Une « Banque des arbres » au secours de la forêt française

Start

La canicule qui frappe durement toute l’Europe et les incendies qui déciment les forêts du département de la Gironde où plus de 19 000 hectares sont déjà partis en fumée, sont une preuve supplémentaire de l’impact du dérèglement climatique. Cela nous oblige collectivement à accélérer nos actions en particulier pour sauver les forêts de notre pays, aujourd’hui menacées par des températures et les sècheresses qui se renforceront chaque année dans les décennies à venir. Nicolas Pereira, un élu bordelais natif de La Teste-de-Buch, vit avec tristesse et désolation la disparition de la forêt qui l’a vu grandir et souhaite appeler l’État et les collectivités à adopter un mécanisme ambitieux de sauvegarde et de financement de la forêt française, la Banque des Arbres.

Il y a 20 ans, Jacques Chirac déclarait au sommet de la terre à Johannesburg « Notre maison brule et nous regardons ailleurs ». Deux décennies plus tard, force est de constater qu’il avait raison, et que nous ne regardons toujours pas la réalité en face sur l’urgence de la situation climatique.µ
La réalité, c’est que les canicules et sécheresses vont s’amplifier. Les épisodes de sècheresse ont été multiplié par deux en trente ans, et devraient encore être multipliés par deux d’ici 2050 selon le GIEC, avec des conséquences de plus en plus dramatiques pour l’homme et la nature.

Nicolas Pereira, fondateur du World Impact Summit (WIS), événement national de mise en valeur des solutions concrètes pour la planète et pour diminuer l’impact des activités humaines, propose la création d’un mécanisme de solidarités entre les collectivités locales afin de favoriser la plantation massive d’arbres.

How does it work?

On constate aujourd’hui, malgré la bonne volonté et les promesses de nombreux élus, l’immense difficulté de verdir les grandes agglomérations et l’absence de moyens réels pour densifier les espaces forestiers dans les campagnes.

Par exemple, la ville de Paris ne réussira jamais à respecter la promesse d’Anne Hidalgo de planter 170 000 arbres d’ici la fin du mandat municipal. La difficulté repose principalement par l’indisponibilité du foncier et le coût élevé de la plantation des arbres dans des zones très densément peuplés où les sols sont artificialisés et peu disponibles en raison de la présence de canalisations d’eau, de gaz, ou des réseaux électriques.

En suggérant la création d’une « banque des arbres », l’élu bordelais vise à créer un dispositif vertueux de solidarité permettant aux agglomérations de réaliser et tenir leurs objectifs de plantations d’arbres en finançant des projets dans les territoires ruraux dépourvus de moyens financiers. Un mécanisme vertueux de péréquation financière répondant à un double objectif : sanctuariser des espaces forestiers dans les zones rurales tout en finançant des communes aux moyens faibles.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

Un mécanisme de péréquation, c’est un mécanisme de solidarité entre les grandes collectivités et les petites. Ce mécanisme existe déjà pour compenser les différences de moyens financiers entre les grandes villes et métropoles, et les petites communes rurales. La proposition d’étendre la péréquation horizontale à cet objectif de plantation des arbres est donc faisable rapidement, efficace, et ne nécessite que de la volonté politique.

Concrètement, la banque des arbres aurait pour rôle : d’une part, d’acheter des parcelles privées pour sanctuariser des espaces forestiers et les unifier pour assurer un meilleur entretien, et d’autre part de financer des programmes de plantation de nouvelles forêts diversifiées aux essences résistantes aux conditions climatiques des 30 prochaines années.
Un rapport parlementaire de 2020 préconisait la plantation de 70 millions d’arbres par an pendant 30 ans pour sauver la forêt française du péril climatique qu’elle va nécessairement subir. Pour mener à bien cette ambition, l’ensemble des villes cotiseront à hauteur de 4€ par an et par habitant, qui seront ensuite redistribuées aux communes ayant des espaces fonciers disponibles pour participer aux programmes de plantation.

Pourquoi cette proposition ?

C’est d’abord parce qu’il est originaire de La Teste-de-Buch, et qu’il a grandi aux milieux de ces forêts du sud gironde caractéristique de cette région française, qu’il décide de prendre la parole sur la situation inquiétante des forêts en France et leur devenir dans un contexte d’accélération des conséquences du réchauffement climatique : « Recréer et sauvegarder des espaces forestiers est un des leviers les plus efficaces dans la lutte contre le réchauffement climatique. Cette action préparerait la nécessaire adaptation des massifs forestiers à cette nouvelle donne climatique et soutiendrait la régénération de la biodiversité dont la disparition à l’échelle internationale est alarmante » explique Nicolas Pereira.

Selon l’UICN, en 50 ans, 68% de la population d’animaux sauvages a disparu à l’échelle mondiale. La France est également concernée : en trente ans, près de 30% des populations d’oiseaux ont disparu dans les milieux ruraux selon une étude menée par l’Office Français pour la Biodiversité et la LPO.

Concrètement, un arbre permet de capter le carbone, de régénérer la biodiversité en privilégiant la création de massifs forestiers aux essences diversifiées, de limiter l’impact des températures sur les sols et limiter l’évaporation des eaux et donc les effets des sècheresses.

Cette banque des arbres permettra d’augmenter considérablement le nombre d’arbres plantés en France afin d’atteindre l’objectif d’un arbre par an et par français pendant au moins trois décennies afin de sauver la forêt française.

Nous avons un message pour vous…

Dès sa création, il y a plus de dix ans,  nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit, en 2020, par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 300 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques. En septembre 2022, UP’ Magazine a adhéré à la Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence écologique.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Les plus vieux arbres du monde (4500 ans) terrassés par le réchauffement climatique
Previous article

Les plus vieux arbres du monde (4500 ans) terrassés par le réchauffement climatique

Le sol n'est pas éternel
Next article

Le sol n'est pas éternel

Latest articles from Biodiversity

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share9
Tweet
Share
WhatsApp
Email