Si le médiateur de l’UE accepte d’ouvrir une enquête, la Commission européenne aura trois mois pour répondre.

Terres brûlées dans la municipalité de Canarana, dans l’État du Mato Grosso, au Brésil, en 2014. Le Mato Grosso et le Pará ont été les premiers États brésiliens à se lancer dans la déforestation au cours de la période de référence 2018/2019. Image reproduite avec l’aimable autorisation de Na Lata / IPAM.

Inquiétude face à la déforestation

Le processus d’élaboration du traité a été très complexe et plein de défis ; la négociation de l’accord a déjà nécessité vingt ans. Le texte juridique de l’accord n’est pas encore prêt et, une fois finalisé, il devra être traduit dans les 24 langues officielles de l’Union européenne. Ce n’est qu’alors que les membres du Parlement européen pourront voter sur les parties économiques et commerciales du traité. La partie politique, qui porte sur des sujets tels que l’environnement et les droits de l’homme, doit être approuvée par chacun des 28 parlements des nations membres de l’UE.

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

« Dans un premier temps, le pacte, qui est un accord d’association [composé de trois piliers : commercial, politique et de coopération], doit être ratifié par les pays pour entrer pleinement en vigueur. Cependant, si la Commission européenne, avec le soutien du Parlement européen et de ses États membres, sépare l’accord de libre-échange de l’accord d’association, ils peuvent essayer de mettre en œuvre sa partie commerciale et laisser de côté les questions politiques du pacte, qui incluent l’environnement – c’est-à-dire mettre en œuvre l’accord provisoirement. Tout dépend de ce que la Commission européenne proposera au Parlement », explique Filipe Gruppelli Carvalho, analyste au sein d’Eurasia Group, un cabinet américain de conseil en analyse de risque politique qui possède des bureaux dans cinq pays, dont le Brésil.

Selon un récent rapport d’Eurasia, « si la déforestation en Amazonie diminue, ce qui est peu probable, et s’il n’y a pas de déviation significative par rapport aux engagements climatiques du Brésil [Accord de Paris], l’Allemagne va probablement utiliser son influence et ses négociations indirectes pour obtenir le soutien de la France et d’autres sceptiques au pacte ». Bien que l’Allemagne soit l’un des plus grands partisans de l’accord commercial, Georg Witschel, qui quitte son poste d’ambassadeur au Brésil et retourne à Berlin, a déclaré en juin : « Notre gouvernement sait qu’il est de plus en plus difficile d’obtenir une majorité au sein de notre Congrès et du Parlement européen avec la déforestation croissante au Brésil ».

L’Amazonie brésilienne — la plus grande forêt tropicale de la Terre — a connu 14 mois consécutifs de déforestation croissante depuis l’arrivée au pouvoir de Bolsonaro. La déforestation en Amazonie brésilienne est actuellement en avance de 83 % par rapport à l’année dernière et a atteint des niveaux jamais vus depuis 2008.

Incendies de forêt à Candeiras do Jamari, dans l’État de Rondônia, en 2019. Les premières prévisions indiquent que la déforestation est pire cette année et que l’Amazonie est plus sèche, ce qui signifie que les incendies de forêt pourraient être bien pires que l’année dernière en août et septembre. Image © Victor Moriyama / Greenpeace.

Tous les regards sont tournés vers les prochains incendies en Amazonie

Filipe Carvalho a souligné un autre facteur important susceptible d’entrer dans les discussions sur le traité dans les prochains mois : « Les techniciens, les bureaucrates et les politiciens de l’UE vont suivre de près ce qui se passera en Amazonie pendant la saison sèche, qui vient de commencer. En fonction de l’actualité, les esprits s’intensifieront contre l’accord ».

L’institut national de recherche spatiale du Brésil (INPE) a récemment indiqué qu’en juin 2019, 2 248 foyers d’incendie ont été recensés en Amazonie. Les incendies se sont principalement concentrés dans le Mato Grosso et le Pará, des États qui sont en tête du classement de la déforestation en 2018/2019. La plupart des feux de forêt en Amazonie ne sont pas naturels, mais allumés par les hommes pour étendre les terres cultivées et les pâturages. « Les incendies sont associés à la déforestation. Afin de réduire leur nombre, nous devons réduire la superficie déboisée. Ce que nous avons vu est tout le contraire [sous Bolsonaro]. La déforestation augmente chaque mois par rapport à l’année dernière, où elle a beaucoup augmenté par rapport aux années précédentes », précise Ane Alencar, directrice scientifique de l’IPAM, l’Institut de recherche environnementale en Amazonie.

