le devoir de colère

Ecologie : Le devoir de colère

FREE TRIBUNE

Start

« Si nous sommes sans colère quand nous voyons les autres bafoués, exploités, humiliés, il est clair que nous ne les aimons pas ». Ces propos de l’Abbé Pierre* peuvent-ils s’appliquer à celles et ceux qui, face aux enjeux environnementaux, ne ressentent ni gêne, ni angoisse, ni colère ? Les forêts brûlent, les pôles fondent, la biodiversité s’effondre au journal de 20h et nous ne faisons rien. La criminelle insignifiance des efforts accomplis pour entraver les catastrophes écologique et humanitaire annoncées méritent pourtant largement que nous nous mettions en colère. Pas besoin d’être doué d’une sensibilité exacerbée, un minimum d’empathie pour le genre humain – comme le simple fait d’aimer ses enfants – devraient normalement suffire à ressentir une salutaire indignation : les risques que nous acceptons de leur faire courir sont tout simplement inadmissibles ! Alors, pourquoi ne nous mettons pas plus en colère ?

Commençons par remettre les choses à leur place : la colère n’est pas la violence. Comme les autres émotions primaires (joie, peur, surprise, dégoût, tristesse) elle possède des dizaines de nuances. Il n’existe que des colères. Dire que colère égale violence, c’est aussi excessif que prétendre que peur égale panique ou tristesse égale suicide. La colère n’est ni mauvaise ni honteuse mais vitale. Et elle ne se situe pas non plus du « côté obscur », n’en déplaise à tous les Dark Vador de comptoir. Elle est juste un indicateur psychologique précieux, un signal d’alarme instinctif : celui qui retentit lorsque nous sentons que notre dignité est menacée, notre besoin de justice bafoué, l’avenir de nos enfants piétiné ; lorsque l’on estime que les limites – celles de la décence et de la biosphère – ont été franchies. Nous sommes en danger et nous must nous mettre en colère. Nos émotions profondes n’ont pas vocation à être étouffées. Elles existent et nous must les écouter, pour notre santé (demandez à votre cardiologue) mais aussi pour celle de la planète. Alors réhabilitons le droit à la… que dis-je ? le devoir de colère !

La question n’est pas de savoir si nous sommes tous responsables mais si nous le sommes tous également.L’une des raisons pour lesquelles nous nous irritons si peu, c’est vraisemblablement que nous ne savons pas à qui nous en prendre, sinon à nous-mêmes. Notre colère n’a pas d’objet. En effet, on nous répète tellement que « nous sommes tous responsables de la crise écologique » que nous avons fini par y croire. La bonne blague : la question n’est pas de savoir si nous sommes tous responsables mais si nous le sommes tous également. Les dirigeants de Total ou de BNP Paribas n’ont bien évidemment pas les mêmes responsabilités que Monsieur Gilet qui a besoin de sa voiture (diesel) pour aller gagner sa croûte. Leurs décisions et celles de leurs actionnaires sont susceptibles d’entraîner le rejet de milliards de tonnes de GES supplémentaires dans l’atmosphère ! Alors qui ose encore nous mettre tous sur le même plan qu’eux ou que MM. Trump, Castex, Macron et les lobbies qui les conseillent ? Et lorsque j’entends certains de mes amis écologistes se complaire dans l’autocritique en ânonnant que « nous sommes tous responsables », j’ai envie de leur dire d’arrêter de jouer les cadors. Ça suffit ! Nous ne pouvons plus continuer à nous flageller sans évaluer d’abord le degré de responsabilité de chacun. Tous responsables peut-être, tous coupables, non ! Réclamons proportionnalité ! Réclamons justice !

Ces coupables, nous les connaissons : ce sont ceux qui dirigent notre système. Car – et c’est une évidence toujours bonne à rappeler – notre système actuel d’organisation ne se dirige pas seul. Il possède suffisamment de présidents, de leaders, de dirigeants, de directeurs, de dominants, de meneurs, de gérants, de chefs, de grands patrons, d’élus et d’actionnaires pour que l’on sache précisément à qui s’en prendre ; ces personnes ont demandé à être aux responsabilités, elles sont (souvent grassement) rémunérées pour cela alors prenons-les au mot et ne les laissons pas nous embobiner : nul ne gravit patiemment les échelons pour prétendre au final n’avoir aucun pouvoir ! Nos dirigeants sont responsables de la situation et quelques-uns, à la tête de multinationales sont des criminels. Si nous voulons que les choses changent, c’est vers eux, et non vers nous, que doit être dirigée notre colère.