La réponse de Bolsonaro à ce jour tient dans une campagne publicitaire qui sera lancée en Europe pour contrer les préoccupations environnementales des consommateurs et des politiques. Par ailleurs, l’administration n’a montré aucun signe de recul par rapport à ses politiques de déréglementation environnementale et de désengagement des agences de protection. En avril dernier, par exemple, le ministre de l’environnement Ricardo Salles a déclaré, lors d’une réunion ministérielle, que la pandémie de Covid-19 offrait l’occasion idéale de « laisser passer le bétail », détournant ainsi l’attention de l’annulation des réglementations socio-environnementales par le gouvernement.

Le ministre Salles a également nommé récemment un dirigeant d’entreprise sans expérience dans le domaine de l’environnement — dont les actifs ont été gelés depuis 2014 par les tribunaux en raison de fautes administratives présumées — à la tête du bureau de l’IBAMA dans l’État de Santa Catarina (l’IBAMA est l’agence environnementale du pays).

Autre occasion manquée de freiner l’augmentation actuelle de la destruction des forêts, le ministère de l’agriculture (MAPA), dont le secteur est étroitement lié à l’escalade du changement climatique, a lancé son plan stratégique 2020-2027, qui présente les stratégies du ministère pour cette période.

Selon Tasso Azevedo, ingénieur forestier et coordinateur du Système d’estimation des émissions de gaz à effet de serre (SEEG) de l’Observatoire du climat, organisme à but non lucratif, le nouveau plan du MAPA « ignore ou effleure à peine les principaux défis auxquels est confrontée la production agricole, tels que la lutte contre le changement climatique et la conservation des sols et des eaux… Mais le plus incroyable est l’absence totale de toute référence à la déforestation ». Selon les experts, le plan agricole n’augure rien qui pourrait aller dans le sens d’une ratification de l’accord commercial UE-Mercusor.

Monoculture de soja au Brésil. Son principal produit dérivé est l’huile de soja, largement consommée dans le monde entier. L’huile de soja sud-américaine verra sa taxe à l’importation dans l’UE levée si l’accord de libre-échange est ratifié. Image reproduite avec l’aimable autorisation d’Alceu Mauro Denes

« Plus de 95 % des zones déboisées au Brésil sont occupées par des activités agricoles (et plus de 99 % de la déforestation présente de fortes preuves d’illégalité). L’agriculture est donc [principalement] responsable ou le bénéficiaire direct de la déforestation », a déclaré M. Azevedo. « Le plan MAPA ignore la nécessité de déconnecter l’agrobusiness brésilien de la déforestation par la réduction concrète des taux de déforestation et la mise en place d’un solide programme de traçabilité de la production. Au lieu de cela, il promet un programme de communication pour contrecarrer les nouvelles négatives sur le Brésil ».

Le MAPA répond qu’ « il n’est pas responsable de la lutte contre la déforestation, un rôle qui incombe au ministère de l’environnement. Bien que le programme [de déforestation] soit pertinent et que le gouvernement fédéral, en particulier avec la structuration du Conseil de l’Amazonie, agisse pour freiner la déforestation illégale, ce serait une erreur d’inclure dans le plan stratégique du ministère de l’agriculture une question qui ne relève pas de sa compétence ».

L’issue de l’impasse entre le Brésilien Bolsonaro – qui se consacre à la croissance des produits de base à tout prix – et l’UE, sensible à l’environnement, reste incertaine. Mais de nombreux analystes estiment que la ratification de l’accord commercial, si elle a lieu, nécessitera des manœuvres complexes et des concessions. La ratification est attendue au plus tôt en 2021, mais elle pourrait prendre beaucoup plus de temps. Et tout l’accord pourrait partir en fumée si les incendies d’Amazonie de cette année, en août et septembre, dépassent largement ceux de 2019.

Jenny Gonzales, journaliste Mongabay

La version originale en anglais de cet article a été publiée par Mongabay (CC)

Image d’en-tête : Charlie Hamilton James/National Geographic

 

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Des arbres dans les vignes pour lutter contre le dérèglement climatique
Article précédent

Des arbres dans les vignes pour lutter contre le dérèglement climatique

Prochain article

Mauvaise passe pour les géants du pétrole américain : leurs projets écocides tombent comme des mouches

Derniers articles de Biodiversité

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Afin de contribuer à l’effort d’information sur la crise actuelle du coronavirus, UP’ propose à ses lecteurs un accès gratuit aux derniers articles publiés relatifs à cette thématique.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
53 Partages
Partagez53
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print