Qui peut croire que la catastrophe sera évitée grâce à des initiatives individuelles… alors que c’est précisément l’individualisme qui est l’une de ses causes !Rejeter la responsabilité d’un désastre sur ceux qui vont le subir plutôt que sur ceux qui le causent est une tactique éprouvée dans le domaine de la manipulation de l’opinion. La culpabilisation des victimes fonctionne à tous les coups : « n’oublie jamais, Citoyen, que tout est de ta faute ! La pollution plastique, les pesticides, les poissons, la viande, le pétrole, tout est à cause de toi (et ceux qui gagnent des milliards en te les vendant n’y sont pour rien). Pense bien à couper le robinet pendant que tu te laves les dents, ça te fera oublier que 90% de l’eau potable est pompée par l’agriculture et les entreprises ! » Trêve de plaisanterie : les solutions à la catastrophe planétaire ne peuvent pas reposer sur les épaules des individus. Si nous étions individuellement capables de résoudre les problèmes collectifs, ça se saurait depuis mille ans. Nous ne nous serions pas échinés, siècle après siècle, à nous doter d’organes de décision centralisés, de gouvernements, de lois et d’impôts ! De qui se moque-t-on ? Bien sûr, chacun a les moyens et doit changer son mode de consommation individuel pour lutter, à sa mesure, contre la crise écologique mais, bon sang ! Qui peut croire que la catastrophe sera évitée grâce à des initiatives individuelles… alors que c’est précisément l’individualisme qui est l’une de ses causes ! Les solutions seront politiques et collectives ou ne seront pas.

Nous ne nous en sortirons pas si nous ne sommes même pas capables de nous alarmer et de nous mettre dans une froide et juste colère. Ils ne comprennent que ça.La toile du vivant est aujourd’hui salement élimée et menace de se déchirer. L’atmosphère de notre planète est malade. Nous avons déjà 38°C de fièvre et ça continue de monter. Encore quelques degrés et nous serons morts. Que faisons-nous ? Rien. Ou presque. Sur les cent quatre-vingt-seize pays qui ont signé les accords de Paris, seuls trois respectent leurs engagements. Misère. L’impéritie de ceux qui mènent le monde est criminelle. Tôt ou tard, le temps de la justice environnementale viendra. Mais, en attendant, nous avons besoin, humains que nous sommes, de nous reconnecter d’urgence à nos émotions vitales. Nous ne nous en sortirons pas si nous ne sommes même pas capables de nous alarmer et de nous mettre dans une froide et juste colère. Ils ne comprennent que ça. Nous devons leur rappeler que nous les voyons, qu’ils devraient avoir honte et qu’ils ne s’en tireront pas impunis. Parce qu’il est question des conditions d’existence et de la survie de tous les humains à venir. Nous devons être prêts à désobéir. Le temps des amabilités est fini. Celui de la colère est venu.

La vie est belle. Aimons-la, protégeons-là. Soyons furieux.

Eric la Blanche est journaliste et auteur spécialisé dans l’écologie et les neurosciences. Colère !  contre les responsables de l’effondrement écologique est son nouvel essai (éd Delachaux & Niestlé – sortie le 24 septembre 2020). Il est également l’auteur de Pourquoi votre cerveau n’en fait qu’à sa tête (Ed. First) et scénariste d’une bande dessinée (Ed. La Plage) et d’une série d’animation (Canal+) sur la pollution cachée des choses – sortie en octobre.

*Abbé Pierre, Emmaüs ou venger l’homme… en aimant, 1979.

 

1 Comment
The oldest
Most recent Most Votes
Inline Feedbacks
View all comments
Member
dstephpr@gmail.com
28 days

Merci, très bon texte, très réaliste.

Previous article

Veillée d’armes

Next article

Covid-19 : vers un ostracisme de précaution ?

Latest articles from Analyses

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

In order to contribute to the information effort on the current coronavirus crisis, UP' proposes to its readers a free entry to the latest published articles related to this theme.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
120 Shares
Share120
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print